Publicité

En Chine, les personnes âgées réticentes à se faire vacciner freinent la levée de la politique zéro Covid

Par
Appel à se faire vacciner dans une rue de Pékin, en janvier 2022.
Appel à se faire vacciner dans une rue de Pékin, en janvier 2022.
© Radio France - Sébastien Berriot

De nombreux seniors chinois refusent toujours de se faire vacciner contre le Covid et la levée de la très drastique stratégie zéro Covid pourrait se traduire par une forte mortalité. Des campagnes sont menées dans tout le pays pour les convaincre de se faire vacciner, cadeaux à l’appui.

À l’entrée d'un marché de Pékin, on est accueilli par une annonce diffusée en continu par un haut-parleur : "La vaccination, la vaccination, venez faire la vaccination. Vous verrez, vous aurez de bons avantages. Pour les personnes âgées de plus de 60 ans, si vous venez vous faire vacciner ici, nous vous offrons des boites du lait. Apres une dose, nous vous offrons 200 yuans. Avec aussi d’autres cadeaux, du lait et l’huile. Et pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, nous pouvons livrer le vaccin à votre domicile". Ces campagnes menées dans toute la Chine ont un objectif : convaincre les seniors de se faire vacciner contre le Covid, une catégorie de la population qui est encore très réticente. Seulement 60% des Chinois âgés de plus de 60 ans sont vaccinés, alors que la quasi-totalité du reste de la population a fait ce choix.

À lire aussi : Face à la pire reprise épidémique depuis 2020, les dérives de la stratégie "zéro Covid" de la Chine

Encore beaucoup de doutes

Le sujet de la vaccination est sensible, ceux qui la refusent sont plutôt mal vus et préfèrent ne pas s’exprimer. Ce retraité de 68 ans lui fait partie des réticents qui assument : "Je n’en veux pas, pourquoi je ferais le vaccin ? Je n’y crois pas. Moi et ma femme nous n’allons pas nous faire vacciner. Vous voyez que les gens qui ont été vaccinés ont attrapé quand même le Covid. Et puis ce virus mute toujours. S’il y un nouveau variant, les doses que les gens ont eu ne servent à rien."

Publicité

Cette Pékinoise de 71 ans, elle, a longtemps résisté. Elle a fini par se faire vacciner il y a quelques jours, sous la pression de son entourage. "Je viens de faire la premier dose, parce que j’ai une maladie chronique aux reins. Mon médecin m’a dit que je devais me faire vacciner, mes enfants me l’ont aussi demandé. Alors finalement, je suis allé le faire."

À lire aussi : La Chine confrontée aux limites de sa stratégie "zéro Covid"

Dans l'attente des vaccins à ARN messager

À cause notamment des seniors, la Chine hésite à remettre en cause sa politique zéro Covid, car cela pourrait se traduire par une forte mortalité. Pour le professeur Jin Dongyan, l’un des virologues les plus réputés de Hong Kong, "le virus est maintenant si faible qu'une politique zéro Covid est inutile, elle ne devrait pas être mise en place. Mais pourquoi on la pratique quand même ? Parce que les seniors en Chine, le groupe le plus vulnérable, n’est pas suffisamment vacciné. On n’a pas encore construit d’immunité collective".

L’efficacité des vaccins chinois est aussi remise en cause. Pour le professeur Jin Dongyan, la Chine doit accepter d’autres vaccins que les siens, ce qui devrait faciliter la levée de la stratégie zéro Covid. " Nous disons depuis longtemps que la commercialisation des vaccins importés doit être approuvée le plus rapidement possible. Si on se soucie vraiment de la vie et de la santé des gens, on doit approuver les vaccins à ARN messager comme Pfizer et ce dès que possible ."

Pékin a bien autorisé le traitement anti-Covid développé par Pfizer, mais le vaccin lui n’est toujours pas reconnu en Chine.

À lire aussi : Covid-19 : un Français enfermé à Shanghai témoigne de l'absence de douche et de fenêtre