Publicité

France-Mexique : du diplomatique à l'artistique

Par

Les Masques de Jade Mayas : exposition annulée
Les Masques de Jade Mayas : exposition annulée
© Radio France - Hélène Combis

Hélène Combis © Radio France

Les Masques de Jade Mayas ne passeront pas par Paris. Ce mardi, la Pinacothèque a en effet indiqué qu'après une semaine d'hésitation " Les autorités mexicaines ont annoncé devoir renoncer à l'organisation de l'exposition (...) en raison de la dégradation des relations avec la France ces derniers jours".

Publicité

L'espace d'exposition privé a dit regretter "cette décision grave qui prive le public de la possibilité d'admirer des trésors uniques mayas, qui auraient été montrés pour la première fois en France depuis leur découverte".

A Saint-Romain-en-Gal, près de Lyon, c'est l'exposition « Mexique : les cultures antiques de Veracruz » qui est déjà sur le chemin du retour, avant même son inauguration. Cette première en Europe n'aura pas lieu sur décision des autorités mexicaines. Quitte à devoir débourser du coup 2 millions d'euros, contre 300.000 pour le musée français.

Enfin, ce vendredi, le directeur des Rencontres photographiques d'Arles, François Hébel, les a dites "extrêmement fragilisées" par l'annulation en cours de l'Année du Mexique. Douze expositions dans l'édition 2011 y sont liées et le Mexique devait participer à hauteur de 400.000 euros à la manifestation. "C'est la même somme que celle que nous donne le ministère de la Culture chaque année, soit 9% de notre budget", a précisé M. Hébel.

Au total, 350 manifestations, culturelles mais aussi économiques, éducatives ou touristiques sont prévues dans le cadre d'une Année bien mal entamée ( son site est d'ailleurs inaccessible). Le musée public le plus engagé étant Orsay, qui a annoncé à partir du 5 octobre une exposition " Sous le volcan - L'art au Mexique de l'indépendance aux révolutions 1810-1920". Le musée de l'Orangerie, qui dépend d'Orsay, préparant une exposition Frida Kahlo- Diego Rivera, du 5 octobre au 5 janvier 2012, sur la base de prêts mexicains.

Dans ce contexte, en exclusivité pour un quotidien mexicain, le prix Nobel de littérature Jean-Marie Le Clezio s'est "indigné de l'arrogance et du mépris de Sarkozy et de son gouvernement à l'égard du système judiciaire mexicain". Puis, des spécialistes français du Mexique, des artistes et des producteurs culturels ont signé une "lettre ouverte" au président de la République pour "revenir sur sa décision de dédier l'Année du Mexique à Florence Cassez". "L'année du Mexique est un événement destiné à mieux faire connaître ce pays. En aucun cas, elle ne peut être instrumentalisée par les gouvernements comme moyen de pression sur une affaire qui relève du pouvoir judiciaire mexicain et de la diplomatie française et mexicaine" écrivent les signataires qui appartiennent à différentes universités et aux grands instituts de recherche comme le CNRS, l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ou l'Inalco.

Avec le soutien de figures comme l'actrice Mónica Del Carmen ou l'écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière, qui avait exprimé sa passion du pays lors de la conférence de presse de l'événement.

Cela dit, les Mexicains et les amis du Mexique n'ont pas tous l'intention de baisser les bras, et de nombreux rendez vous sont maintenus en marge du festival officiel, comme au Salon del Libro, la seule librairie espagnole de Paris, tenue par Alexandre Nunez qui tient à défendre la parole critique des artistes (propos recueillis par Christine Moncla):


Précisons enfin que le 11 février dernier, Martine Aubry avait elle proposé "dès maintenant aux collectivités locales dirigées par des socialistes de ne pas participer aux manifestations organisées dans le cadre de l’année du Mexique en France et d’annuler celles qui dépendent d’elles." En réaction là-aussi au rejet du recours de Florence Cassez.
La déclaration de Nicolas Sarkozy du 14 février dernier. Elysée.fr

De déclarer notamment "je souhaite, en tant que chef de l'État, dédier l'année du Mexique en France à Florence Cassez. Je demande donc le maintien de toutes les manifestations et que chaque officiel qui aura l'occasion de prendre la parole au cours de ces manifestations, commence par parler de Florence Cassez, de sa situation, afin qu'on ne l'oublie pas."

Position officielle du Mexique (en espagnol)

Page sur le site de l'ambassade en France.

Institut culturel mexicain de Paris

Lancement de l'année du Mexique sur place. Site de l'ambassade de France

Où l'on apprend que c'est lors de sa visite en mars 2009 que Nicolas Sarkozy a proposé au président mexicain Felipe Calderón d’organiser cet événement.

La diplomatie française en question

Article de franceculture.com de ce mercredi.

¡Manos arriba! Criminalité, art et politique au Mexique, avec Leticia Clouthier Ducru et Claude Bataillon

Les Retours du dimanche, d'Agnès Chauveau et Martin Quenehen, de ce 20 février.