Publicité

Festival Le Printemps de Septembre

Du 23 septembre au 23 octobre 2016

Un festival gratuit dédié à la création contemporaine à Toulouse. Déployé sur 22 lieux de la métropole, il présentera le travail plus de cinquante artistes qui vont imprégner la ville d'art, de créations ayant pour thème «La pluralité des mondes».

Le retour du Printemps de septembre à la rentrée et sous son appellation « historique » est aussi l’occasion de le redéployer à l’échelle de l’agglomération toulousaine.

Plus de vingt lieux partenaires accueillent ainsi ses expositions, ses concerts, ses projections, ses performances.

Publicité

Cette constellation de manifestations rassemble plus de cinquante artistes invités par le festival et une douzaine de commissaires associés, pour « affecter la ville » quatre semaines durant.

Opéra en archipel, le prochain Printemps de septembre dissémine ses propositions visuelles et musicales selon différentes lignes de réflexion :

— sur le musée aujourd’hui, dans les musées des Augustins, des Abattoirs et Paul-Dupuy où des artistes (Aurélien Froment et Raphaël Zarka) ou des conservateurs (Charles Esche et Grazia Quaroni) mettent en abîme ou en crise l’institution, les collections et leur exposition : trois « jeux de musée » ;

— sur les lieux et leur interprétation par les oeuvres conçues pour eux (Hans Op de Beeck au réfectoire du couvent des Jacobins, Claudia Comte à l’Espace EDF Bazacle, Eva Kot’átkovà à l’Hôtel-Dieu ou Dominik Lang au Château d’Eau) : quatre saisissements singuliers ;

— sur la musique quand elle opère au coeur des oeuvres de Stan Douglas, Ragnar Kjartansson, Vincent Meessen, David Shrigley, etc. : autant d’installations où se jouent les partitions de la bande originale du festival ; — sur les formes faibles, légères, éphémères ou festives, dans les cours, les bars, les restaurants universitaires, sur la Garonne et partout en ville, des périphéries au centre historique : autant d’expériences de déplacement et de décentrement pour retrouver l’espace urbain, les flâneries nocturnes, les flux conviviaux qui font la marque du festival.

— sur la nouvelle géographie et la nouvelle histoire des mondes de l’art qu’explorent aussi bien le rituel civique imaginé par Claire Tancons que l’exposition conçue par Christine Eyene ou les artistes kirghizes présentés par Karine Tissot.

Conçus sous forme de «Festival de festivals» la programmation offrira en tout, sept expositions collectives, dix expositions personnelles, une vingtaine de concerts, performances, rencontres et autres propositions participatives conclues par un Grand Bal Dada dédié à Marc Dachy, pour explorer les interactions à l’oeuvre dans la pluralité des mondes de l’art et de la culture, dans la multiplicité des mondes de pensée.

La majorité des projets du Printemps de septembre feront l’objet de productions in situ et favoriseront les résidences – manière d’ancrer fortement les artistes et les oeuvres sur les territoires qu’ils investissent.