Publicité

Entretiens avec Emmanuel Levinas [Bac philo]

Par

Chaque année, France Culture accompagne la préparation des lycéens au baccalauréat. Les Nouveaux Chemins de la connaissance, la Fabrique de l'Histoire, Les Carnets de l'économie et plusieurs émissions scientifiques dont Planète Terre offrent ainsi une semaine de diffusions consacrées aux révisions du bac. En marge de l'émission d'Adèle Van Reeth Explication : Emmanuel Levinas, "Ethique et infini", nous vous proposons de réécouter deux des entretiens du philosophe avec Philippe Nemo, à l'origine même de l'ouvrage Ethique et Infini .
> Retrouvez l'intégralité de notre dossier "Révisez le bac avec France Culture"
Dans le cadre de la semaine baccalauréat, vous pouvez également réécoutez :

Aux origines de la théorie de la tectonique des plaques [Bac Sciences]

Publicité

Souvenirs de la résistance, avec Germaine Tillion [Bac Histoire]

En 1980, le célèbre philosophe français Emmauel Levinas, réputé hermétique, accorde une série d'entretiens à Philippe Nemo, pour l'émission Les Chemins de la connaissance. L'objectif est de simplifier – sans vulgariser – sa pensée, et ce afin de la rendre accessible au plus grand nombre.

Emmanuel Levinas
Emmanuel Levinas

Dans un de ces entretiens, Levinas discute de "Totalité et infini", un de ses plus grands ouvrages, où il est question de totalitarisme et de liberté. "Qu'est ce que le secret dont parle Levinas ? Interroge et résume au cours de l'interview Philippe Nemo. C'est le fait que ma vie n'est jamais intégrable dans une totalité objective. Ma vie n'est jamais identique pour moi, et dans la réalité telle que je la connais, à ce qu'en dira celui qui survivra après ma mort et en écrira, éventuellement, mon histoire. Il ne saisira, en effet, qu'un aspect de ma vie et aura sur elle une perspective éminement fausse. Dès lors une socialité respectueuse de la vérité de la vie humaine doit être toujours une socialité pluraliste. De là, la condamnation du ou des totalitarismes en tant que doctrines qui considèrent la société totalement ou globalement d'un point de vue, si l'on veut panoramique, et tel que de ce point de vue la vie des individus ne recèle plus de secrets, ou ne recèle plus que des secrets secondaires. Mais la conséquence est aussi, et c'est plus subtile, la condamnation de toute doctrine sociale basée sur un point de vue scientifique globalisant, même si cette doctrine n'est nullement totalitaire au sens ordinaire du terme, c'est-à-dire fondée sur la violence ou la toute puissance de l'état, c'est ainsi qu'est condamnable même un certain libéralisme ; c'est-à-dire celui qui ne défendrait la liberté que parce que la liberté serait plus efficace scientifiquement dans une société, notamment au plan économique, que la contrainte. Un tel libéralisme, en effet, ferait dépendre la liberté d'un principe objectif, d'un principe de savoir, et non pas du secret essentiel des vies, et la liberté ne serait alors que toute relative. " :

Emmanuel Levinas : Les limites du savoir

14 min

"Autrui me regarde, et dans le sens où j'en suis responsable sans prendre de responsabilité, sa responsabilité m'incombe. C'est une responsabilité qui va au delà de ce que je fais ", dit Emmanuel Levinas dans ce second entretien avec Philippe Némo, où ils abordent ensemble les idées que le philosophe a développé dans son essai , Autrement qu'être ou au delà de l'essence :

Levinas fait ici de la morale une règle absolue, qui définit l'existence et la relation à autrui ; qu'il appelle la responsabilité-pour-autrui. Aux yeux du philosophe, l'expérience d'autrui se traduit par le visage, non pas au sens propre, mais comme l'expressif de l'autre, qui renvoie à sa responsabilité. La subjectivité est investie d'une responsabilité totale.

"Il y un sentiment double devant le visage, explique le philosophe Jean-Michel Salanskis au micro d'Adèle Van Reeth. Autrui est en détresse, sa responsabilité m'incombe ; autrui est un maitre d'enseignement, sa parole est à écouter. Je suis dans ce double sentiment et c'est ce double sentiment qui est l'accès à autrui. Dans la vision Levinasienne on ne comprend rien à l'un et à l'autre si on ne le prend pas au niveau sentimental ".