Festival d'Avignon : avec “La brèche”, Tommy Milliot instille un malaise durable

Publicité

Festival d'Avignon : avec “La brèche”, Tommy Milliot instille un malaise durable

Par
La Brèche
La Brèche
- Christophe Raynaud de Lage

Le jeune metteur en scène Tommy Milliot monte une pièce de Naomi Wallace, et instille un malaise durable dans l’esprit des spectateurs.

Cette édition 2019 nous propose enfin du sang neuf avec le tout jeune metteur en scène Tommy Milliot, qui a choisi de monter un texte de Naomi Wallace, auteure américaine née en 1960, dont les pièces sont montées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Proche-Orient, et depuis quelques années en France, où les éditions théâtrales ont publié six de ses pièces. “La brèche” est donc la septième, traduite par Dominique Hollier. L’action se situe à deux époques : 1977 et 1991. Si 14 ans ont passé, rien ne semble avoir changé dans cette petite ville du Kentucky. Frayne et Hoke, les adolescents d’hier sont devenus adultes, et chacun joue son rôle dans la communauté.

Mais après la mort d’Acton, avec qui ils constituaient un trio inséparable dans leur jeunesse, la soeur de celui-ci, Jude, revient au pays. Jude était la figure fascinante de la rebelle, et elle les fascine toujours autant. Mais elle porte en elle une brèche, ouverte le soir de ses 17 ans. Un lourd secret unit ces trois personnages, mais il est encore plus terrible que les deux hommes ne l’imaginaient. Jude en a la clé.

Publicité

Le spectacle crée un malaise durable

C’est donc cette pièce qu’a choisi Tommy Milliot, découvert en 2016 avec sa mise en scène de “Lotissement”, de Frédéric Vossier, pour laquelle il avait remporté le prix Impatience, ce qui lui donna alors l’occasion de la présenter au Festival d’Avignon. Ce n’est que sa troisième mise en scène, et il faut louer la direction du Festival d’Avignon de miser sur un talent aussi jeune, tout en mesurant aussi le risque pris par le metteur en scène, le Festival étant une caisse de résonance qui peut lancer une carrière comme la stopper net. Le spectacle est fort, ses interprètes très bien dirigés, et crée un malaise durable. On souhaite une belle carrière à Tommy Milliot.