Publicité

Enseignement à distance : "On peut craindre un élargissement des inégalités" dans l'éducation

Par
Une collégienne suit un cours en streaming, depuis sa maison, avec ses camarades de classe.
Une collégienne suit un cours en streaming, depuis sa maison, avec ses camarades de classe.
© Getty - Alfonso Di Vincenzo

Entretien. Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des établissements scolaires, "jusqu'à nouvel ordre". Une mesure de santé publique nécessaire, mais qui soulève de nouvelles problématiques : comment assurer un enseignement égal pour tous les élèves ?

La crise actuelle du coronavirus a finalement conduit à la fermeture des établissements scolaires, a annoncé le président de la République dans son allocution, jeudi 12 mars. "Dès lundi, et jusqu'à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés", a certifié Emmanuel Macron, contrevenant par là les dénégations du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer qui, le matin même, niait encore farouchement cette possibilité, assurant que la fermeture "totale" de toutes les écoles n'avait "jamais été envisagée". Une mesure qui concerne 12 millions d'élèves, de la maternelle au lycée. 

À lire : Coronavirus : les mesures d'exception annoncées lors du discours d'Emmanuel Macron

Cette décision de l'exécutif est une première dans l'histoire de la cinquième République. Jamais auparavant, le gouvernement n'avait décidé de fermer la totalité des établissements scolaires. "Le seul élément qui s'en rapprocherait, c'est la généralisation de l'arrêt des écoles, des lycées et des universités au moment de 68. Mais elle n'a pas été décidée par le pouvoir exécutif du tout. Et elle s'est terminé au bout de quelques jours", rappelle à ce sujet l'historien de l'éducation Claude Lelièvre, lors d'un entretien avec Louise Tourret qui sera diffusé dans l'émission "Etre et savoir" ce dimanche 15 mars sur le thème "Coronavirus : faire l'école sans l'école ?" :

Publicité

Ici, c'est une décision centrale pour l'ensemble des départements. Ce qui n'a jamais eu lieu, même pendant les guerres, même pendant les grandes épidémies, y compris en ce qui concerne la grippe dite espagnole de la fin de la guerre 14-18. C'est tout à fait inédit. Il n'y a rien qui ressemble à cela de près ou de loin en France. C'est quelque chose de vraiment historique, ayant une charge symbolique extrêmement forte.

Plus d'inégalités dans l'enseignement ?

Pour pallier l'absence de cours physiques, le gouvernement a annoncé que les étudiants des 180 établissements publics, dont 74 universités, verront assurée "une continuité pédagogique", de manière à "faire fonctionner l'enseignement dans des conditions exceptionnelles". Parmi les outils mis à disposition, la plateforme "Ma classe à la maison", qui est déjà utilisée depuis plusieurs semaines par près de 2 000 élèves des lycées français d'Asie. Le gouvernement a précisé qu'elle pouvait désormais supporter 15 millions de connections simultanées.

D'autres professeurs ont d'ores et déjà annoncé à leurs élèves qu'ils allaient faire cours via des plateformes habituellement plutôt privilégiées pour les jeux vidéo, preuve que le corps professoral ne manque pas de ressources : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Mais malgré la bonne volonté du corps enseignant, la dématérialisation des cours va nécessiter une attention particulière des familles, ne serait-ce que pour s'assurer de la présence et du suivi des étudiants. L'enseignement à distance pose ainsi la question de l'égalité de l'enseignement, quand les familles ne sont pas toutes en mesure d'apporter le même soutien à leurs enfants. "Il y a un risque corollaire d'inégalité renforcé selon les familles", affirme Claude Lelièvre. L'historien de l'éducation estime que la mise en place des dispositifs d'école à la maison "va être un élément fondamental dans les semaines à venir" :

[Le classement] PISA nous montre déjà que nous n'arrivons pas à être bons - et c'est même le contraire - en ce qui concerne les inégalités d'origine socio-culturelle. Les enseignants n'ont pas l'habitude de travailler avec les parents et beaucoup de parents n'ont pas non plus l'habitude de travailler avec les enseignants, avec l'Education nationale ou avec les supports web, ça ne va donc pas être facile. On peut craindre qu'au moins, dans un premier temps, il y ait un élargissement des inégalités. 

En savoir plus : Doit-on noter l'école ?

L'enseignement à distance, s'il venait à s'éterniser, pourrait donc accentuer les inégalités relevées par le classement PISA, qui mesure tous les trois ans les performances de 600 000 élèves de 15 ans dans 79 pays. Dans plusieurs rapports, déjà, le PISA a en effet relevé que le système éducatif français ne fait qu'accroître les inégalités pré-existantes : "Les élèves français de milieux sociaux économiques défavorisés sont cinq fois plus nombreux que ceux des milieux favorisés à ne pas atteindre le niveau minimal de lecture. C'est un des scores les plus élevés de l'OCDE", commentait José Ángel Gurría, secrétaire général de l'OCDE, à propos du dernier classement, en décembre 2019.

Pour Claude Lelièvre, c'est la façon dont tout a été orchestré au niveau national, sans prise en compte des disparités, qui risque de poser problème : "Ce genre de choses peut difficilement se traiter et se généraliser d'un seul coup sur l'ensemble du territoire. On est encore une fois jacobin, alors qu'on sait très bien que c'est une des raisons pour lesquelles on a du mal à vraiment lutter contre les inégalités."

Des familles au centre du dispositif

Avec cet enseignement à distance, les familles vont prendre une place bien plus importante dans le dispositif éducatif. Avec pour conséquence, si la crise venait à s'éterniser, un bouleversement de l'école telle qu'on la connait actuellement, selon Claude Lelièvre. "Traditionnellement, l'école républicaine française s'est constituée en laissant les parents dans une position marginale dans son fonctionnement. Mais si [cette crise] dure par exemple deux ou trois mois, ce sont les familles qui vont se retrouver au centre du dispositif concret", précise l'historien de l'éducation : 

_O_n peut penser que l'école ne retournera pas indemne à son ancien fonctionnement. Au fond, si ça dure quelques mois, il va y avoir un déplacement de gravité, alors qu'actuellement ce sont les professeurs qui sont au centre [du système éducatif]. [...] Je suis persuadé que si cela dure quelques mois, ce qui n'est pas invraisemblable, un bon nombre de familles se seront investies pour soutenir ou faire soutenir concrètement beaucoup plus que d'habitude leurs enfants. Elles vont se sentir à la fois attirées par des problèmes de pédagogie, de didactique, etc. Il faut aussi considérer que, beaucoup plus qu'avant, elles ont leur mot à dire là-dessus. En France, c'est un débat continuellement renouvelé dans les fédérations de parents d'élèves de savoir jusqu'où elles peuvent aller dans leurs interventions par rapport à l'Éducation nationale. La pédagogie, ou le didactique, est un point extrêmement sensible qui, à mon avis, sera très présent après [cette crise], avec certainement des points de non-retour. Si la famille fait école, elle pourra dire qu'elle peut continuer à faire école, et être co-éducateur dans l'école. 

"C'est un mal pour un bien", statue Claude Lelièvre, assurant qu'il manque un lien de confiance et de collaboration entre enseignants et parents. Mais sans nier que la situation risque de faire augmenter le nombre de conflits. "C'est une période qui va opérer des changements et dont on ne sortira ni indemne, si cela se passe mal sur certains points, ni sans marge de progrès, s'il y a des éléments d'avenir qui se font jour. On peut faire le pari de l'avenir... mais admettons tout de même qu'on ne peut pas dire que ça a vraiment été préparé".