Fête de la musique : cinq recommandations musicales de Matthieu Conquet

Publicité

Fête de la musique : cinq recommandations musicales de Matthieu Conquet

Par
.
.

A l'occasion de la Fête de la Musique, Matthieu Conquet - chroniqueur musical dans Les Matins et producteur de Continents Musiques - a sélectionné cinq coups de coeur musicaux et festifs de ces deux derniers mois.

A l'occasion de la Fête de la Musique, Matthieu Conquet - chroniqueur musical dans Les Matins et producteur de Continents Musiques - a sélectionné pour vous cinq coups de cœur musicaux de deux derniers mois. Rock psychédélique, salsa et musique du futur, en tout éclectisme.

1. Derya Yildirim et Grup Şimşek : des classiques lus au prisme du rock psychédélique

Une jeune musicienne et chanteuse turque, Derya Yıldırım, s’associe à des musiciens français pour quelques relectures de classiques lus au prisme du rock psychédélique. Frisson garanti.

Publicité

Derya Yıldırım, étudiante germano-turc de 23 ans, est née et a grandi à Hambourg, de parents originaires de Sivas (Anatolie centrale), elle joue du saz (luth avec un long manche assez fin) étudiant aussi le piano et le saxophone au conservatoire. En 2014, quand elle participe au festival New Hamburg dans le quartier populaire de Veddel, elle rencontre les musiciens français de l’orchestre Montplaisant (Antonin Voyant, Graham Mushnik, Andrea Piro) et une batteuse anglaise (Greta Eacott). Ils habitent tous entre Berlin, Saint-Etienne et la campagne Jurassienne, pas toujours simple d’organiser des concerts et des répétitions mais ils décident de créer le Grup Şimşek et d’enregistrer 4 titres.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

2. Maud Geffray : Laponie et temps suspendu

Maud Geffray, musicienne attachée aux images et au cinéma, est partie au Nord de la Finlande, à Rovaniemi, pour y filmer (en compagnie du réalisateur Jamie Harley) les habitants. Notamment les adolescents qui vivent plongés dans cette nuit étendue, qui évidemment n’est pas sans impact sur leur comportement, leur moral. Plusieurs musiques sont nées de ce film par la suite, et c’est ce résultat que vous entendez dans Polaar. En marge du duo Scratch Massive, dont la musicienne faisait partie, Maud Geffray poursuit une certaine célébration du temps suspendu.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

3. DJ Hell et la musique du futur

"Anything Anytime", ou n’importe comment, n’importe quand, ouverture choisie par DJ HELL pour vous inviter à entrer dans Zukunftsmusik, la musique du futur. DJ Hell a travaillé avec des talents aussi différents que le rappeur Puff Daddy, Grace Jones ou Bryan Ferry. Il a aussi été le premier à produire les français Miss Kittin & The Hacker (duo associé au courant qu’on a appelé l’electroclash au début des années 2000).

Avec ce nouvel album, le fondateur du label International Deejay Gigolo Records poursuit une oeuvre aussi riche que chargée de questions, sociales, sexuelles et morales. Passé, présent et avenir se confondent, se dilatent, on y entend à la fois de la techno, des machines qui rappellent la mélancolie de Kraftwerk, beaucoup de voix, différentes langues et même un saxophone hanté…

A ECOUTER AUSSI Part de rave avec DJ Hell et Pedro Winter (Continent Musiques, 06 mai 2017)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

4. Duo Sabîl, Yazz Ahmed : les métissages de la musique arabe

Pour son dernier album, le duo Sabîl (Ahmad El Khatib et Youssef Hbeisch) a composé une "dentelle sonore" qui s'attache à respecter les règles de la musique arabe, règles codifiées dans un système de modes, de maquam que les musiciens invitent à "transgresser en douceur". Avec aussi une formation inhabituelle : oud et percussions, contrebasse occidentale classique et un buzuk

De son côté, la trompettiste Yazz Ahmed conjugue ce qu’elle a reçu de la musique arabe classique avec ce qu’elle veut faire du côté du jazz. Une démarche "entre tradition et modernité" pour cette musicienne originaire du Bahreïn qui a grandit à Londres.

5. Orchestra Baobab : un mélange de salsa

La formation historique de Dakar, "spécialistes en tous styles" revient avec un album en hommage à son chanteur disparu, Ndiouga Dieng. Certains membres du groupe avaient entre 14 et 24 ans lors de sa formation au début des années 70 au Club Baobab à Dakar, ouvert par Adrien Senghor, le neveu de Leopold Sédar Senghor. Un Baobab qui réunissait des musiciens venus de Casamance, du Togo, du Bénin… et qui va proposer un mélange de salsa, de soul typiquement sénégalaise, "Specialist In All Styles" comme ils aiment à le dire. Formation qui hélas passera de mode et sera balayée dans les années 80 avec l'arrivée du Mbalax de Youssou N'Dour. En 2001 le producteur Nick Gold (qui a travaillé à la reconnaissance du Buena Vista Social Club, d'Ali Farka Touré) reforme le groupe et les encourage à tourner. C’est lui qui produit ce disque, comme pour prouver qu’un Baobab ne meurt jamais.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.