Publicité

États-Unis : pro-Trump, adepte des complots de QAnon, la nouvelle élue de Géorgie

Par
Marjorie Taylor Greene, 46 ans, qui se définit comme "pro-vie, pro-armes, pro-Dieu", a été élue à la Chambre des représentants. Elle a régulièrement fait campagne sans masque face à la pandémie de Covid, comme ici, le 15 octobre 2020, à Dallas.
Marjorie Taylor Greene, 46 ans, qui se définit comme "pro-vie, pro-armes, pro-Dieu", a été élue à la Chambre des représentants. Elle a régulièrement fait campagne sans masque face à la pandémie de Covid, comme ici, le 15 octobre 2020, à Dallas.
© AFP - Dustin Chambers / Getty Images

Les Américains étaient appelés à renouveler la Chambre des représentants, en même temps que l’élection présidentielle. L’Etat conservateur de Géorgie a choisi Marjorie Taylor Greene, soutien de Donald Trump et proche de la mouvance complotiste QAnon, qui fait ainsi son entrée au Congrès.

Elle fait partie des "winners", les gagnants que Donald Trump aime tant, et qu'il a même encouragés sur Twitter. Mardi, alors que les Américains ont voté pour choisir leur président entre le sortant Trump et l’ancien vice-président Joe Biden, les citoyens devaient également renouveler un tiers du Sénat et la totalité de la Chambre des représentants. En Géorgie, bastion républicain, c’est sans surprise Marjorie Taylor Green qui a été élue, twittant "grande victoire ce soir !".

Plus étonnant pour une élue, les références de la républicaine de 46 ans s'avèrent aussi des opinions racistes, islamophobes et antisémites”, selon les révélations Politico. Elle ne s’en cache pas, elle est proche de la mouvance QAnon. Pour ses adeptes, et pour Marjorie Taylor Green, Donald Trump mène une guerre secrète contre une secte mondiale. Les États-Unis seraient dirigés par "l’État profond" (dont Trump parle aussi en meeting) composé de hauts responsables politiques, tels que Obama, Clinton ou encore Rothschild et des stars d’Hollywood. Avec celle qui veut "Sauver l'Amérique, stopper le socialisme et la Chine", la mouvance conspirationniste fait son entrée au Congrès.

Publicité

À réécouter : QAnon ou le complotisme d'un nouveau genre

Elle a propagé les théories du complot 

Marjorie Taylor Greene a adhéré au complotisme de QAnon dès les premiers messages du groupe. Dans cette guerre secrète, la républicaine déclare en 2017 qu’il faut "éliminer cette cabale mondiale de pédophiles satanistes" estimant que Donald Trump était "le meilleur président qu’il faut pour cela". Pour elle, les Blancs sont "le groupe le plus maltraité" des Etats-Unis. C’est d’ailleurs sur cet argument que Trump espère engranger des voix pour sa réélection. Le racisme envers les Noirs ? Il n’y en a plus selon Marjorie Taylor Greene. Deux femmes musulmanes élues en 2018 à la Chambre des représentants ? "Une invasion islamiste". 

Marjorie Taylor Greene se dit "pro-vie, pro-armes, pro-Dieu". Elle n’hésite pas à apparaître armée dans ses clips de campagne. Certaines images ont d’ailleurs été retirées par Facebook estimant que la candidate faisait l’apologie des armes. Pour le journal de Géorgie The Atlanta et relevé par Courrier international, c’est elle “qui a propagé les théories conspirationnistes de QAnon et a fait des déclarations racistes et xénophobes dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Son élection va-t-elle légitimer ces théories qui ne véhiculent que la haine de l’autre ? “La question est maintenant de savoir si cela représente le début de l’ascension politique de QAnon ou si cette entrée au Congrès sera son apogée”, estime le New York Times. Tout dépend en fait du résultat de l’élection présidentielle qui reste pour le moment incertain.

Si Donald Trump ne l'a pas officiellement soutenue pendant sa campagne, il l'a félicitée pour sa primaire gagnée l'été dernier : "Marjorie est forte sur tous les points et n’abandonne jamais, une vraie GAGNANTE !"

À lire aussi : QAnon est-il un vrai mouvement populaire ?