Europe, Julian Assange, Beauvoir et Game of Thrones : la Session de rattrapage

Publicité

Europe, Julian Assange, Beauvoir et Game of Thrones : la Session de rattrapage

Par
Simone de Beauvoir, Europe, Julian Assange et GoT
Simone de Beauvoir, Europe, Julian Assange et GoT

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Elles approchent à grands pas, ces élections européennes, plus qu'un mois et demi au compteur... Mais que reste-t-il de l'Europe, et quel avenir peut-elle se frayer en ces temps d'anti-européisme ? "L'Europe n'a pas construit sa légende, elle n'a même pas de mémoire", constatait sans concession le philosophe et médiologue Régis Debray sur France Culture. Notons pourtant que, pour marquer son unité, l’Union européenne ne manque pas d'emblèmes : drapeau, hymne, devise, et même monnaie unique. Certains sont moins désillusionnés que Régis Debray, comme Corinne Lepage qui voit d'abord se dessiner dans le terme "Europe" une idée ouvrant sur l'avenir, et notamment écologique ; et ce même si elle déplore l'incapacité française à mobiliser la puissance européenne pour défendre ces idéaux. D'autres enfin, comme la psychanalyste Elisabeth Roudinesco, aspirent à un retour à une Europe philosophique, regrettant que dans l'inconscient européen, "bien des choses [aient] enfanté leur contraire". Bref, quelles possibilités aujourd'hui pour l'utopie européenne, interroge l'écrivain espagnol Javier Cercas en cette semaine que la chaîne a dédiée à ce grand sujet. Comment renouveler et redorer le concept d'Union européenne, alors même que Washington, Moscou et Pékin semblent aujourd'hui se considérer indispensables à la "vieille" Europe, et que celle-ci est mise à mal par les atermoiements autour du Brexit. Bonnes écoutes ! Hélène Combis

COMPRENDRE

Photo de Julian Assange prise le 19 mai 2017
Photo de Julian Assange prise le 19 mai 2017
© AFP - DANIEL LEAL-OLIVAS

Péril sur les lanceurs d'alerte ? Julian Assange a fini par quitter l’ambassade équatorienne de Londres, dans laquelle il vivait en ermite depuis plus de six ans. Mais pas de la manière qu’il avait longtemps espérée... Pourquoi cette arrestation est-elle survenue cette semaine, et qu’augure-t-elle pour les lanceurs d’alerte ? ( La Question du jour, 7 min)

Neutralité civile ? Agressée lors d'un rassemblement parisien, Julia est devenue en quelques jours le visage de la lutte contre la violence subie par les personnes transgenres. Pour combattre ces discriminations, les soutiens appellent à la reconnaissance de leur statut dans la société. A commencer par l’état civil ? ( Du Grain à moudre, 40 min)

Ça plane pour la privatisation. Aéroports de Paris, c’est 4,5 milliards de chiffre d’affaires en 2018. Pourquoi le gouvernement veut-il privatiser ADP ? Une première en France qui nous interroge sur la juste place du secteur privé vis-à-vis des infrastructures stratégiques. ( Entendez-vous l'écho, 58 min)

APPRENDRE

L'écrivaine Simone de Beauvoir dans son appartement parisien dans les années 1970
L'écrivaine Simone de Beauvoir dans son appartement parisien dans les années 1970
© Getty - Jacques Pavlovsky/Sygma

La révolution Beauvoir. Nous fêtons cette année le 70ème anniversaire de la publication du Deuxième Sexe par Simone de Beauvoir, un ouvrage sociologique et philosophique fondateur, notamment par la place qu'il accorde à l'analyse du façonnement du corps féminin, et qui fit scandale. ( La Fabrique de l'histoire, 51 min)

Éternels mythes grecs. "Le héros grec est quelqu'un qui ne se trahit pas, il reste fidèle à lui-même. Et il est capable de se lever pour aller chercher le bonheur." Que peut encore nous dire le mythe des Argonautes ? Quelle est la part du héros en nous ? Après son succès d'édition La Langue géniale qui mettait en avant neuf raisons d'aimer le grec, la jeune helléniste Andréa Marcolongo reprend l'idée de Virginia Woolf selon laquelle "c’est au grec que nous retournons lorsque nous sommes las de notre époque confuse". ( L'Invité culture, 26 min)

Quand notre coeur fait Blum. En 2007, Nicolas Sarkozy déclarait : "J’ai cité Léon Blum parce que je me sens l’héritier de l’enfant qui, en 1936, grâce aux congés payés, jette sur la mer son premier regard émerveillé". Qu'incarne la figure de Léon Blum pour rassembler si largement aujourd'hui ? ( La Grande table, 34 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Marilyn Monroe sur la couverture de "Hollywood menteur"
Marilyn Monroe sur la couverture de "Hollywood menteur"
- Luz - éditions Futuropolis

Monroe furax. Photographiée des milliers de fois, Marilyn Monroe n'a pourtant jamais été saisie en colère. On l'a vue triste, minaudant, voire alcoolisée, mais jamais énervée. Comme si l’icône ne pouvait être totalement humaine. Cela a intrigué le dessinateur Luz. ( Le Réveil culturel, 25 min)

Tchernobyl raconté aux enfants. Dans la forêt rouge est un album jeunesse mais aussi un livre d'artiste, un conte moderne pour réveiller les enfants en racontant la vraie forêt, la forêt de Pripiat, qui après la catastrophe de Tchernobyl a été largement irradiée... Une histoire à découvrir au travers du beau travail de gravure de Chelsea Mortensen. ( Les Carnets de la création, 5 min)

Césaire et le difficile universel. En pensant la "négritude", Aimé Césaire a largement développé dans son œuvre la dialectique entre universel et différence. Un héritage dont nous devons nous souvenir aujourd'hui. ( La chronique de Jean Birnbaum, 3 min)

LA CITATION

Cette semaine, la citation est du philosophe, cinéaste et professeur de cinéma Sam Azulys, venu se demander au prisme de la série Game of Thrones dont la dernière saison sort lundi, si la violence était une vertu ( Les Chemins de la philosophie, 59 min) :

[Cette série] fait écho aux mutations du temps présent, et aussi aux principes d’incertitude qui régissent ces mutations. On assiste à un retour vers l’état de nature : c’est soit la tyrannie soit la guerre civile. Il y a le fanatisme, les exécutions sommaires, les immigrés clandestins, les frontières tragiques... tout y est, mais le centre de la série me paraît être la tension entre des forces réactives, forces du repli sur soi comme l’obsession de la pureté du sang, mentalité clanique, entre soi des familles nobles... C'est une parfaite illustration du réflexe identitaire d’aujourd’hui, et qui nous parle parce qu’on vit dans un monde inégalitaire. On peut avoir le sentiment que le pouvoir est une affaire d’oligarchie, la démocratie n’étant qu’un paravent pour masquer tout cela. Game of Thrones renvoie aux inquiétudes démocratiques des spectateurs.

Enfin, si vous avez raté la réjouissante nouvelle de cette semaine : la première image d'un trou noir supermassif a été révélée. Une observation directe qui doit beaucoup à la chercheuse Katie Bouman: du haut de ses 29 ans, celle-ci a participé à la création de l'algorithme permettant de déceler l'invisible. Merci à elle, et bon week end à tous !