Publicité

Florence Aubenas, Michel Bussi, Amaarae : écritures géographiques

Par
Florence Aubenas le 28 juin 2010 à Nantes
Florence Aubenas le 28 juin 2010 à Nantes
© Getty - Alain DENANTES

En non-fiction, on parle du livre de Florence Aubenas "L'inconnu de la Poste", un fait divers que la journaliste transforme en chef d'œuvre d'investigation et de littérature sociale. En fiction, l'écrivain Michel Bussi prend la première place. Conclusion musicale avec Amaarae, étoile RnB du Ghana.

Bienvenue dans le Box Office, le rendez-vous hebdomadaire de l’émission Soft Power. On y épluche chaque semaine les tendances de la culture et les plus gros succès du moment. En partenariat avec l’institut d’études GfK pour les livres et les jeux vidéos et CBO Box Office pour le cinéma.

Florence Aubenas et l'inconnu de la Poste

En non-fiction, direction Montréal-la-Cluse, à 39 kilomètres de Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. Montréal-la-Cluse, 3 400 habitants et un livre, L’Inconnu de la poste, de la journaliste Florence Aubenas. Très attendu, ce récit est sorti en librairie ce jeudi. Selon nos informations, L’inconnu de la Poste se classe déjà parmi les bestsellers. C’est une histoire vraie, celle d’une postière assassinée. Qui a fait le coup, demande tour à tour la justice puis Florence Aubenas ? Au mauvais endroit au mauvais moment, il y a bien un suspect idéal : Gérald Thomassin, mauvais garçon de Pantin, qui se sort d’une vie difficile grâce à un rôle dans Le Petit criminel, où il gagne un César. Il s’était exilé à Montréal-la-Cluse pour fuir ses démons, il y est accusé du meurtre, passe 3 ans en détention provisoire, et alors qu’il est sur le point d’être innocenté, disparaît dans des conditions mystérieuses.

Publicité
Le 9 mars 1991, Gérald Thomassin reçoit le César du meilleur espoir pour son premier rôle dans Le petit criminel, film de Jacques Doillon
Le 9 mars 1991, Gérald Thomassin reçoit le César du meilleur espoir pour son premier rôle dans Le petit criminel, film de Jacques Doillon
© AFP - Philippe VERDY
42 min

C’est le talent d’Aubenas que de tricoter ensemble ce récit politico-judiciaire autour de l’assassinat de la préposée de la Poste, et une description de la France rurale d’aujourd’hui. Il y a du Truman Capote ici, façon In Cold Blood, travail sur le nouveau journalisme ou ce qu’on appelle la "narrative non fiction". Et parallèlement à ce « fait divers », c’est aussi l’approfondissement du genre : Florence Aubenas s’est glissée pendant plusieurs années dans la vie de ses personnages, comme si elle les inventait en faisant de la fiction, alors que tous les faits sont vrais. Cette rigueur toute géographique, cette observation méticuleuse du monde social, séparera toujours la fiction de la non-fiction. C’est, en outre, du journalisme d’immersion au meilleur sens du terme. Il faut admirer cette talentueuse description en creux d’une France rurale qui souffre, une France également pleine de courage et de fierté. Surtout : une capacité d’écoute : ni condescendante, ni maternaliste, Florence Aubenas, quasi voyante, se met à la place de ses personnages et, comme le dit le poète, voit avec leur idée – et ce qu’elle nous rapporte, ainsi, est fascinant et terrible.   

Michel Bussi et les écrivains-géographes

En fiction, L’Anomalie d’Hervé le Tellier, prix Goncourt 2020, libère enfin la place, après plus de deux mois de domination. Celui qui le détrône, c’est Michel Bussi avec son roman Rien ne t’efface une histoire de maternité, de fils perdu puis retrouvé. Un fait intéressant sur l’auteur : il est géographe au CNRS le jour, écrivain de polars sentimentaux la nuit. Géographes-écrivains, c’est une rare et belle filière, qui produit le plus souvent des plumes fines, rigoureuses en style, attentifs au commentaire de l’espace, de la carte et du territoire. Ils savent mieux que quiconque la magie évocatrice des terroirs, des vallons, des rivières. Le grand écrivain-géographe du moment, s’appelle bien sûr Sylvain Tesson, formé à cette discipline. Et leur saint patron : Julien Gracq au siècle dernier. Julien Gracq, c’est le professeur agrégé, le témoin méticuleux des formes du rivage, de la rondeur des îles, des méchantes falaises rocheuses, du mystère de la forêt. Chez Gracq, l’environnement est en vie. Il disait : “Les paysages sont « dans le roman » comme les personnages et au même titre.”  Écolo prophétique, il regrettait en 1961 _« le sentiment perdu d’une sève humaine accordée en profondeur aux saisons, aux rythmes de la planète, sève qui nous irrigue et nous recharge de vitalité » (_dans une conférence tenue à Normale Supérieure intitulée Pourquoi la littérature respire mal ?)

Amaarae, la ghanéenne fancy

Après Gracq et Montréal-la-Cluze, on finit notre itinéraire géographique à Accra, capitale du Ghana. Une jeune chanteuse, Amaarae, vient d’y sortir un album brillant. Titre : L’ange que vous ne connaissez pas ("The Angel you don't know"). Belle façon d'introduire Amaarae qui, avec un seul album, réinvente déjà un RnB de synthèse, une afropop singulière, chaloupée, calme et dansante tout à la fois. Amaarae est déjà une jeune reine à Accra, elle remplit aussi des salles combles à Lagos, au Nigéria, à 700 km de chez elle. Voilà une chanteuse « fancy », locale et africaine qui sera bientôt, espérons-le, une chanteuse globale.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

LES RÉSEAUX SOCIAUX | Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter | Facebook | LinkedIn | Spotify

L’ACTUALITÉ DE SOFT POWER | Pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique. Et pour en savoir plus sur la pensée de l'écologie, nous avons créé notre bibliothèque idéale des penseurs de l'écologie.