Publicité

En Italie, le gouvernement pousse à la procréation

Par
Logo de la journée de la fertilité en Italie
Logo de la journée de la fertilité en Italie

Face à une chute des naissances dans le pays, le gouvernement de Matteo Renzi lance ce jeudi 22 septembre la "journée de la fertilité" pour encourager la population italienne à procréer. Retour en chiffres sur un pays qui connaît un des taux de fécondité les plus faibles du monde.

A l’image de ses voisins européens, l’Italie connaît depuis des années une chute du nombre de naissances. En l’espace d'un demi siècle, le taux de fécondité y a baissé de 41%. Quant au taux de naissance brut (pour 1 000 personnes), il est passé de 18,1 en 1960 à 8,3 en 2014.

En Europe, l’Italie se place parmi les pays qui connaissent un taux de fécondité faible comme le Portugal (le plus faible au monde après la Corée du Sud), la Moldavie, la Bosnie-Herzégovine, l’Espagne, la Pologne, la Grèce, la Slovaquie, la Hongrie, Malte et l’Allemagne. Un triste constat pour la ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, qui a déclaré que « l’Italie est un pays mourant ».

Publicité

Pour enrayer cette tendance, le gouvernement a engagé un plan national pour la fertilité dans tout le pays. La campagne de communication qui accompagne ce plan pour sensibiliser les jeunes générations à la procréation a été lancée la semaine dernière sous le nom de « Fertility Day ». Voyant la polémique enfler, la ministre de la Santé a suspendue la campagne de communication tout en gardant la journée d’information sur la fertilité.

Journée de la fertilité en Italie

1 min

Un des slogans de la campagne : " La beauté n'a pas d'âge. La fertilité si. "
Un des slogans de la campagne : " La beauté n'a pas d'âge. La fertilité si. "
- Twitter @FertilityDay

Depuis les années 1960, le taux de fécondité est en chute libre. En l’espace de 54 ans, il a connu une baisse de 41%. En 2015, ce taux est d’1,37 alors que la moyenne mondiale est de 2,45. Une situation d’autant plus préoccupante que le nombre des naissances en 2015 est passée sous la barre des 500 000.

Evolution du taux de fécondité en Italie
Evolution du taux de fécondité en Italie
© Radio France - Antoine Guerrier

Le quatrième pays le plus peuplé d’Europe connaît pour la première fois depuis 1919 une baisse de sa population en 2015. Dans le détail, l’évolution des populations par tranche d’âge est inégale. On constate une hausse importante des plus de 65 ans, quand les 0-14 ans sont en baisse, tout comme les 15-64 dans une moindre mesure. L’évolution de cette pyramide des âges est à l’image de l’Europe vieillissante.

Répartition de la population italienne par tranches d'âges
Répartition de la population italienne par tranches d'âges
© Radio France - Antoine Guerrier

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse de la natalité dans le pays. Des facteurs sociaux. L’espérance de vie dans le pays notamment depuis les années 60 a évolué de manière considérable. En 1960, elle était de 69 ans, alors qu’en 2014 elle atteint 82 ans, soit un gain de 13 années.

Le volet économique est également à prendre en compte. En Italie, le chômage touche 39,1% des 16-25 ans. Au total, le taux de chômage atteint 11,6% en juin 2016 au niveau national. Une atmosphère peu propice aux projections en tous genres comme le reconnaît le président du Conseil Matteo Renzi lors d’un entretien au Corriere della Sera : « Les gens font des enfants lorsqu’ils peuvent avoir un travail à durée indéterminée, contracter un prêt, avoir une crèche en bas de chez eux. Voilà la vraie campagne ».