Publicité

Exposition Houselife

Du 24 septembre 2016 au 29 janvier 2017
Alessandro Mendini, Oggetto banale, 1980 Salon de Gascq Musée des Arts décoratifs et du Design Cnap © photo : madd Bordeaux — J.-C. Garcia
Alessandro Mendini, Oggetto banale, 1980 Salon de Gascq Musée des Arts décoratifs et du Design Cnap © photo : madd Bordeaux — J.-C. Garcia

Découvrez l'exposition Houselife du 24 septembre 2016 au 29 janvier 2017 au Musée des Arts décoratifs et du Design à Bordeaux

Le musée des Arts décoratifs et du Design, à Bordeaux (madd), accueille près de 300 pièces du Fonds national d’art contemporain, collection dont le Centre national des arts plastiques (Cnap) a la garde. Cette collection, l’une des plus importantes en Europe, réunit parmi les pièces les plus significatives des designers contemporains, français mais aussi internationaux.

Ce projet est l’occasion d’offrir à du mobilier et à des objets le contexte qui, originairement, est le leur : un univers domestique. L’exposition prendra ainsi place en deux lieux, dans deux maisons extraordinaires. L’une, l’hôtel de Lalande, construite au XVIIIe siècle, et qui a conservé ses boiseries et ses parquets d’origine, un joyau du Bordeaux patrimoine de l’Unesco qui accueille le musée des Arts décoratifs et du Design. L’autre, une architecture contemporaine et privée, emblématique d’un habitat moderne qui réinvente les rapports entre l’extérieur et l’intérieur, entre l’espace et la fonction, entre l’immobile et le mobilier, à quelques minutes du centre de Bordeaux.

Publicité

Les pièces qui seront exposées ont été conçues pour un usage, et non pour être isolées sur un socle. A ces meubles imaginés par des designers, le musée des Arts décoratifs et du Design offre des espaces dont l’échelle est domestique. Pas de scénographie, mais une mise en scène, celle du quotidien, dans une maison ancienne, en ville, et dans une maison contemporaine, en pleine nature. Deux lieux contrastés, qui ont cependant été bâtis avec le même enjeu : accueillir une famille et lui donner un cadre de vie. Dans les deux cas, séparés par deux siècles, le quotidien a été bercé par des objets, le mobilier a accueilli les événements de la vie.

Ces décors sont aujourd’hui réinventés. Le temps de l’exposition, ces deux habitations deviennent des écrins singuliers pour les pièces contemporaines du Cnap. Au moment des choix, la force de leur architecture s’est imposée. Les partis-pris des commissaires de l’exposition se sont construits en réponse à ces contextes précis.

Présenter la collection du Cnap dans un hôtel particulier dont certaines pièces ont conservé leur fonction depuis l’origine du bâtiment, et dans une maison particulière habitée par ses propriétaires, c’est avant tout rendre une certaine densité à des objets dont, trop souvent, les expositions ne mettent en avant que la beauté plastique. Mis en situation, leurs qualités d’usage sont plus faciles à saisir pour le visiteur. On voit alors comment ils produisent une atmosphère particulière, à quel point ils sont garants de l’ambiance d’un espace.

Dans ces architectures, où les pièces contemporaines seront ainsi mêlées à d’autres, des rencontres inédites se produiront, pour créer temporairement des tableaux à la fois domestiques et fantasques.