Publicité

Exposition "Berthe Morisot, femme impressionniste (1841-1895)" au Musée d'Orsay

Du 18 juin au 22 septembre 2019
Berthe Morisot (1841-1895), En Angleterre (Eugène Manet à l’Île de Wight), 1875, huile sur toile, 38 x 46 cm, musée Marmottan Monet, Paris, Fondation Denis et Annie Rouart, legs Annie Rouart, 1993, INV. 6029. CMR 51 © Musée Marmottan Monet, Paris / t
Berthe Morisot (1841-1895), En Angleterre (Eugène Manet à l’Île de Wight), 1875, huile sur toile, 38 x 46 cm, musée Marmottan Monet, Paris, Fondation Denis et Annie Rouart, legs Annie Rouart, 1993, INV. 6029. CMR 51 © Musée Marmottan Monet, Paris / t
- Graphisme C. Lakshmanan, direction de la communication EPMO, mai 2019.

Découvrez l'exposition "Berthe Morisot, femme impressionniste (1841-1895)", du 18 juin au 22 septembre au Musée d'Orsay à Paris

Figure majeure de l'impressionnisme, Berthe Morisot, reste aujourd'hui  moins connue que ses amis Monet, Degas ou Renoir. Elle avait pourtant  été immédiatement reconnue comme l'une des artistes les plus novatrices  du groupe.
L'exposition retrace le parcours exceptionnel d'une  peintre, qui, à rebours des usages de son temps et de son milieu,  devient une figure essentielle des avant-gardes parisiennes de la fin  des années 1860 jusqu'à sa mort prématurée en 1895.
Peindre  d'après modèle permet à Berthe Morisot d'explorer plusieurs thématiques  de la vie moderne, telles que l'intimité de la vie bourgeoise, le goût  de la villégiature et des jardins, l'importance de la mode, le travail  domestique féminin, tout en brouillant les frontières entre  intérieur/extérieur, privé/public, fini/non fini. Pour elle, la peinture  doit s'efforcer de "fixer quelque chose de ce qui passe".
Sujets  modernes et rapidité d'exécution ont donc à voir avec la temporalité de  la représentation, et l'artiste se confronte inlassablement à  l'éphémère et au passage du temps. Ainsi ses dernières oeuvres,  caractérisées par une expressivité et une musicalité nouvelles, invitent  à une médiation souvent mélancolique sur ces relations entre l'art et  la vie.

France Culture en parle 

15h00 UNE VIE, UNE ŒUVRE – coordination Christine Bernard

Publicité

Berthe Morisot, un atelier à soi (1841-1895)
Un documentaire de Laëtitia Le Guay, réalisé par Nathalie Salles
A l’occasion de l’exposition Berthe Morisot au Musée d’Orsay du 18 juin au 22 septembre (en partenariat avec France Culture) 

« Saisir quelque chose de ce qui passe » 

Figure de l’avant-garde dans les années 1860-70, Berthe Morisot participe à la fondation du groupe des impressionnistes en 1873, fondation qui conduit à la célèbre exposition de 1874. Seule femme du groupe, elle apparaît aussi comme l’une de ses personnalités les plus novatrices. Dans sa vie, Berthe brave les codes de son milieu.  Elle persiste dans sa vocation de la peinture, devient une figure essentielle des avant-gardes parisiennes et le reste jusqu’à sa mort en 1895. Corot est son maître, avant qu’elle n’ait le  choc de la peinture d’Edouard Manet au Salon des Refusés de 1863. Rebelle, secrète, elle est l’un des modèles préférés de Manet qui laisse d’elle une série de portraits célèbres comme le Balcon, ou Berthe au bouquet de violettes. Leur relation reste mystérieuse. Berthe finira par épouser son frère Eugène. Ses amis les plus proches seront jusqu’à la fin, après la mort des deux Manet, Degas, Renoir, Mallarmé. Sa nièce épousera Paul Valéry. Elle meurt de la grippe à 54 ans.