Publicité

France Culture et le château de Versailles lancent « Les Rencontres du Jeu de Paume à Versailles »

Par

rencontres du jeu de paume
rencontres du jeu de paume
© Radio France

Premier invité mardi 18 mars 2014 : Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale
France Culture et le château de Versailles s’associent pour créer, à partir du 18 mars 2014, un nouveau rendez-vous public : « **Les Rencontres du Jeu de Paume à Versailles ** ».

Chaque mois, de mars à juin 2014, ces rencontres inviteront un acteur politique majeur, français ou européen, à s’exprimer sur la place et le rôle de l’histoire dans son imaginaire.

Publicité

A la fois cycle d’entretiens en public et rendez-vous sur l’antenne de France Culture, «Les Rencontres du Jeu de Paume à Versailles » seront pilotées par Emmanuel Laurentin, producteur de l’émission « La Fabrique de l’histoire ».

Après avoir interrogé lors des campagnes électorales de 2007 et 2012 José Bové, François Bayrou, François Hollande, Jean-François Copé, Jean-Marie Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Marie-Georges Buffet ou Arlette Laguiller sur leur imaginaire historique, « La Fabrique de l’histoire » poursuit ainsi son enquête sur la place du passé dans la vie politique contemporaine.

Ce rendez-vous exceptionnel se déroulera dans un haut-lieu de l’histoire politique française : la salle du Jeu de Paume à Versailles.

La salle du Jeu de Paume a une place singulière dans l’histoire du château de Versailles et dans celle de la démocratie. Il est rare, en effet, qu’un lieu soit identifié à ce point à un basculement d’époque. Il garde aujourd’hui le souvenir des grandes joutes oratoires dont il a été le théâtre. Je suis heureuse que les auditeurs de France Culture, mais aussi les hommes politiques et les historiens qui y débattront, puissent de nouveau se l’approprier, le temps d’une émission, déclare Catherine Pégard, qui préside l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Dans ce lieu emblématique, Emmanuel Laurentin, en compagnie d’un historien, interrogera une femme ou un homme politique sur son imaginaire historique: qu'ont-ils en tête quand ils parlent du passé ? A quels personnages historiques se réfèrent-ils quand ils doivent prendre une décision politique? Quels événements du passé les ont marqués? Quelle période historique compte le plus à leurs yeux ?

Les Rencontres seront diffusées dans « La Fabrique de l’histoire » sur France Culture le vendredi qui suivra leur enregistrement en public.

**Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, sera l’invité de la première de ces Rencontres, qui se déroulera le mardi 18 mars de 16h45 à 18h dans la salle du Jeu de Paume (adresse) – entrée libre sur inscription au 01 56 40 10 57 ou auditeurfrancecultureradiofrance.com ** Emmanuel Laurentin animera cette rencontre accompagné de l’historien Jean-Yves Mollier,professeur d'histoire contemporaine à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est spécialistede l'histoire de l'édition, mais aussi de l'histoire politique et culturelle du XIXe siècle français.
Cette première rencontre sera diffusée le vendredi 21 mars 2014, de 9h à 10h dans « La Fabrique de l’histoire ».

La salle du Jeu de Paume, au château de Versailles La salle du Jeu de Paume à Versailles est située à quelques pas du Château. C’est là que le 20 juin 1789 les députés du Tiers-Etat auxquels s’étaient joints quelques représentants du clergé, prêtèrent le serment du Jeu de Paume, acte fondateur de notre démocratie moderne: « Nous jurons de ne jamais nous séparer et de nous réunir partout où les circonstances l’exigeront jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides. ».

En 1883, après de nombreuses restaurations, Jules Ferry, président du Conseil inaugura dans ce lieu le musée de la Révolution française. Des cérémonies importantes s’y déroulèrent également lors des célébrations du Bicentenaire de la Révolution en 1989.

En 2010 et 2011, des personnalités du monde politique, scientifique ou des médias s’étaient déjà réunis afin de réfléchir aux conditions d’exercice de la démocratie actuelle.