Publicité

Exposition ÉNERGIES DÉSESPOIRS, un monde à réparer au Centquatre à Paris

Du 29 mai au 1 août 2021
Exposition "Énergies Désespoirs, un monde à réparer"
Exposition "Énergies Désespoirs, un monde à réparer"

ÉNERGIES DÉSESPOIRS est un dispositif qui présente des mondes qui s’effondrent et d’autres qui sont reconstruits et réparés collectivement.

L’exposition, fruit d’un dispositif collaboratif entre Encore Heureux, l’Ecole Urbaine de Lyon et Bonnefrite, est composée d’une forêt de 120 affiches peintes, prenant forme dans le grand volume de la halle Aubervilliers. 

Cette exposition explore deux versants de notre planète en mouvement : les données scientifiques de l’Anthropocène qui documentent la crise de l’habitabilité de la Terre, et les initiatives contemporaines à différentes échelles qui esquissent une réparation à l'œuvre.

Publicité

Aux 60 peintures de désespoirs en noir et blanc répondent 60 peintures d’énergies en couleur, disposées dos à dos. Chaque peinture est accompagnée d’un court texte qui complète l’image avec des indications quantitatives et des mises en perspective.

En tant que vecteur d'un imaginaire engagé, le travail graphique déployé mis en images par Bonnefrite, cherche à transmettre une émotion directe, mais aussi une pensée collective. Au sein de cette collection visuelle, sont disséminés des slogans issus des manifestations et des luttes pour le climat. Ils ont été choisis pour leur puissance rhétorique, mais aussi pour leur humour et leur décalage. Ensemble, images et mots se répondent pour traduire une impression lucide à la croisée des intuitions intimes et personnelles face aux grands enjeux politiques d'aujourd'hui.

Il est donc possible de venir pour s'immerger dans l'installation, mais aussi de la découvrir en passant simplement dans la halle. Chaque élément comporte deux faces, l'une "énergies", l'autre "désespoir", cette forêt peut être parcourue dans deux sens différents. Ce dispositif offre ainsi deux sens de lecture, mais la quantité des sujets traités permet également de créer correspondances et dialogues entre les différentes peintures. Les peintures varient selon deux formats différents, allant d'1,5 m de hauteur, jusqu'à 2,5 m pour les plus grandes. Chaque peinture originale est accompagnée d'un cartel venant compléter le propos.

Selon le sens de visite, le visiteur peut avoir la seule vision d’un monde qui s’effondre (changement global, crise climatique, crise de la biodiversité, injustices environnementales, épuisement des ressources, pollutions généralisées) ou au contraire celle d’un monde qui se reconstruit (résistances, relocalisations, coopératives citoyennes, invention et stratégies de basse technologie,...). Ce parti-pris scénographique d’un parcours recto-verso propose d’assumer une ambivalence troublante autour de ce qui nous affecte.

COMMISSARIAT : Encore Heureux (Nicola Delon et Julien Choppin)