Publicité

Elections régionales : la droite en tête, aucune région pour le FN

Par

A l’issue du second tour, le Front National ne remporte aucune région, alors que le parti de Marine Le Pen était arrivé en tête dans six d'entre elles au premier tour. La gauche ne conserve que cinq régions, tout en évitant une déroute. En face, la droite progresse et dirigera désormais sept régions, dont l’Ile-de-France, mais espérait un résultat plus significatif. Le taux de participation a fortement augmenté au second tour : au moins 58% contre 49,9% au premier tour.

Régionales 2015 : les résultats
Régionales 2015 : les résultats

Revivez la soirée électorale de France Culture à l'issue du second tour des régionales. C'était de 20h à 22h en compagnie d'Olivia Gesbert et Benoit Bouscarel :

Publicité

Écouter

2h 03

> La carte des résultats, région par région, commune par commune
Zéro région pour le FN
Le désistement des candidats de la gauche en Nord-Pas-de-Calais – Picardie et en Provence-Alpes-Côte-D’azur a empêché Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen de l’emporter. C’est le Picard Xavier Bertrand qui l’emporte dans le nord. Et Christian Estrosi dans le sud.

Le maintien du candidat de gauche, Jean-Pierre Masseret, en Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, malgré l’appel au désistement de la part de son parti, n’a pas profité au FN et à son candidat Florian Philippot. Le président alsacien sortant, Philippe Richert (Les Républicains) repart pour un nouveau mandat dans une région élargie.

Mais en terme de voix exprimées, le Front National récolte plus de votes au second tour qu’au premier. Et s'offre même un plus haut historique avec 6,6 millions de voix, près de 200000 de plus qu'au premier tour de la présidentielle 2012.

**Le danger de l'extrême droite n'est pas écarté **

Les résultats des régionales en % des suffrages
Les résultats des régionales en % des suffrages

La victoire de la droite
En plus des régions Nord-Pas-de-Calais – Picardie et Provence-Alpes-Côte-D’azur, la droite (Les Républicains – UDI – Modem) s’impose d’une courte tête dans la grande région Normandie, en Pays de la Loire, Rhône-Alpes – Auvergne, et surtout en Ile-de-France, où Valérie Pécresse est arrivée juste devant Claude Bartolone.

Durant la soirée, le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, a rappelé que ce score ne devait pas faire oublier les « avertissements » adressés par les électeurs ayant voté pour le FN.

En Centre-Val de Loire, le président sortant, François Bonneau (35,43%) conserve son siège de président, grâce à une avance minime sur le candidat de droite arrivé deuxième (34,58)%.

Jean-Yves Le Drian l’emporte de manière plus significative en Bretagne avec plus de la majorité absolue des voix (51%) malgré la présence face à lui d’un candidat de droite et d’un candidat FN.

La gauche conserve également la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Bourgogne-Franche-Comté.

Face à la montée du FN, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis appelle à un « sursaut » et demande au gouvernement une « inflexion » de la politique menée pour « agir contre la précarité et pour l'activité ». En Corse, c’est la liste régionaliste qui gagne les élections.

Taux de participation en nette hausse
Un électeur sur deux s’est déplacé lors du premier tour (49,9%). Mais le second tour a vu les électeurs se mobiliser plus massivement avec un taux de participation en nette hausse, au dessus de la barre des 58%. Un regain historique concernant une élection régionale.

Régionales 2015 participation / abstention
Régionales 2015 participation / abstention