Publicité

En Antarctique, comment la fonte d'un glacier de la taille de la Floride pourrait enclencher un effet domino

Par
De l'eau fondue s'écoule d'une falaise de glace.
De l'eau fondue s'écoule d'une falaise de glace.
© Getty - Michael Melford

En Antarctique occidental, un immense glacier, le glacier Thwaites, est en passe de se détacher du continent glacé. Il pourrait provoquer une réaction en chaîne qui, à terme, provoquerait une montée du niveau des océans de plus de 2 mètres.

Large de 120 km, long de 600 km et d'une épaisseur pouvant par endroits atteindre jusqu'à 3 km d'épaisseur, le glacier Thwaites, qui fait approximativement la taille de la Floride (ou un quart de la France) risque de se détacher de la banquise à plus ou moins long terme. Et selon une étude publiée le 30 janvier dernier dans la revue Science Advances, ce glacier détient en effet un triste record :  il est l'un de ceux qui fond le plus vite en Antarctique.

"Nous avons soupçonné pendant des années que Thwaites n'était pas fermement attaché au substrat rocheux sous lui", a commenté le glaciologue Eric Rignot, co-auteur de la publication et chercheur au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Grâce à l'opération IceBridge menée par la NASA depuis 2010, les chercheurs ont pu constater qu'une immense cavité s'était peu à peu formée sous le glacier : 14 milliards de tonnes de glace ont ainsi d'ores et déjà fondu, en creusant un trou d'une longueur de 10 km sur 4 de large, et d'une hauteur de 300 mètres. Et les données satellites ont permis d'identifier plusieurs autres cavités, de taille moindre, à divers endroits sous la glace. 

Publicité
Le glacier de Thwaites vu du ciel.
Le glacier de Thwaites vu du ciel.
- NASA/OIB/JEREMY HARBECK

Un effet domino

Rongé de l'intérieur, ce gigantesque glacier serait d'ores et déjà responsable à lui seul de 4 % de la montée du niveau des eaux. Or, plus la cavité souterraine s’agrandit, moins Thwaites est en contact avec le sol rocheux, et plus il risque de se détacher. S'il venait à fondre complètement, il serait responsable d'une hausse du niveau marin pouvant s'élever jusqu'à 65 cm.

Pire même, à en croire Eric Rignot, ce "glacier de la mort" risque surtout d'entraîner un effet domino, comme il le racontait à FranceTVInfo

À force de reculer, le glacier devrait se détacher et, comme dans une chute de dominos, devrait entraîner les autres glaciers de l’Antarctique Ouest, engendrant ainsi un scénario catastrophe. (...) Ce qui veut dire que l’Antarctique occidental est, à long terme, condamné à disparaître, Je ne pense pas que le public et les médias réalisent très bien l’importance de ce qui se passe en Antarctique et dans les régions polaires : c’est une catastrophe.

Invitée récemment de La Méthode Scientifique, la glaciologue et directrice de recherche CNRS au laboratoire de glaciologie Catherine Ritz rappelait la mécanique de cette fonte des glaces (à 41') : 

Cette perte de glace se fait parce que les glaciers ont accéléré et envoient plus de glace vers l'océan, surtout en Antarctique de l'Ouest. Et la raison pour laquelle ils ont accéléré, c'est parce que les glaciers, en se mettant à flotter sur la mer, créent des plateformes qui se touchent sur les bords et les freinent. Apparemment le réchauffement océanique a aminci ces plateformes, qui se sont cassées plus facilement, le frottement a diminué, et les glaciers se sont mis à accélérer. Comme en Antarctique de l'Ouest le socle continental est franchement en-dessous du niveau de la mer, cette situation est mécaniquement instable. (...) On pense qu'un des glaciers qui a perdu le plus de masse, celui de Pine Island, est déjà parti dans cette instabilité. L'autre glacier, celui de Thwaites, de plus en plus de résultats montrent que ce glacier part également dans cette instabilité. Et à vrai dire les simulations montrent que même avec le climat actuel il est tout à fait possible qu'il continue à reculer... Et ce glacier a la capacité de vider la moitié de l'Antarctique de l'Ouest. A terme, il peut provoquer 2 mètres de hausse du niveau des mers, à lui seul. 

Si l'ensemble des glaciers de la région de l'Antarctique Ouest venait à se détacher et à être affecté par la fonte des glaces, le niveau des océans pourrait en effet s'élever, toujours selon l'étude, de 2,4 mètres.

59 min

Une fonte globale

Une autre étude publiée deux semaines plus tôt dans le Journal de l'Académie américaine des sciences (PNAS) confirmait que l'Antarctique fond bien plus vite que prévu. Si entre 1979 et 1990, l'Antarctique perdait en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an, depuis 2009, le chiffre moyen s'élève à 252 milliards de tonnes chaque année.

Depuis 1993, le niveau des océans a augmenté d'une dizaine de centimètres. Si le chiffre paraît peu élevé, Eric Rignot assure prévoir "une hausse du niveau des océans de plusieurs mètres dans les années à venir". La calotte glaciaire de l'Antarctique de l'Est, si elle venait à fondre, pourrait en effet entraîner, selon l'étude publiée dans PNAS, une montée du niveau des mers de 52 mètres.