Publicité

Concert Fiction "Tigre en Papier" d'Olivier Rolin en public à la Maison de la radio

Le samedi 14 avril 2018
Tigre en papier
Tigre en papier
- Gérard Fromanger

Concert Fiction avec l'Orchestre philharmonique de Radio France Maison de la radio - Studio 104 - 20h

Réservez vos places sur le site Maison de la radio

Pour le cinquantenaire de Mai 68, et dans le cadre du cycle sur les révolutions, nous poserons un regard poétique et musical sur un des événements majeurs du XXe siècle. Pour cela nous adapterons le livre d’Olivier Rolin, Tigre en papier

Publicité

C’est l’histoire d’un type qui raconte à la fille de son meilleur ami, mort depuis longtemps, ce que fut leur jeunesse à l’époque – la fin des années 60 – où l’on croyait dur comme fer à la révolution. La scène se passe la nuit, dans une voiture qui tourne inlassablement sur le périph, comme une navette spatiale satellisée autour de Paris.

A l’occasion de la réédition du livre avec une couverture originale de Gérard Fromanger, ce concert-fiction met en musique et en voix ce magnifique livre d’Olivier Rolin. Il est adapté spécialement pour une forme d’oratorio parlé et  la musique originale a été confiée  à Grégoire Hetzel, compositeur, auteur de très nombreuses bandes originales de film (dont ceux de Desplechin) et qui  écrit cette fois-ci  pour l’Orchestre Philharmonique de Radio France. 

Lorsque j'ai écrit Tigre en papier, une trentaine d'années s'était écoulée depuis les événements qui y sont romancés, et qui se situent dans l'immédiat après-mai 68. Mais déjà on aurait pu en dire la même chose que Proust dans Le Temps retrouvé: "Ces histoires dormaient dans les journaux d'il y a trente ans et personne ne les savait plus." Elles étaient devenues presque incompréhensibles pour les générations qui nous avaient suivis, nous les "soixante-huitards", et même à nous il arrivait qu'elles parussent étranges. Mais le temps qui avait passé n'avait pas que des effets d'effacement, il permettait aussi de jeter sur elles un regard empreint à la fois d'empathie et d'ironie. C'était donc, peut-être, le moment juste pour écrire. Le livre met en scène une bande de jeunes révolutionnaires qui ressemble à celle à laquelle j'ai appartenu dans ces années-là. On y trouvait des saints et des balances, des castagneurs et des pleutres, des rebelles et des fayots, des rêveurs et des petites frappes. Une nuit, bien longtemps après, au début de notre siècle, dans une vieille DS tournant sur le périphérique (voiture dont Barthes fit une "mythologie"), Martin raconte à Marie, la fille de son ami Treize mort quand elle était enfant, leurs aventures d'autrefois. Il y a dans leur histoire du grotesque mais aussi de la poésie brute, la crédulité y côtoie beaucoup de romantisme, on peut appeler ça comme ça. Internet n'existait pas, alors, ni le TGV ni les portables ni le câble, le vocable "digitale" ne désignait qu'une fleur mauve, la télé était en noir et blanc, le président Pompe allait succéder à De Gaulle. Au Viêtnam la "guerre du peuple" était victorieuse de la puissante Amérique, les impérialistes étaient des tigres en papier, la Chine était rouge pour l'éternité, le Che plus grand mort que vivant. L'Internationale serait le genre humain. C'était dans la nuit des temps...   
Olivier Rolin

Tigre en Papier d’Olivier Rolin
Paru aux Editions du Seuil dans la collection Fiction & Cie et aux Editions Points dans la collection Signatures

Adaptation Anna Sigalevitch

Dramaturgie Pauline Thimonnier

Musique Grégoire Hetzel 

Direction Dylan Corlay 

Réalisation Christophe Hocké 

Avec Eric Elmosnino et Anne-Lise Heimburger 

Diffusion sur France Culture le 29 avril de 21h à 23h dans Fiction / Théâtre &Cie à l'occasion du Week end Imagine (les 28 & 29 avril) au Centre Pompidou  1968 - 2018 : L'Esprit de Mai / Le Week end de la création et des idées

BIOGRAPHIES

Olivier Rolin Né en 1947, a été après Mai 68 un membre actif de l'organisation maoïste "Gauche prolétarienne". Il a écrit une vingtaine de livres, romans, essais, récits de voyage, dont Tigre en papier (Seuil, 2003, prix France Culture), et encore L'Invention du monde (Seuil, 1993), Port-Soudan (Seuil, prix Femina 1994), et plus récemment Le Météorologue (Seuil, 2014) et Veracruz (Verdier, 2016). 

Dylan Corlay En novembre 2015 Dylan Corlay remporte à l’unanimité le Premier Prix de la sixième édition du « Concours international de direction d'orchestre Jorma Panula » en Finlande. Formé à la direction d’orchestre auprès de Jean-Sébastien Béreau, Gianluigi Gelmetti, Philippe Ferro, Péter Eötvös, Atso Almila et Jorma Panula, Dylan Corlay est nommé Chef Assistant de l’Ensemble intercontemporain, en résidence à la Philharmonie de Paris, pour les saisons 2015/2016 et 2016/2017.
Titulaire de quatre prix du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en basson, écriture, musique de chambre et improvisation générative, Dylan Corlay obtient en juin 2013 son Diplôme d'État de direction d'ensembles, puis enrichit sa formation en basson auprès de Marco Postingel à l'Universität Mozarteum de Salzbourg. Il est amené ensuite à se produire au sein de différents orchestres symphoniques sous la direction de grands chefs, dont Tugan Sokhiev, Philippe Jordan, Myung-Whun Chung et Pierre Boulez.
Dylan Corlay a fait ses débuts à la direction d'opéra en mars 2017, travaillant avec John Nelson dans une production des Troyens de Berlioz à l’Opéra de Francfort, suivi d’un projet avec l'Orchestre philharmonique de Strasbourg, où il a été Chef Assistant sur l’enregistrement Warner du même opéra avec John Nelson et Joyce DiDonato.
Lors de la saison 2017-18, Dylan Corlay est invité à diriger entre autres: l'Orchestre national de France, l'Orchestre national de Lyon, l'Orchestre philharmonique de Strasbourg, l'Orchestre national du Capitole de Toulouse, l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, l’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre national de Lille, l'Orchestre Lamoureux, l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine, l'Ensemble intercontemporain, Joensuu City Orchestra en Finlande, et l’Orchestre symphonique de Berne. 

Christophe Hocké Issu d’une formation musicale classique au Conservatoire, il étudie ensuite les Lettres modernes et l’Art dramatique. Metteur en scène, comédien et musicien, il travaille en Allemagne et en France. Il réalise des fictions à Radio France depuis 2015.

Grégoire Hetzel Grégoire Hetzel est remarqué dès le début des années 2000 pour son travail avec les réalisateurs français Arnaud Desplechin (« Trois souvenirs de ma jeunesse » pour lequel il est nommé aux César en 2016, « Rois et reine », « Un conte de Noël »), Mathieu Amalric (« La chambre bleue », « Le stade de Wimbledon »), Catherine Corsini (« La belle saison », « Trois mondes »), Cédric Anger (« La prochaine fois je viserai le cœur », « L’avocat », « Le tueur ») et Emmanuel Bourdieu (« Candidature », « Les Cadets de Gascogne », « Les amitiés maléfiques », « Intrusions », « Céline, deux clowns pour une catastrophe »).
  Grégoire a commencé sa carrière de musicien alors qu’il était étudiant au Conservatoire National Supérieur de Paris, en composant et improvisant au piano sur des films muets à la Cinémathèque Française. Régulièrement comparé à Georges Delerue, il est capable de passer d’un registre pop à des compositions électroniques, d’écrire des œuvres symphoniques autant que du jazz ou de la folk – ce qu’il fit pour « L’arbre », film franco-australien de Julie Bertuccelli pour lequel il est nommé aux César en 2011. Il a également composé les bandes originales de films de Denis Villeneuve (« Incendies » – nommé aux Oscars 2011), Mathieu Demy (« Americano ») et Emmanuel Mouret (« Une autre vie »).  Grégoire a également co-composé, arrangé et réalisé le premier album de Marie Modiano, « I’m Not a Rose » (Naïve) ; en 2013, il écrit son premier opéra, « La chute de Fukuyama », créé à la Salle Pleyel avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France.  Par ailleurs, il est l’auteur d’un roman, « Le vert paradis », publié en 2003 chez Gallimard.

Tigre en papier - Eric Elmosnino et Anne-Lise Heimburger
Tigre en papier - Eric Elmosnino et Anne-Lise Heimburger
© Radio France - Christophe Abramowitz
Tigre en papier - Christophe Hocké, Anne-Lise Heimburger et Anna Sigalevitch
Tigre en papier - Christophe Hocké, Anne-Lise Heimburger et Anna Sigalevitch
© Radio France - Christophe Abramowitz