Publicité

Finkielkraut : "Répliques m'aide à conjurer le péril de ne penser que comme soi"

Alain Finkielkraut le 17 novembre 2015
Alain Finkielkraut le 17 novembre 2015
© Radio France

Depuis la fin 2015, "Répliques" a 30 ans et désormais plus de 1300 émissions archivées. Nous avons proposé à Alain Finkielkraut d'en sélectionner sept qui définiraient l'essence de son émission. Alors que le philosophe entre à l'Académie française ce 28 janvier 2016, redécouvrez-en l'intégralité.

Lorsque nous avons proposé à Alain Finkielkraut, devenu immortel ce 28 janvier 2016, de choisir sept émissions à même de raconter trente ans de l'émission "Répliques", il a écrit cette courte note destinée à définir son rendez-vous hebdomadaire sur France Culture :

"On s'accoutume trop, quand on est seul, à ne penser que comme soi ", a écrit Fontenelle. Depuis trente ans, l'émission "Répliques" m'aide, moi qui passe l'essentiel de mon temps dans un bureau silencieux, à conjurer ce péril. Qu'il s'agisse de littérature, de politique, de philosophie, de religion, de musique ou de peinture, mon but est de perpétuer, contre vents et marées idéologiques, l'art de la conversation. En un temps de radicalisation où fleurissent les excommunications et les anathèmes, cet exercice me semble plus nécessaire que jamais. Les disputes dans cette émission peuvent être âpres, mais, pour le dire avec les mots de Montaigne, la cause de la vérité doit rester la cause commune. 

Publicité

Redécouvrez sept émissions parmi les archives de "Répliques" :

Le texte et le monde  - le 04/04/1987 avec Paul Ricœur et Gérard Genette

Le concept de Dieu après Auschwitz  - le 11/02/1995 avec Paul Ricœur

Marcion et le marcionnisme - le 20/03/2004 avec Rémi Brague et Alain Besançon

D'autres vies que la leur - le 09/05/2009 avec Emmanuel Carrère et Pierre Michon

Philia - le 30/05/2009 avec JB Pontalis et Jean Daniel

Nicki ou l'histoire d'un chien - le 29/01/2011 avec Pierre Pachet et Claude Habib

La République des lettres existe-t-elle encore ? - le 04/04/2015 avec Régis Debray et Marc Fumaroli