Publicité

Emil Cioran, "plaisantin" à la pensée dévastatrice

Par

La trajectoire intellectuelle et humaine d'Emil Cioran continue de faire débat, 100 ans après sa naissance. Voici donc quelques éléments biographiques enrichis par les regards respectifs de Gina Puică et Vincent Piednoir. Jeunes traducteurs du Bréviaire des vaincus II (L'Herne) , tous deux sont récemment intervenus lors d'une table ronde consacrée au penseur nihiliste à l'ambassade de Roumanie.

Gina Puica et Vincent Piednoir à l'ambasssade de Roumanie
Gina Puica et Vincent Piednoir à l'ambasssade de Roumanie
© Radio France

Photo : Gina Puică et Vincent Piednoir. Gina Puică est professeur et traductrice tandis que Vincent Piednoir, doctorant à l'Ecole pratique des hautes études, prépare une thèse sur Cioran.
© Radio France/H. Combis-Schlumberger
8 avril 1911. C'est aux environs de la magnifique Sibiu (Roumanie), à Răşinari précisément, que naît Emil Cioran. Son enfance est heureuse, "couronnée", ainsi qu'il la qualifie lui-même dans ses Cahiers .

Publicité

A l'âge de 17 ans, il fréquente l'université de Bucarest pour y suivre des études de philosophie. Il s'intéresse de près aux travaux des universitaires et des grands philosophes qui deviendront rapidement, les uns comme les autres, objets de sa détestation.

- Naissance d'un philosophe nihiliste -

Cioran_L'Herne
Cioran_L'Herne
© Radio France

Très vite, Cioran est victime d'insomnies et se laisse hanter par l'idée omniprésente de la mort. Agé de seulement 22 ans, il rédige Sur les Cimes du désespoir dans lequel il se qualifie de* « fossile des commencements du monde, (…) en qui le chaos initial s’adonne encore à sa folle effervescence »*

Avec une lucidité cruelle, il y réfléchit sur l'utilité de la vie (cette agonie durable ) le néant, l'effroyable réalité du corps, mais aussi sur l'Histoire, la temporalité et la négativité de la mort :

*« Or, puisqu’il n'y a de salut ni dans l’existence, ni dans le néant, que crèvent donc ce monde et ses lois éternelles ! * *» * (Sur les Cimes du désespoir, 1934)

Par la suite, ses titres seront plus évocateurs les uns que les autres, qu'il s'agisse de son premier recueil d'aphorismes, Syllogismes de l'amertume (1952), de La Tentation d'exister (1956), *De l'inconvénient d'être né (1973) * ou encore d'Ecartèlement (1979).

Pourtant, il est primordial de savoir que Cioran, en tant qu'être vivant, ne ressemblait en rien à ses livres. Et ceux qui l'ont cotôyé s'étonnaient toujours de découvrir, à la première rencontre, un homme charmant et chaleureux, bien loin du misanthrope taciturne qu'ils s'étaient figuré.

Vincent Piednoir et Gina Puică, à propos du nihilisme de Cioran et de sa bipolarité être vivant/ être pensant:

- Idéologie trouble et rapport à la roumanité -
A Berlin, Cioran poursuit sa formation avant de devenir professeur de philosophie à Braşov, de 1936 à 1937. A cette époque, il commence à témoigner d'un antisémitisme allié à un enthousiasme malsain pour le régime hitlérien. Il affirme cette idéologie à travers ses articles au moins jusqu'en 1940 :

«En Roumanie, tous s’accordent à dire qu’ils vivent dans le pays le plus malheureux de la terre (…) Alors comment ne pas être impressionné par l’orgueil infini de cette nation [l’Allemagne] » (Extrait d'un article politique, Vremea , novembre 1933)

Pourquoi une telle fascination pour le fascisme de la part de ce nihiliste militant ? Le philosophe Sylvère Lotringer a son idée sur la question, dont il fait part dans le Cahier de l'Herne dédié à Cioran : « Ce qu’il découvre inopinément en Allemagne, c’est ce dont il a toujours rêvé : un trou noir, et il s’y engouffre ».

En 1936 paraît Transfiguration de la Roumanie , une étude de cas sur son pays natal où son propos, teinté d'antisémitisme, témoigne aussi de l'attente du "miracle d'une nouvelle Roumanie".

Gina Puică et Vincent Piednoir, sur le rapport torturé et fécond de Cioran à sa roumanité:

** - Un parcours marqué d'oscillations identitaires -**
1937 : alors que son quatrième livre*, Des larmes et des saints* , fait scandale en Roumanie, Cioran obtient une bourse de l'Institut culturel français de Bucarest relative à un projet de thèse sur l'idée du mal chez Nietzsche et Kierkegaard.

Après un bref retour sur sa terre natale fin 1940, il devient conseiller culturel auprès du gouvernement de Vichy pendant deux mois, au printemps 1941. Par la suite, Cioran s'attache à se faire le plus discret possible sur son passé proche de l'extrême droite.

Il rencontre Simone Boué en 1942, qui sera sa compagne jusqu'à la fin de sa vie.

En 1944, le philosophe publie son dernier ouvrage en roumain, Le Bréviaire des vaincus , dans lequel il manifeste une virtuosité poético-stylistique hors norme. En effet, en 1947, renonçant à traduire des vers de Mallarmé dans sa langue originelle, il prend la décision de n'écrire plus qu'en français, désireux de conquérir ainsi une patrie par son écriture.* "Et ce fut très difficile, dit-il, parce que, par tempérament, la langue française ne me convient pas : il me faut une langue sauvage, une langue d'ivrogne." * (Cahier de L'Herne)

Vincent Piednoir : "l'anti-parcours" intellectuel d'Emil Cioran:

Après la guerre, Cioran gagne donc Paris pour ne plus le quitter. Il y tisse quelques amitiés illustres (Michaux, Beckett, Ionesco...) et une relation privilégiée avec la France qu'il portraiture dans De la France en 1941.

Gina Puică, sur Cioran et la France :

Nihilisme
Nihilisme

Emil Cioran © DR

Le 20 Juin 1995, Cioran s'éteint, victime de la maladie d'Alzheimer : un comble pour cet être qui vécut taraudé par la peur du néant. En 1987, il ponctuait son dernier livre Aveux et anathèmes par cette phrase à la fois désillusionnée et pleine d'humour, à l'image même du philosophe : "Après tout, je n'ai pas perdu mon temps, moi aussi je me suis trémoussé, comme tout un chacun, dans cet univers aberrant."

Que nous reste-il de Cioran ? "Une stupeur terrible et une envie de rire devant l'existence." répond Vincent Piednoir.

Après tout, le philosophe ne se qualifiait-il pas lui-même de "plaisantin" ? :


> A écouter sur Plateformes , la webradio de France Culture : Cioran, le pessimisme jubilatoire , un colloque consacré au philosophe par l'Institut culturel roumain.
> A réécouter : le Journal des Nouveaux Chemins de la connaissance qui, du lundi 4 au vendredi 8 avril, était dédié à la figure d'Emil Cioran.
> Mais également L'Essai du jour du 28 février, où Philippe Petit présente Ejaculations mystiques , un essai sur Cioran signé Stéphane Barsacq.
> A noter : le 22 mai 2011, Emil Cioran sera à l'honneur dans les émissions A voix nue et Une vie, une oeuvre