Publicité

En marche vers quelle réindustrialisation ?

Par
Lors de sa visite d'une usine de masque le 31 mars, Emmanuel Macron a dit souhaiter «l'indépendance pleine et entière» de la France «d'ici la fin de l'année» dans la production de masques (FFP2, chirurgicaux, et catégorie 3 et 4)
Lors de sa visite d'une usine de masque le 31 mars, Emmanuel Macron a dit souhaiter «l'indépendance pleine et entière» de la France «d'ici la fin de l'année» dans la production de masques (FFP2, chirurgicaux, et catégorie 3 et 4)
© AFP - LOIC VENANCE

L'éco d'après. "Il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance" a déclaré Emmanuel Macron fin mars. Réindustrialiser, relocaliser, on en parlait avant le coronavirus. Dans le "monde d'après", c’est pour de bon ?

En marche vers quelle réindustrialisation ? Par Marie Viennot

4 min

La pénurie de masques a illustré les limites à l’importation pour certains biens stratégiques ou essentiels. Auparavant, la mise à l’arrêt d’une partie de la production en Chine avait aussi semé le doute chez les industriels sur les calculs qui ont conduit à dispatcher les chaines de sous-traitance d’un bout à l’autre du globe. 

La réindustrialisation ou relocalisation des activités industrielles (ce qui n'est pas la même chose) ne sont pas des sujets nouveaux. On parle du made in France depuis des années, et le gouvernement devait lancer en 2020 un Pacte Productif allant dans ce sens

Publicité

La nouveauté depuis le Covid-19, c’est que les objectifs poursuivis ont évolué. 

Jusqu’à maintenant, le but de la réindustrialisation était triple : créer des emplois, rééquilibrer notre balance commerciale très déficitaire, et tenter de ne pas rater le train des industries innovantes : 5G, batteries, véhicule autonome, etc. 

Après un mieux entre 2016 et 2018, on a de nouveau fermé plus d'usines qu'on en a créées en 2019, selon Trendeo
Après un mieux entre 2016 et 2018, on a de nouveau fermé plus d'usines qu'on en a créées en 2019, selon Trendeo
- Trendeo

Il y a un objectif de plus dorénavant : l’indépendance… 

Indépendance pour des biens qui peuvent être utiles, mais pas très innovants, typiquement les masques, et indépendance dans la chaîne de production et la sous-traitance, histoire que par exemple, la production d’automobiles en France ne soit pas interrompue parce qu’il manquerait une pièce produite en Chine. 

Cette volonté d’indépendance s’affiche désormais et avec de nouveaux mots au plus haut sommet de l’Etat. 

Il nous faudra rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française et plus d'autonomie stratégique pour notre Europe.                      

Emmanuel Macron, le 13 avril.

Lors d’une visite dans une usine de masques le 31 mars, le chef de l’Etat avait même eu ces mots :

Le jour d'après ne ressemblera pas au jour d'avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. Nous avons commencé avant la crise, et vous m'avez souvent entendu vous en parler. Nous avons passé des réformes qui permettent à notre pays d'être plus compétitif. Mais il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance.                      

Emmanuel Macron.

Etat des lieux de l'industrie française
Etat des lieux de l'industrie française
© Visactu

Les dangers de notre dépendance exposés au grand jour

On part de très loin. Actuellement, 64% de la consommation finale des ménages est importée; pour les médicaments et le textile, on est proche de 80%. Ici une étude de l'Insee à ce sujet. 

Que serait l’indépendance industrielle ? Pour quels produits ? Serait-elle à ce point créatrice d’emplois ? Réponse de David Cousquer, patron de Trendeo, un institut qui tient un inventaire très précis des projets industriels en France. 

Vers quelle réindustrialisation ?

1 min

La mise en œuvre de ces réflexions prendra des années. "Une génération", a même écrit la Commission européenne dans la stratégie pour une nouvelle politique industrielle qu’elle a publié en mars dernier. 

Pour David Cousquer, si on veut relocaliser, il faut partir des raisons qui ont poussé les industriels à délocaliser et l'une d'elle, c'est la difficulté à l'accès aux terrains, au foncier. 

David Cousquer : "Il y a un problème d'accès au foncier pour les industries"

37 sec

En France, le Conseil National de l’Industrie placé auprès du Premier ministre planche sur un plan d’action qui sera prochainement soumis au gouvernement et sera intégré au plan de relance, qui devrait être présenté en septembre. 

Quelles industries sont considérées comme stratégiques ? 

Bercy a déjà une idée assez précise des industries qui doivent être relocalisées ou créées en Europe. Pour Bruno Le Maire, tout n'a pas à être relocalisé, il faut tenir compte de la valeur ajoutée de ces industries, et de leur caractère stratégique. Les exemples qu'il donne dans ses interventions sont les suivantes : les batteries, les énergies renouvelables, l'hydrogène, la 5G. 

L'Union Européenne a aussi dressé une liste de secteurs prioritaires dans la stratégie industrielle qu'elle a publié en mars. 

  • 5G
  • cybersécurité, 
  • infrastructure de communication quantique essentielle, 
  • robotique,
  • microélectronique,  
  • calcul à haute performance et de 
  • l’infrastructure de données en nuage, 
  • des chaînes de blocs,  
  • des technologies quantiques, 
  • de la photonique, 
  • de la biotechnologie industrielle, 
  • de la biomédecine, 
  • des nanotechnologies, 
  • des produits pharmaceutiques et des matériaux et technologies avancés. 
  • défense 
  • espace

L'approche du gouvernement français pour la réindustrialisation s'inscrit dans l'agenda européen. Un secteur qui est davantage mis en avant depuis le coronavirus, c'est celui des matières premières (pas seulement agricoles mais aussi les minerais, et métaux). 

La demande de matières premières devrait doubler d’ici à 2050, rendant indispensable une diversification de l’approvisionnement pour accroître la sécurité de l’approvisionnement en Europe. Les matières premières critiques sont également cruciales pour les marchés tels que ceux de l’é_lectromobilité_, des batteries, des énergies renouvelables, des produits pharmaceutiques, de l’industrie aérospatiale, de la défense et des applications numériques. 10 mars 2020. Commission européenne.

David Cousquer met en avant deux industries stratégiques (qui sont dans celles préconisées par l'UE et Bercy : la robotique, et l'énergie. 

David Cousquer :"Deux filières stratégiques : l'énergie et la robotique"

1 min

Un jour, un grand débat industriel ? 

Ce qui a pu changer aussi avec le Coronavirus, c’est qu’ayant éprouvé les dangers de la dépendance aux produits "made in ailleurs", les Françaises et Français exercent une pression plus forte sur les politiques, notamment sur les politiques de libre-échange voire qu’ils changent de mode de consommation.

Peut être aussi nous sentirons nous plus concernés par ces enjeux industriels ? 

L’idée a aussi été émise par Gabriel Colletis, économiste et auteur de Manifeste pour l’Industrie, que les citoyens puissent être associés à ces réflexions de souveraineté productive, comme pour la convention citoyenne sur le climat. 

David Cousquer est plus sceptique et pense qu'on pourrait certes avoir des débats citoyens sur quelques enjeux stratégiques, mais il doute que les Français et Françaises s'y intéressent dans la durée. 

David Cousquer :" Un débat citoyen sur l'industrie pourquoi pas, je doute que cela intéresse les gens dans la durée"

1 min