Publicité

Essais nucléaires, fuite radioactive : l'inquiétude s’accroît à la frontière entre la Chine et la Corée du nord

Par
Des touristes chinois regardent et interpellent une femme militaire nord coréenne sur la digue d’un port militaire.
Des touristes chinois regardent et interpellent une femme militaire nord coréenne sur la digue d’un port militaire.
© Radio France - Dominique André

Reportage. Les tirs de missiles et essais nucléaires de Pyongyang succèdent aux sanctions économiques et avertissements lancés par la communauté internationale. Mais sur le terrain ? La Chine a-t-elle réellement fermé sa frontière ? Reportage auprès des Chinois les plus exposés.

Le régime de Pyongyang vient à nouveau de tirer un missile au-dessus du Japon. Moins d'une semaine après l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une huitième série de sanctions pour tenter de convaincre le pays reclus de renoncer à ses programmes balistique et nucléaire interdits. Le 3 septembre dernier, la Corée du nord réalisait son sixième essai nucléaire. Mais comment se traduisent ces tensions sur le terrain ? Il y a quelques jours, notre correspondante en Chine, Dominique André, s'est rendue à la frontière sino nord coréenne. Avec des liens entre les deux pays qui restent ténus.

Ici, entre les entorses aux sanctions et le commerce illégal, les camions circulent

2 min

Le pont de Dandong, dans le nord est de la Chine, enjambe le fleuve Yalu, qui sépare la République populaire de Chine et la Corée du nord.

Publicité

70% du commerce entre les deux pays passe par ce point névralgique dans la région du Liaoning, qu’on appelait autrefois la Mandchourie.

Ces derniers mois, Pékin a promis de respecter les résolutions de l'Onu. Mais entre les entorses aux sanctions et le commerce illégal, les camions circulent. Et la Corée du nord continue de s'armer d'après un camionneur chinois.

C'est un pays très pauvre. L'économie est très en retard. Il y a un écart de plusieurs dizaines d'années avec la Chine. Mais leur défense nationale, ça va. Ils investissent beaucoup dans le militaire et la défense.

Le pont de l’Amitié vu du fleuve Yalu avec les camions vers la Corée du nord
Le pont de l’Amitié vu du fleuve Yalu avec les camions vers la Corée du nord
© Radio France - Dominique André

Soucieux de protéger la Corée du nord pour contenir l'influence américaine dans la région, mais en même temps opposés au nucléaire nord coréen, les dirigeants chinois se montrent hésitants, explique le spécialiste de la Corée à l'université du peuple Cheng Xiaohe.

Beaucoup de gens doutent depuis des années de la position de la Chine vis-à-vis de la Corée du nord. On voit que la Chine n’a pas obtenu les résultats prévus. Le but initial de la Chine était qu’il n'y ait pas de guerre, pas de bouleversement, pas d’armes nucléaires. Ce dernier objectif n'est pas réalisé ! Et cette situation troublée s'aggrave de plus en plus. Maintenant, c est le moment où l'état chinois doit prendre une décision stratégique importante.

Les enjeux internationaux dans la zone n'échappent pas aux habitants de la ville frontière : c'est même un grand sujet de discussion à table ! confirme cet enseignant

C'est un enjeu politique entre les différents pays ! On en discute entre nous après le travail ! C'est possible que le danger existe, mais je ne pense pas que les nord coréens oseront menacer la Chine avec leurs essais nucléaires. Pour moi, les Etats-Unis ont une responsabilité dans cette affaire. Imaginons si les Etats-Unis étaient moins sévères. Je pense que les essais nucléaires c'est une façon de se protéger pour un petit pays comme la Corée du nord. Parfois, j’ai même de la pitié pour eux.

© AFP - John Saeki

Et la pollution nucléaire ?

Dans cette importante ville chinoise d’un million d'habitants, aux portes du pays ermite, on craint avant tout de la pollution nucléaire. Madame Bian, enseignante à Dandong, surveille désormais le taux de radioactivité :

Le fleuve Yalu est la ressource d'eau principale pour les gens de Dandong. Et si le fleuve est pollué, c'est fini ! On fait donc attention aux conséquences qui peuvent changer notre vie. On s'inquiète depuis qu’on sait que la Corée du nord a des installations nucléaires et qu’ils font des essais de bombes ! Avant on ne s'inquiétait pas comme ça ! Je regarde sur internet ! J'espère que les reportages pourront être publiés dans notre pays. Si le pays ne le fait pas, cela risque au contraire de nos inquiéter !

Les scientifiques chinois ont relevé officiellement une légère augmentation du taux de la radioactivité, qu'ils affirment suivre avec attention. Mais ils ne font pas le lien avec l'essai nucléaire de la Corée du nord. Cheng Xiaohe comprend l’inquiétude de la population

Le récent sixième essai nucléaire présente des risques pour les populations locales. Le premier risque est que le tir a provoqué un séisme dans la région. Certains bâtiments sont fissurés, et des habitations en Chine ont également des fissures. Le deuxième risque est qu’en plus il y a eu une fuite de radioactivité sur le site de l'essai en Corée du nord. Pour l’instant, la quantité est faible. Est-ce que cela va augmenter au point de toucher la santé des populations chinoises qui vivent près de la frontière ? On se doit d'être vigilants.

Le président chinois Xi Jinping détesterait Kim Jong-un, dit on en Chine. Mais il craint encore plus un bouleversement dans la zone. Le leader nord coréen l'a bien compris. A la frontière, les locaux patientent en surveillant un peu plus les retombées des essais nucléaires.

En avril 2016, Dominique André était déjà allée à cette même frontière entre les deux pays :

3 min

Mise en ligne avec l'aide d'Eric Chaverou