Publicité

"Esther est le Tintin et l'Astérix des années 2020" : sortie du 7e tome des "Cahiers d'Esther" de Riad Sattouf

Par
Le tome 7 de "Les Cahiers d'Esther" de Riad Sattouf est paru ce jeudi 2 juin aux éditions Allary.
Le tome 7 de "Les Cahiers d'Esther" de Riad Sattouf est paru ce jeudi 2 juin aux éditions Allary.
- © Allary Éditions

Critique. Inspiré de la vraie vie d'une adolescente, Riad Sattouf a fait paraître le 2 juin le septième tome de sa série "Les Cahiers d'Esther" qui suit l'évolution d'une enfant depuis l'âge de 10 ans. Qu'ont pensé nos critiques de ce nouvel opus ?

Le 2 juin, les éditions Allary ont fait paraître le dernier tome des aventures adolescentes de la jeune Esther - Les Cahiers d'Esther créés par Riad Sattouf et nourris d'anecdotes que l'auteur et dessinateur emprunte au quotidien de la fille d'un couple d'amis. Dans ces "cahiers" fictifs, Esther partage son quotidien entre son école, ses amis et sa famille, livrant un portrait de la jeunesse d'aujourd'hui. Riad Sattouf a prévu de poursuivre la série jusqu’aux 18 ans de l'adolescente, qui avait 9 ans lors du premier tome.

Alors, de quoi parle le tome 7 des "Cahiers d'Esther" ?

L'année des 16 ans, c'est l'année de l'entrée au lycée ! Esther est en seconde, elle se rebelle, brave les interdits parentaux, découvre l'indépendance et une nouvelle forme de liberté. Ancrée dans notre réalité, Esther suit la plupart de ses cours à distance, à cause du covid. 16 ans c'est aussi l'âge de nombreuses remises en question, d'interrogations et de découvertes : penser à son avenir, à son orientation, aux relations amicales et amoureuses, telles sont les préoccupations qui agitent la jeune fille ; elle grandit et découvre la vie d'adulte, non sans difficultés parfois.

Publicité

"Depuis quelques tomes déjà, Esther s'est prise au jeu. Quand elle était petite, c'était comme un pingouin. C’est-à-dire qu'elle n'avait pas conscience que je la dessinais, elle passait devant mon carnet, elle ne voyait pas ce que j'en faisais vraiment. Ça ne l'intéressait pas. Maintenant, quand elle organise son anniversaire, il y a des gens qui lui offrent 'Les Cahiers d'Esther' sans savoir qu'elle est la vraie Esther. […] Elle n'en revient pas de son impact." Riad Sattouf, auteur et dessinateur de la série Les Cahiers d’Esther

Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
- © Allary Éditions

Les avis de nos critiques

Sarah Ihler Meyer, critique d’art et commissaire d’exposition : "Ce qui s'impose tout de suite, c'est la drôlerie."

Les œuvres de Riad Sattouf sont empreintes d'une touche d'humour propre à l'auteur, et le 7e tome de sa série n'y échappe pas comme le souligne Sarah Ihler Meyer : "J'ai beaucoup ri en la lisant, en raison des anecdotes que raconte Esther et des commentaires qu'elle émet sur ces situations."

Le choix des mots et la mise en écriture des situations fondent en partie la "drôlerie" de l'album : "La dimension comique de cette bande dessinée tient aussi à sa dimension langagière, qui est toujours très présente chez Riad Sattouf. Ses idées sont toujours très bavardes. Ici, il restitue une langue, celle de ces adolescents, avec des expressions comme 'en mode', 'genre', 'mdr' [...] qui ponctuent presque toutes leurs phrases." Même si le dessin reste un élément clé du succès de la série : "Le comique est soutenu par le dessin très expressif et épuré de Sattouf qui parvient à incarner toute une gamme d'émotions et d'états juste en quelques traits."

43 min

"Cette BD nous révèle des mécanismes sociaux"

Loin de n'être qu'un condensé de situations burlesques et d'anecdotes, cette nouvelle bande dessinée aborde aussi les questions de rapports sociaux, d'inégalité et d'injustice, vues par le prisme d'une adolescente : "Je trouve qu'en plus, au-delà de la drôlerie, ce qui est intéressant c'est que la plupart des épisodes révèlent des mécanismes sociaux qui découlent des rapports de genre et de la domination masculine. D'autre part, beaucoup d'épisodes donnent à voir comment l'adolescence est un moment important d'incorporation - ou au contraire de rejet - des normes sociales. Et en particulier de celles relatives au genre." Et Lucile Commeaux, productrice de "La Grande Table critique", de rajouter : "On a l'impression qu'il s'agit de plus en plus de documenter le rapport de genre entre jeunes aujourd'hui."

À Sarah Ihler Meyer, il importe peu de savoir si les faits rapportés par Esther sont fidèles à la réalité ou pas : "Ce qui est notable [...] c'est cette dimension sociologique et réflexive portée par le regard d'Esther que Riad Sattouf restitue au mieux, sans se situer en surplomb par rapport son objet. Donc c'est un regard, en l'occurrence d'une adolescente, mais déjà caractérisé par un certain recul."

