Publicité

Happening Tempête de Boris Charmatz au Grand Palais Éphémère

Du 12 au 13 juin 2021
.
.

Présenté dans le cadre de la 49e édition du Festival d’Automne à Paris

Les 12 et 13 juin 2021, le Grand Palais Éphémère ouvrira ses portes avec une foule d’individus distanciés, pandémie oblige, portée par l’effervescence d’une partition chorégraphique endiablée, concoctée par Boris Charmatz : Happening Tempête.

Après l’intimité des duos enchainés de La Ronde à l’occasion de la fermeture du Grand Palais pour travaux en janvier dernier, le chorégraphe tente d’imaginer un élan collectif pour dépasser les contraintes qui nous empêchent de danser ensemble. Investissant pleinement l’espace exceptionnel du Grand Palais Ephémère conçu par Jean-Michel Wilmotte, plus de 150 performeurs formeront pendant près de 3 heures une communauté de corps dansants se déployant dans une tempête de gestes-isolés-.

Publicité

Le résultat de quelques heures volées au confinement, durant lesquelles les participants ont pu se retrouver en groupes restreints.

« On aimerait se toucher, danser tous ensemble, mais ce sera pour plus tard. Nous allons performer sur place, ensemble, mais séparés... J’ai tout de même envie que nous arrivions à toucher à une forme de tempête ! Une tempête intérieure, une tempête mentale, une tempête sur place, mais une tempête tout de même. Sans que les corps ne se touchent, soient attirés les uns vers les autres... Et bien nous pourrons danser, seuls, mais ensemble. » (entretien de Boris Charmatz par Gilles Amalvi - extrait)

Quelques mots sur le processus

Les participants ont travaillé en groupes constitués et ont bénéficié d’une quarantaine d’heures de transmission par des danseurs professionnels - Djino Alolo Sabin, Régis Badel, Mathieu Burner, Ashley Chen, Olga Dukhovnaya, Sidonie Duret, Bryana Fritz, Julien Gallée-Ferré, Rémy Héritier, Tatiana Julien, Solène Wachter et Frank Willens -, réparties sur plusieurs mois.

En raison des mesures de distanciations physiques induites par la crise sanitaire, les ateliers ont dû être adaptés aux normes de sécurité ; certains groupes ont dû être divisés en sous-groupes, quelques ateliers ont eu lieu en visioconférence, etc. 

> (Ré)écouter Boris Charmatz dans Par les temps qui courent de Marie Richeux le 07/01/2021