Publicité

Emil Ferris qui s'impose à Angoulême : "Le monstre pour moi, c'est l'élégance, c'est la beauté"

Par
Planche double de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres"
Planche double de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres"
- Emil Ferris (édition Monsieur Toussaint Louverture)

"Moi, ce que j’aime, c’est les monstres", la toute première BD de l'Américaine Emil Ferris, s'est vue décerner le fauve d'or 2019 au Festival de bande dessinée d'Angoulême après un succès critique autant que public.

C'est une jeune auteure de... 56 ans, Emil Ferris, que le festival d'Angoulême a couronnée pour son édition 2019 ce samedi 26 janvier puisque Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, fauve d'or 2019, est non seulement son premier roman graphique mais aussi son tout premier livre, tout court.

Ce premier coup, un épais volume, est une réussite, largement saluée par la critique qui a contribué à faire connaître cette histoire d'enquête menée par Karen, 10 ans, dans le Chicago des années 1960 après le mystérieux suicide d'une voisine - "une fascinante découverte", s'était enthousiasmé François Angelier en recevant Emil Ferris le 22 septembre 2018 dans "Mauvais genre" sur France Culture :

Publicité
59 min

Quelques semaines plus tard, Emil Ferris disait ceci de son héroïne fantasque, au micro de Tewfik Hakem, le 2 novembre 2018, dans "Le Réveil culturel", sur France Culture :

Nous pouvons tous être des monstres. Comme, récemment, les monstres à Charlottesville qui brandissaient des torches sans savoir qu'ils étaient eux-mêmes des monstres. Karen aime beaucoup l'art ; c'est le prisme par lequel elle voit le monde. Les tableaux constituent une langue pour elle et les tableaux décrivent le monde aux yeux de Karen de telle sorte qu'elle peut comprendre les choses.

26 min

Pour Monsieur Toussaint Louverture, petite maison d'édition qui n'en était qu'à sa troisième publication de bande dessinée avec cette traduction française de l'auteure américaine, c'est aussi un pari qui finit bien. Vous pouvez redécouvrir "La Grande table" qui lui consacrait son émission du 22 janvier dans le cadre du Festival d'Angoulême 2019 :

27 min