55 min

Portrait d'une jeunesse éveillée

Alors que la politique prend une place de plus en plus importante au sein de la jeunesse, le personnage d'Esther est lui-même en plein "éveil d'une conscience politique" au fil des épisodes, passant "par la perception de différences de classe entre elle et ses amis du lycée, des 'gros bourges', comme le dit cette enfant issue de la classe moyenne. Et cet éveil à une conscience politique passe aussi par des affects de révolte, d'injustice sociale et aussi de colère vis-à-vis des riches. [...]"

Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
- © Allary Éditions

Lucile Commeaux, productrice de "La Grande Table critique" : "Une forme de gravité sur ce qu'est l'adolescence"

Si les critiques s'accordent sur la dimension humoristique de cet album, Lucile Commeaux pointe la gravité qui se fait jour dans l'évocation des enjeux contemporains : "Il y a une petite musique un peu en dessous du rythme effréné, des rigolades, des accents et des parlures qui sont toujours très authentiques. Et cette petite musique est celle d'une forme de gravité qui accompagne l'adolescence en 2021 avec le covid, les débats sur le vaccin, le traumatisme que la pandémie a constitué. Esther a par exemple un débat avec des amis qui ne veulent pas se faire vacciner et qui croient à une théorie du complot. Ça finit dans un éclat de rire, mais c'est extrêmement amer, c'est la dernière case et on ne sait pas exactement ce qu'il en est de la fracture entre Esther et ses amis sur ce sujet."

Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
- © Allary Éditions

Joseph Ghosn, directeur de la rédaction des Inrockuptibles"Il a réussi a reprendre ce qui a constitué le ferment de la bande dessinée"

Avec cette série qui voit grandir sous ses yeux une adolescente, Riad Sattouf est parvenu à s'inscrire dans un héritage de la bande dessinée française et à y ancrer solidement son personnage : "Il réussit à renouer avec le ferment de la bande dessinée indépendante des années 90 et 2000. C'est-à-dire avec toutes ces questions sociales. Il reprend aussi ce qui se faisait avant lui : créer un personnage, faire une série. C'est à peu près le seul de sa génération à avoir réussi cela, et à écrire même deux séries en parallèle. En faisant ça, il parvient à faire passer des choses que la bande dessinée indépendante n'avait pas forcément réussi à faire passer à l'époque. [...] Esther c'est le Tintin et l'Astérix des années 2020."

Une certaine lassitude ?

Néanmoins si Joseph Ghosn souligne la réussite de ce nouvel album, il pointe - après la parution des six précédents - une certaine lassitude : "C'est très facile d'être client parce que c'est drôle, réussi et que Riad Sattouf a une dynamique que l'on connaît depuis une bonne vingtaine d'années et qui fait sa signature. [...] Mais j'ai l'impression qu'il fait toujours le même album depuis 20 ans, mais comme un groupe fait souvent la même chanson."

"Il y a un triple jeu entre la fiction, l'enfant visé et les adultes"

Pour Sara Ihler Meyer, la frontière floue entre fiction et réalité n'est pas source de réflexion, pour Joseph Ghosn, elle pose davantage de questions qui s'articulent autour de la réception et de l'impact que la bande dessinée peut provoquer chez ses lecteurs : "Est-ce que c'est une fiction ? Qu'est-ce que ça raconte ? Et surtout, qui est-ce que ça vise ? Qui sont les lecteurs de ce témoignage ? Est-ce que c'est destiné à quelqu'un comme moi pour qu'il comprenne ce qu'est la vie des adolescents ? Ou est-ce que c'est destiné aux adolescents ?"

De ces réflexions, Joseph Ghosn relève l'étroite relation qui s'établit entre fiction, publics et personnage : "Il y a un triple jeu entre la fiction, l'enfant qui est visé, l'enfant qui en est le sujet et les parents, ou en tout cas les adultes qui peuvent tenter d'y trouver quelque chose."

59 min

Deux séries en miroir (ndlr. L'Arabe du Futur et Les Cahiers d'Esther)

Pour Joseph Ghosn, ce nouvel album, et plus généralement la série des Cahiers d'Esther, s'inscrit dans l'œuvre complète de Riad Sattouf, également auteur de la série en cinq tomes de L'Arabe du futur dans laquelle il raconte sa jeunesse entre le Moyen-Orient et la France : "Je ne peux pas m'empêcher de lire 'Les Cahiers d'Esther' sans penser à 'L'Arabe du futur' et à cette espèce de position qui raconte la vie de quelqu'un qui s'est exilé en France. Il y a d'un côté un regard sur l'exil, sur la France, sur l'ailleurs, et de l'autre ces 'Cahiers d'Esther' qui racontent la France. Les deux narrations se font écho, se complètent, et je pense qu'il faut lire les deux pour comprendre qui est Riad Sattouf."

Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
Extrait d'une planche de "Les Cahiers d'Esther - Histoire de mes 16 ans" paru le 2 juin 2022 aux éditions Allary.
- © Allary Éditions

Et maintenant, à vous de vous faire votre avis !

Écoutez ou réécoutez l'ensemble des critiques à propos du tome 7 de Les Cahier d'Esther - Histoires de mes 16 ans dans le studio de La Grande Table critique ⬇️

27 min