Publicité

"Flame" ou la cyberguerre renforcée ?

Par

Le virus informatique "Flame" aurait un potentiel d'infiltration inégalé, selon l'éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab. Des médias occidentaux estiment qu'il aurait été exploité pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d'Iran. Le vice-Premier ministre israélien, Moshé Yaalon, a semblé justifier ce mardi l'emploi d'une telle "cyber-arme". Alors que le New York Times a révélé ce vendredi un programme secret de cyberguerre de la CIA.

Il serait "vingt fois plus important que Stuxnet", le virus détecté en 2010 et utilisé contre le programme nucléaire iranien, a estimé Kaspersky.

Publicité

"Flame" a été retrouvé dans des milliers d'ordinateurs dans tout le Proche-Orient.

Capable de dérober des informations y compris dans des fichiers stockés, des listes de contacts, ou des conversations audio, il serait donc l'un des logiciels pirates les plus puissants existant.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques et vice-Premier ministre Moshe Yaalon a lui-même alimenté les spéculations sur une possible implication d'Israël en déclarant que le recours au virus contre l'Iran était justifié ** Grégory Philipps** (29/05) :

Écouter

1 min

Le Centre de coordination iranien pour la lutte contre les attaques informatiques a de son côté annoncé mardi avoir "réussi à identifier le virus Flame puis à préparer un anti-virus capable de l'identifier et de l'éliminer". Et le porte-parole des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, a attribué la responsabilité de cette attaque à "certains pays ou régimes illégitimes capables de produire des virus portant atteinte à tous les pays". Allusion à Israël et aux Etats-Unis, accusés par Téhéran d'être derrière de précédentes attaques informatiques.

Ce vendredi, le New York Times a d'ailleurs révélé l'existence d'un programme secret lancé par Georges Bush et utilisé par Barack Obama via la CIA contre l'Iran, en coopération avec Israël. Où l'on reparle du virus "Stuxnet", détecté en 2010 et qui aurait retardé de 5 ans le programme nucléaire iranien. Précisions de New York d'Aurélien Colly (02/06) :

Révélations du New York Times sur le virus informatique "Flame". Par Aurélien Colly

1 min

Spécialiste des cyber conflits et ingénieur au CNRS, Daniel Ventre**se révèlait mardi très prudent face à cette nouvelle, mettant en garde contre tout emballement ** (29/05) :

Écouter

11 min

"Flame" a été détecté dans le cadre d'une enquête lancée par l'Union internationale de télécommunications (ITU) et serait dans "la nature" depuis plus de deux ans.Et selon le groupe de sécurité informatique Symantec, interrogé par l'AFP, le virus sévit "un petit peu partout, en l'occurrence plutôt au Moyen Orient, notamment dans une banque palestinienne et en Iran, au Liban. Mais aussi, dans une moindre mesure, en Russie, en Autriche, à Hong-Kong, aux Emirats arabes unis".
Avec agences
Echo de "Flame" sur le blog de Daniel Ventre

Internet : nouveaux champs de bataille 1/4 - Cyberguerre et guerres de l'information. Culturesmonde

Avec pour invités Daniel Ventre, ingénieur d’études au CNRS, chargé de cours à l'Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, Alan Chong, Professeur à la Rajaratam school of international studies à Singapour, et Jeffrey Carr (USA), expert en cyber intelligence, auteur de « Inside cyber warfare ».

Cyberguerre, l'arme du futur. Choix de la rédaction de France Culture

Par Claude Guibal, en décembre dernier.

Statistiques mensuelles sur les programmes malveillants : avril 2012. Viruslist.com

Un site qui dépend de Kaspersky.