Publicité

"Ever Dye" : des teintures écologiques et durables pour l’industrie textile

Par
Christelle Chauffeton, ingénieure en chimie des matériaux travaille au sein de l'équipe de R et D d'Ever Dye.
Christelle Chauffeton, ingénieure en chimie des matériaux travaille au sein de l'équipe de R et D d'Ever Dye.
© Radio France - Annabelle Grelier

Installée à Romainville, la jeune pousse développe dans ses laboratoires un procédé de teinture innovant à partir de pigments biosourcés qui permettra à l’industrie textile de supprimer l’utilisation de produits chimiques et réduire son impact énergétique.

Utilisant de nombreux produits chimiques et de l’eau en abondance, la teinture est une étape très polluante dans la chaîne de production textile.

Pour teindre les vêtements, les industriels utilisent de nombreux produits toxiques comme des colorants azoïques, des phtalates, formaldéhyde ou autres métaux lourds qui terminent leur vie dans les cours d’eau. On estime qu’environ 140 000 tonnes de colorants sont rejetées chaque année dans le monde lors des étapes de fabrication et coloration des tissus. Selon l’ADEME, 20 % de la pollution des eaux dans le monde et 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre seraient dus aux teintures du secteur textile.

Publicité

Car au-delà même de la toxicité de colorants industriels reconnus comme cancérigènes ou perturbateurs endocriniens, ils représentent également un gouffre énergétique.

En Chine et en Asie du Sud-Est, où sont produits 80% des vêtements que nous portons, sont utilisées d’énormes machines pressurisées assorties de bains de teinture à plus de 100°C fonctionnant au charbon ou au gaz.

Plus de dix ans après la campagne Detox de Greenpeace, qui avait rendu public la dangerosité des produits utilisés sur les chaînes de production et leurs effets néfastes sur la santé et l’environnement, encore trop peu de marques de la mode et de la fast fashion ont changé leurs pratiques.

Décrets et directives européennes tendent pourtant à réglementer l’utilisation des colorants synthétiques mais le manque de transparence de l’industrie textile mondialisée rend difficile une information fiable pour les consommateurs.

D’ailleurs, l’affichage environnemental n’est pour l’instant pas obligatoire en France. Toutefois, dès le 1er janvier 2023, il devrait progressivement entrer en vigueur pour tous les produits textiles d’habillement.

Des couleurs durables et non toxiques

Bien sûr, il existe depuis toujours des façons naturelles de colorer les tissus. À base d’écorces, de fleurs, de racines, les pigments végétaux sont souvent utilisés dans l’artisanat mais ils s’avèrent instables dans le temps et s’altèrent à la lumière. L’industrie qui réclame des palettes de couleurs sombres et vives, uniformes et résistantes aux lavages s’en remet la plupart du temps aux colorants de synthèse.

Alors que les colorants que l’on trouve sur le marché sont presque exclusivement issus de la pétrochimie, de nouvelles technologies apparaissent pour produire des pigments biosourcés et non toxiques.

A droite Ilan Palacci, co fondateur d'Ever Dye qui emploie aujourd'hui 12 salariés
A droite Ilan Palacci, co fondateur d'Ever Dye qui emploie aujourd'hui 12 salariés
- Ever Dye

Utilisant les principes de la chimie verte, Ever Dye s’est lancée en 2021 dans la recherche d’une technologie innovante facilement déployable dans les usines textiles qui combinée aux pigments composés de déchets végétaux et de minéraux ne produit quasiment aucun rejet dans les eaux de rinçage.

Dans son laboratoire de Romainville, Ilan Palacci, co-fondateur de l’entreprise, nous détaille toutes les étapes du procédé de teinture écologique mis au point par son équipe de 12 chercheurs. Car pour colorer un tissu il faut commencer par le blanchir. Avec les teintures conventionnelles cette première étape nécessite beaucoup d’additifs chlorés et beaucoup de sels.

"Pendant la phase de blanchiment, avec très peu de produit notre solution prétraite les fibres pour donner une charge négative à la surface de la fibre. Elle fonctionnera ensuite comme un site d'ancrage pour notre colorant, composé hybride de déchets végétaux et minéraux et chargé positivement."

"Avec une fibre chargée négativement et un colorant chargé positivement, mis dans le même bain, comme des aimants, ils vont s’accrocher" résume-t-il.

Ingénieur industriel formé à l’École des Mines de Nancy, Ilan Palacci et son associée Amira Erokh, docteure en chimie des matériaux qui a développé des textiles intelligents pour l’OTAN ont allié leurs compétences pour rendre l’industrie textile plus propre et plus durable.

Reportage d'Annabelle Grelier

3 min

La jeune entreprise teste son procédé dans l'usine de Petit bateau à Troyes
La jeune entreprise teste son procédé dans l'usine de Petit bateau à Troyes
- Ever Dye

Ils ont aussi inclus dans leur recherche et développement, la contrainte énergétique. En effet, les différentes étapes de  teintures dans l'industrie du textile sont gourmandes en eau et nécessitent d’être chauffées à haute température quand la solution proposée par Ever Dye permet de teindre les fibres, que ce soit le fil ou les tissus, à température ambiante.

En partenariat avec plusieurs industriels, ils testent notamment leur procédé à Troyes dans les usines de la marque Petit Bateau.

Sous la pression des consommateurs et des nouvelles normes environnementales, toutes les grandes marques textiles cherchent à produire de manière plus responsable. De nombreuses équipes à travers le monde y travaillent. Fondée il y a à peine plus d’un an, Ever Dye s’efforce désormais d’enrichir sa palette de couleurs. Après le noir en cette fin d’année, il faudra passer aux couleurs primaires rouge et bleu avant la phase d’industrialisation prévue pour fin 2023.

> Découvrez tous les reportages de "Demain l'éco" ici