Publicité

Entretien avec le docteur Jacques MATEU

Par
Entretien avec Jacques Mateu
Entretien avec Jacques Mateu

A la Convention Européenne et Nationale de science-fiction qui s'est déroulée à Amiens en juillet 2018, Natacha Vas-Deyres a interviewé le docteur Jacques Mateu sur les rapports existant entre science-fiction et médecine Jacques Mateu est chirurgien spécialiste en chirurgie plastique

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A l'occasion de la Convention Européenne et Nationale de science-fiction qui s'est déroulée à Amiens en juillet 2018, Natacha Vas-Deyres a interviewé le docteur Jacques Mateu sur les rapports existant entre science-fiction et médecine. Jacques Mateu est chirurgien spécialiste en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, ancien Interne et Assistant des Hôpitaux Universitaires, ancien Chef de Clinique des Universités, il est membre enseignant du Collège Français de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique à Paris.        Passionné par le vécu des corps, il organise tous les dix-huit mois depuis 2008 à Montpellier les "Assises du Corps Transformé", co-fondées avec François Vialla,  Directeur du Centre Européen d’Etudes et de Recherche Droit et Santé de la Faculté de Droit de Montpellier. Ce congrès international, fondé sur la transdisciplinarité, s’adressait initialement à un public de médecins et de juristes, mais la manifestation s’est élargie aujourd’hui à toute personne s’intéressant au corps sous ses différents aspects : médicaux et juridiques certes, mais aussi sociologiques, philosophiques, anthropologiques, historiques, théologiques, artistiques…    Il est l'auteur de nombreuses publications scientifiques ainsi que de plusieurs ouvrages dans la collection « A la croisée des regards » (Editions BDSN), mais également consultant médical pour le cinéma dans trois longs métrages (A cœur ouvert de Marion Laine, 9 mois ferme  et Au revoir là-haut d'Albert Dupontel).