Publicité

Faire face à "L‘Effondrement" avec Les Parasites

Par
L'Effondrement (collectif Les Parasites)
L'Effondrement (collectif Les Parasites)
- Canal +

Culture Maison. Le collectif de cinéastes Les Parasites pique là où ça fait mal. Clara Degiovanni, stagiaire aux Chemins de la philosophie, vous invite à trembler devant la série visionnaire "L’Effondrement", et à contrer le destin avec "Jeu de société", un court-métrage à voir sur YouTube.

La web-série L'Effondrement est à découvrir ici ou sur youtube, le court-métrage Jeu de Société est visible en cliquant .

Le collectif de réalisateurs et de comédiens Les Parasites, composé de Bastien Ughetto, Guillaume Desjardins et Jérémie Bernard, est à l’origine de l’excellente série L’Effondrement, disponible sur Canal+. Cette épopée apocalyptique et haletante, sortie fin 2019, condense tout le talent de cette équipe de jeunes cinéastes. Mais bien avant cette consécration, Les Parasites ont réalisé des dizaines de courts-métrages, notamment Jeu de Société, une petite pépite disponible gratuitement sur YouTube, qui comptabilise près de 4 millions de vues ! Avant d’en arriver là, petit retour sur l’histoire du collectif, qui commence avec le concours de cinéma "48 Hours Project". Par humilité, ou par esprit rebelle, ils pensaient être les « parasites » de cette compétition, qui leur inspira leur nom. Ils ont pourtant raflé prix sur prix, cinq années de suite. De belles victoires pour ces petites bêtes coriaces et fort bien nommées.

Publicité

La tonalité prophétique de "L’Effondrement"

C’est grâce à leurs courts-métrages que j’ai découvert Les Parasites, il y a déjà cinq ans, et fut séduite par l’élégance et l’originalité de leur travail, qui tranchait avec ce que j’avais pu voir jusqu’alors sur la plateforme de vidéo en ligne. Puis, il y a eu L’Effondrement. Huit épisodes magistraux, des plans séquences haletants de quinze à vingt minutes, qui racontent le quotidien de survie, d’entraide et de coups-bas dans un monde qui s’écroule. Si l’hyperréalisme de la série force l’admiration, on a aussi le droit de frémir devant la dimension prophétique de certains passages, qui semblent un peu trop familiers par les temps qui courent. L’Effondrement ne nous épargne rien : ni les paniques aux supermarchés, ni la fragilité des anciens, ni les solidarités des uns mises à mal par l’égoïsme des autres. Si vous avez le courage d’affronter cette série, visionnaire et virtuose, vous pourrez enchaîner tout de suite avec un court-métrage des Parasites, tout aussi excellent, mais qui fonctionnera un peu comme un antidote.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Repenser les règles

Jeu de Société, court-métrage d’une vingtaine de minutes, a été réalisé il y a trois ans. Sur le fond comme sur la forme, c’est un savant mélange entre la Famille Addams et le bon vieux jeu du Monopoly. Le mythique personnage moustachu, qui trône, tout sourire, sur la boîte de jeu, est ici incarné par un père de famille chauve, à l’allure plus qu’inquiétante. L’esthétique austère et surannée de ce court-métrage, dans ses décors comme dans ses costumes, conduit à ne pouvoir le situer dans une époque déterminée. Cela pourrait être aujourd’hui, comme il y a 20 ou 40 ans. À première vue, le scénario est lui aussi hors d’âge, avec un thème classique, tout droit sorti d’une nouvelle de Maupassant : les présentations du fiancé à la belle famille. Le premier plan montre Victoire, incarnée par la comédienne Roxane Bret, une blonde à la robe virginale, qui remet en place le col de chemise de Nicolas (Bastien Ughetto), son compagnon angoissé.

"Bienvenu dans le jeu, Nicolas !". La famille est au complet et l’ambiance n’est pas aux longues présentations. Ils attendent de pied ferme l’arrivée du fiancé dans l’unique but de jouer à un mystérieux "jeu de société". Le futur gendre, poli, s’installe à la tablée d’une partie qui se joue "depuis des générations". C’est là que les choses sérieuses commencent. "C’est votre place, et vous savez ce qu’on dit : c’est pour la vie !" annonce le beau-père. La sentence est posée. Un pion et une maigre somme d’argent lui sont attribués, et le voilà embarqué dans une partie qu’il n’a pas choisie, dont il ne connait ni la portée, ni l’intérêt. Une chose est sûre : il ne s’agit pas de "s’amuser" ou, comme le dit le patriarche, d’avoir le "sens du plaisir", vue l’ambiance étouffante qui règne dans la belle-famille. Pourtant, impossible de déroger à la règle. Il doit jouer Le jeu, toujours le même, et ce "pour toute la vie". Comment sortir du traquenard ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Contrer le destin

Dès le début de ce court-métrage (que nous ne dévoilerons pas davantage), on peut bien sûr faire le rapprochement avec un autre jeu très bien nommé : « Destin, le jeu de la vie », auquel nombre d’entre nous ont sans doute joué, étant jeune. Comme dans le Jeu de Société des Parasites, les règles sont simples : le but de la partie est d’avoir le plus d’argent possible. Il faut s’arrêter aux cases "achetez une maison", ou "choix de carrière" et avoir des enfants (des petits pions bleus pour les garçons, roses pour les filles). Le Monopoly nous ramène au début du XXème siècle, le jeu "de la vie", rappelle plutôt les années soixante. Autre jeu, autres schémas figés, mais l’idée est la même : se façonner un beau butin, sans contrecarrer le "destin", sans déjouer les règles. Et si on voulait jouer à autre chose ? Si on préférait passer notre tour ? Aux grands maux, commençons par les petits remèdes fournis dans ce précieux petit film : "ouvrir les autres boîtes, et créer d’autres jeux". La proposition est modeste, mais invite à profiter de ce temps confiné pour lever la tête du plateau habituel. Peut-être parviendra-t-on à déjouer les "destins de la vie" imposés, et les parties de Monopoly nuisibles, qui ont fait leur temps.

En période de contamination, certains parasites peuvent être salutaires.

La web-série L'Effondrement est à découvrir ici ou sur youtube, le court-métrage Jeu de Société est visible en cliquant (collectif Les Parasites

À réécouter : Comprendre le phénomène des youtubeurs et des booktubeurs : nouvelles écritures et nouveaux auteurs

À lire aussi : Webséries : "On est à l'aube d'un âge d'or !"

"Culture Maison", un rendez-vous quotidien et une newsletter

Retrouvez chaque jour une proposition culturelle avec Culture Maison, et abonnez-vous à la newsletter pour la recevoir dans votre boite email avec deux autres suggestions : une fiction audio signée France Culture et une émission de savoirs pour votre culture générale.

Pour afficher ce contenu Qualifio, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.