Gaell Mainguy nous donne des pistes pour redonner sens aux études à l'heure de l'anthropocène
Gaell Mainguy nous donne des pistes pour redonner sens aux études à l'heure de l'anthropocène

Comment redonner sens aux études ?

Publicité

Et maintenant, que faire pour redonner du sens aux études ? avec Gaell Mainguy

Par

Comment passer de l'idée à l'action ? Que faire pour redonner sens aux études alors qu'elles sont de plus en plus désertées par des étudiants préoccupés par l'avenir de la planète ?

"Le système qui a été conçu hier n'est pas adapté aux envies de créer la société de demain, mais la société de demain n'existe pas encore. Donc, aujourd'hui, comment on fait ?" C'est en partant de ce constat que Gaell Mainguy, directeur adjoint du Learning Planet Institute, propose des solutions pour redonner sens aux études.

"Et maintenant ?" : le podcast du festival 2022
17 min

Gaell Mainguy : "La nouvelle génération qui est très préoccupée, à juste titre, par les questions d'environnement, de justice sociale, de modèle économique, voit bien qu'il y a beaucoup de choses à réinventer. Elle se repose cette question autrement. Ils se disent qu'ils veulent plus que ça. Ce n'est pas simplement avoir un métier, c'est avoir un métier qui a du sens, qui fait du sens, qui rajoute du sens. Et ça, à cette échelle-là, c'est très nouveau. Et quand je dis à cette échelle-là, c'est à l'échelle de la planète, parce que cette question traverse tous les pays."

Publicité

De Singapour à la Colombie-Britannique (Canada), à l’étranger de grandes réformes éducatives se mettent en place.
En France, de plus en plus de jeunes arrêtent leurs études, comme les étudiants d'AgroParistech qui dénoncent des programmes allant à l'encontre des enjeux environnementaux.

Gaell Mainguy : "Si les personnes qui sont les plus sensibles à ces questions désertent et ne participent pas à la transformation, c'est vraiment dommage parce qu'on se coupe des personnes les plus impliquées et au contraire, ils devraient être les acteurs du changement. Et on doit trouver les moyens dans l'enseignement de les embarquer dans des dispositifs pédagogiques qui vont leur donner les connaissances et les compétences pour pouvoir être des vrais acteurs de la transformation à venir."

1/ Réorganiser les diplômes

Gaell Mainguy : "C'est ce qu'on essaie de faire au Learning Planet Institute. On réorganise des diplômes autour de ce qu'on appelle le "game changing". Comment est-ce qu'on transforme le système ? Comment est-ce qu'on change les règles du jeu, et plus seulement apprendre à les suivre ? Et on est loin d'être les seuls. Dans le monde entier, il y a plein d'institutions et en France aussi, qui sont en train de repenser leurs diplômes pour ça."

2/ Ce qu’il faut apprendre

Gaell Mainguy : "Il faut pouvoir à la fois construire des parcours où il y a les connaissances, où il y a les compétences essentielles pour la transformation, qui sont bien connues maintenant. L'Unesco, par exemple, a publié un référentiel sur "Comment transformer le monde ? Qu'est ce qu'on doit apprendre ?" On doit apprendre la pensée critique et l'analyse systémique, la science de la coopération, la capacité à résoudre des problèmes, etc. On peut s'appuyer sur la science. On peut s'appuyer sur les méthodes de l'entrepreneuriat social. On a besoin de comprendre comment fonctionne le monde et le système pour pouvoir savoir quel est le meilleur levier qu'il faut activer."

3/ Interdisciplinarité

Gaell Mainguy : "Les problèmes auxquels on est confronté sont des problèmes extraordinairement complexes. L'anthropocène, c'est une succession de problèmes qui mettent en relation la façon dont fonctionnent nos comportements, nos cultures, nos outils technologiques, notre gouvernance, notre système politique et évidemment l'ensemble du système qui sous-tend tout ça, qui est le système naturel. Les interactions entre tout ça, il faut les comprendre. Et pour ça, une discipline seule ne peut pas marcher.

On peut mélanger les disciplines à toutes les échelles de temps et d'espace. Par exemple, il y a énormément d'écoles aujourd'hui qui font du travail par projet où on met ensemble des gens qui viennent de disciplines différentes. Il y a des programmes inter-écoles ou inter-diplômes, etc. On voit à quel point on peut développer très rapidement de nouvelles idées ou de nouveaux prototypes parce qu'on a mis ensemble des gens qui pensent, qui ont une culture et une connaissance différentes.

Cela marche aussi à des niveaux beaucoup plus grands. Le GIEC, l'organe de référence pour produire la synthèse de la recherche sur le climat, fait un gros travail interdisciplinaire qui mêle des chercheurs de tous les horizons qui vont de la géologie à l'économie. Et c'est parce qu'ils sont capables de travailler ensemble avec des méthodes de travail qui leurs permettent de pouvoir dialoguer, qu'on arrive à créer ces synthèses qui sont certes très grosses, mais qui sont justement à la mesure des enjeux."

Retrouvez ici, en vidéo, l'intégralité de la rencontre-débat avec Gaell Mainguy au festival Et maintenant : "Dans un monde désorienté, comment retrouver sens ?"