Publicité

Féminisme : "J'ai créé le magazine que j'aurais aimé lire étant petite"

Par
Tchika est un magazine destiné aux petites filles qui entend briser les stéréotypes de genre
Tchika est un magazine destiné aux petites filles qui entend briser les stéréotypes de genre
- Tchika magazine

Entretien. La journaliste Elisabeth Roman a décidé de créer "Tchika", le premier magazine féministe pour petites filles. Une campagne de financement participatif a été lancée il y a quelques semaines, le premier numéro paraîtra en juin prochain.

En juin prochain sortira le premier magazine "féministe" pour petites filles. Tchika est un trimestriel qui ne sera disponible que sur abonnement. Sa ligne éditoriale entend déconstruire les stéréotypes de genre et permettre aux filles de s’identifier dans tous les sujets d’actualité, de l’art aux sciences. Alors que les magazines destinés aux filles dans la presse jeunesse sont souvent très genrés - le rose y est par exemple prédominant - rencontre avec la fondatrice de Tchika, la journaliste Elisabeth Roman, qui espère ainsi participer au mouvement vers l’égalité femmes-hommes.

Elisabeth Roman est la fondatrice du magazine Tchika dont le premier numéro sort en juin
Elisabeth Roman est la fondatrice du magazine Tchika dont le premier numéro sort en juin
© Radio France - Fiona Moghaddam

D’où est née l’idée d’un magazine féministe pour petites filles ?

Publicité

J’ai été la rédactrice en chef de Sciences et Vie Découvertes pendant dix ans. Environ 40% de filles lisaient ce magazine, c’était bien mais insuffisant. Dans la presse pour enfants, la proximité avec eux s’opère grâce au tutoiement. Les magazines comme Sciences et Vie Découvertes s’adressant à la fois aux filles et aux garçons, les phrases sont masculinisées et ne s’adressent donc pas directement aux filles. 

J’ai aussi fait le tour de la presse pour filles et j’ai remarqué qu’il manquait un magazine qui les sorte de ce qui est mignon et doux. Car c’est vraiment une injonction auprès des filles ! Personnellement, cela ne me dérange pas, les filles peuvent être douces, aimer la lecture, ne pas jouer au football mais elles peuvent aussi être l’inverse et cela ne leur est pas présenté. 

Couverture du premier numéro de Tchika
Couverture du premier numéro de Tchika
- Tchika magazine

Pourquoi s’adresser particulièrement aux petites filles avec ce magazine ?

J’ai pour ma part toujours été une petite fille forte. Cette image a eu beaucoup de mal à passer, même bien plus tard dans ma carrière car on s’attend à ce qu’une femme soit douce. Je suis donc en train de créer le magazine que j’aurais aimé lire quand j’étais petite. Et il y a beaucoup de femmes qui m’écrivent en me disant qu’elles n’ont pas d’enfants et qu’elles s’abonnent parce que c’est le magazine qu’elles auraient aimé lire étant petite. Tchika sortira les petites filles des princesses, du rose, de la douceur… 

Cela peut sembler présomptueux mais j’ai aussi envie de créer une sorte de mouvement. Il y a un besoin qui n’a pas été beaucoup travaillé. L’égalité fille-garçon est de plus en plus souvent évoquée mais il faut aller plus loin. C’est à cet âge-là que tout se joue. J’ai en tête une étude américaine qui dit qu’à cinq ans, les filles estiment être aussi intelligentes que les garçons et à six ans, elles se disent moins intelligentes qu’eux. C’est bien que des choses se passent à cet âge ! C’est pour cela qu’il faut s’adresser aux jeunes enfants, leur expliquer ce qu’est l’égalité, leur parler des injonctions pour que, je l’espère, dans quelques années peut-être, le monde change et soit plus égalitaire. 

43 min

Et vous ne vous adressez qu’aux filles, sous-entendu, pas aux garçons ?

Pour le moment, oui. Car l’urgence ce sont les filles, il faut donc commencer par elles. Mais j’ai aussi envie à terme de m’adresser aux garçons, de les sortir de ces injonctions de force, de « tu ne pleures pas »… Je suis une petite entreprise, j’ai donc commencé par la bataille qui me semble la plus urgente.
Les garçons peuvent aussi lire Tchika. Mais tout comme les filles qui sont obligées de lire des magazines masculinisés, ils liront là un magazine féminisé. 

Quels types d’articles allez-vous proposer dans Tchika ?

C'est un magazine de connaissances pour les filles. Je le définis comme le premier magazine d’empowerment pour les filles de 7 à 12 ans. À l’intérieur, les enfants pourront lire des portraits de femmes inspirantes du passé mais aussi de nos jours. Dans le numéro un par exemple, il y a une interview d’Amandine Henry, la capitaine de l’équipe de France de football féminine. 

L’idée est aussi d’essayer de casser les stéréotypes. Je crois que c’est la première fois dans un magazine que des titres sont barrés. Par exemple, dans le premier numéro, il y aura une rubrique avec ce titre "le rose, c’est que pour les filles". Il sera barré et suivra l’explication sur le rose devenu la couleur des filles et le bleu celle des garçons, une histoire de marketing dans les années 1980. Nous dirons aussi que les garçons peuvent porter du rose, avec cette peinture d’Henri IV habillé en Mars – le dieu de la guerre – et son armure rose bonbon. 

Il y aura également des articles de connaissance, autour de la science, de l’environnement, des animaux. Par exemple l’histoire d’une grenouille prénommée Roméo, dernier spécimen mâle de son espèce. Sa femelle a été recherchée et découverte dans un lac en Colombie. Sur la photo, c’est une scientifique qui porte la femelle baptisée "Juliette". C’est intéressant de montrer des femmes scientifiques parce qu’on sait qu’aujourd’hui on manque de femmes dans les sciences.

Extrait du premier numéro de Tchika
Extrait du premier numéro de Tchika
- Tchika magazine

Vous évoquiez les « femmes inspirantes », qui sont-elles ?

Dans le numéro un, nous proposerons un dossier sur Frida Kahlo, icône dans le monde féministe. Je raconterai aussi l’histoire d’Annie Edson Taylor, qui à plus de 60 ans, a eu l’idée de se lancer dans les chutes du Niagara à tonneau. Elle a été la première personne à le faire. C’est montrer que peu importe l’âge ou l’époque, elles se sont dit "oui je peux le faire". 

Il y aura aussi des articles autour de la littérature, des mots de vocabulaire, de l’histoire et une rubrique "le jour où" avec une journée qui a changé l’histoire des femmes. Ce sera multi-domaines, même si les sciences sont un domaine important parce que c’est là où les filles sont peu nombreuses. 

Moins de deux semaines après le lancement de votre campagne de financement participatif, votre objectif, 20 000 euros, a été atteint. Au moment où nous publions cet article, vous dépassez les 35 000 euros et il reste encore plus de trois semaines. Comment expliquez-vous cet engouement ?

Depuis Me too, le problème de la non-égalité des femmes est quotidien. Il ne se passe plus un jour sans une conférence autour de ce thème. C’est un sujet très actuel et aucun magazine ne s’était situé là-dessus. Certains ouvrent sur des histoires de femmes du passé, etc. mais ne sont pas arrivés avec cette casaque féministe. Et c’était à mon avis attendu, les familles, les éducateurs.trices, même des bibliothèques viennent vers moi et sont très attentifs.ves à ce problème de non-égalité au niveau des enfants. Il y a aussi tout un travail à faire avec les parents. J’espère à l’avenir pouvoir proposer des ateliers sur le féminisme dans les familles. Avant, ce terme "féministe" avait une connotation terrible, je crois qu’aujourd’hui, très peu de personnes peuvent se dire anti-féministe. C’est une normalité qu’il y ait une égalité dans ce monde. 

4 min