Publicité

Existe-t-il un remède universel contre le cancer ?

Par
Un remède contre le cancer ?
Un remède contre le cancer ?
© Radio France

Les idées claires. Les scientifiques ont-ils déjà mis au point un remède universel pour guérir du cancer ? Cette question est au cœur des Idées claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo et destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Des chercheurs de la prestigieuse université de Stanford, en Californie ont annoncé en janvier 2018 avoir testé avec succès un vaccin contre le cancer sur des souris. 

Les scientifiques ont injecté des immunostimulants directement dans les tumeurs des rongeurs malades et ont éradiqué complètement les lymphomes pour 87 cas sur 90.

Publicité

Ces résultats prometteurs ont été repris par de nombreux médias avec un optimisme confiant, laissant espérer bientôt une victoire totale sur le cancer.

Pourtant, selon l’Institut national contre le cancer, 150 000 personnes sont encore décédées des suites d’un cancer en 2017 en France et 400 000 nouveaux cas ont été détectés. Si la recherche a fait d’incontestables progrès ces 30 dernières années, le taux de survie de certains cancers est encore très faible, notamment le cancer du pancréas, dont seuls 8% des hommes et 7% des femmes réchappent après 5 ans, toujours selon le même institut.

En dépit des investissements des laboratoires pharmaceutiques qui se chiffrent en milliards de dollars chaque année, la science est toujours incapable de fournir un vaccin universel contre ce fléau. Derrière ces énormes enjeux financiers , certains soupçonnent les laboratoires d’avoir trouvé la formule et de la tenir secrète afin d'entretenir le business fructueux des traitements conventionnels (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie).

La prise en charge de cette maladie coûte en effet plus de 16 milliards d’euros par an en France et représente 10% des dépenses de l’Assurance maladie.

Pour en avoir le cœur net, nous avons posé toutes ces questions à Patrizia Paterlini-Bréchot, cancérologue, professeure de biologie cellulaire et d'oncologie à la faculté de médecine Necker-Enfants malades.

Existe-t-il un remède universel contre le cancer ?

Il n’y a pas de remède actuellement, il n’y en a pas de visible dans un futur proche, ni à l’horizon. Nous avons 79 organes et plusieurs centaines de types différents de cancers. C’est comme pour les maladies infectieuses, on n’a pas un seul antibiotique pour toutes les maladies. Pour le cancer, il faudra forcément développer des approches personnalisées et individuelles.

Y a-t-il des cancers qu’on peut guérir à 100 % ?

On a des cancers pour lesquels on a des résultats absolument époustouflants, comme les cancers du sein, qu’on guérit maintenant dans plus de 90% des cas. Certaines leucémies, leucémie myéloïde chronique et certains sous-types de cancer. Mais on n’a pas le même résultat pour tout type de cancer. Le cancer du poumon, du pancréas, de l’estomac, les sarcomes, les cancers ORL sont extrêmement agressifs et malins. On n’a pas de thérapies qui ciblent spécifiquement les cellules tumorales en épargnant les cellules normales et parce que ces cancers se développent très vite. Parce qu’ils se développent très vite, on les détecte quand le nombre de cellules tumorales dans l’organisme est très important, du coup on a du mal à tuer les cellules tumorales. Et on risque de tuer le patient en voulant tuer les cellules.

Les laboratoires ont-ils un intérêt financier à maintenir les chimiothérapies ?

Les laboratoires pharmaceutiques font d’énormes bénéfices sur les thérapies ciblées. Le développement de ces thérapies est extrêmement coûteux. 1 médicament sur 1000 arrive en clinique donc les dépenses sont énormes. Les brevets durent seulement 20 ans. Ils brevettent une molécule, ils ne savent pas si elle est efficace. Ils mettent 10 ans pour prouver son efficacité, il leur reste une dizaine d’années pour récupérer les bénéfices sur ce qu’ils ont dépensé avant. Le laboratoire qui va trouver le remède universel, ça va être le jackpot, mais pour l’instant on ne voit pas trop le mécanisme qui permettrait avec une seule approche de guérir tous les cancers.

Existe-t-il des thérapies alternatives ?

C’est extrêmement improbable que ces thérapies puissent guérir le patient. Il y a plusieurs cas de figure. Quand la guerre est perdue, s’acharner avec des thérapies très lourdes qui apportent au patient des douleurs, une qualité de vie extrêmement difficile, ça fait sens de passer à des thérapies plus douces. Mais si on parle de thérapies douces qui peuvent résoudre le problème du cancer, surtout à un stade avancé, on n’en connaît pas.

La stimulation immunitaire (immunothérapie) est-elle la solution miracle ?

Non parce que l’immunothérapie comme concept, c’est une direction vraiment importante. C’est les cellules de notre organisme qui, potentiellement, peuvent détruire les cellules tumorales. Mais en pratique, on n’a pas un mécanisme de manipulation des cellules immunitaires qui est fonctionnel dans tous les types de cancers.

Pourquoi on peut se faire vacciner contre la grippe et pas contre le cancer ?

Parce que, d’une part le cancer est créé par les cellules de notre organisme alors que la grippe est créée par des virus qui sont des organismes différents par rapport à nos cellules. Il faut trouver la différence entre ces cellules cancéreuses et les cellules normales et ça c’est très difficile. La deuxième difficulté c’est que les cellules cancéreuses mutent sous la pression des médicaments, donc elles se transforment. Donc même si on trouve un médicament qui les tue, certaines d’entre elles peuvent changer, échapper, survivre et diffuser à nouveau le cancer.

L’enjeu immédiat est donc de détecter le cancer le plus tôt possible…

C’est vraiment un objectif de la médecine moderne, de détecter le cancer au stade le plus précoce. Parce qu’au stade le plus précoce, nos armes, les chimiothérapies, l’immunothérapie, la radiothérapie, la chirurgie sont beaucoup plus efficaces et ont une capacité vraiment maximale d’éliminer le cancer. Deuxièmement, quand on arrive très tôt, le système immunitaire lui-même, si on corrige les habitudes alimentaires, le style de vie, parce que c’est vraiment une grande arme le système immunitaire, on peut éliminer le cancer, lorsqu’il est au tout début et que le nombre de cellules tumorales est très bas.

"Les Idées claires", un programme hebdomadaire vidéo et audio

Parce que la vérité est plus lente que le mensonge, parce que la désinformation est plus séduisante que l’information vérifiée, Les Idées Claires démêle le vrai du faux. Chaque semaine, dans une vidéo et en podcast, un.e expert.e et Nicolas Martin (producteur de La Méthode scientifique sur France Culture) remettent de l’ordre autour d’une idée reçue. Retrouvez l'intégralité des épisodes dans le dossier "Les Idées Claires"

Ecoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. A découvrir ici même ou en vous abonnant pour ne pas rater un  épisode.

Existe-t-il un remède universel contre le cancer ?

9 min

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici