François salue un groupe d'indiens d'Amazonie lors d'un Synode spécial en octobre 2019, basilique Saint-Pierre, au Vatican. .
François salue un groupe d'indiens d'Amazonie lors d'un Synode spécial en octobre 2019, basilique Saint-Pierre, au Vatican. .

François, un pape révolutionnaire ?

Publicité

François, un pape révolutionnaire ?

Par

François, un pape de combats 2/7. Certains le voient comme un tyran. Pas seulement parmi ceux qui le détestent – et il y en a au Vatican ! – mais aussi dans son entourage. Finalement, comment révolutionner l’Église si l’on n’a pas une main de fer ?

François tente la révolution dans l’humilité d’abord. Il n’a pas voulu s’installer dans le palais apostolique, dans ces appartements d’une dizaine de pièces qui donnent directement sur la place Saint-Pierre. C’est bien de là, de la fenêtre de la Bibliothèque apostolique, que, chaque dimanche, il s’adresse aux fidèles pour l’angélus. En revanche, pas question d’y vivre.

Il a décidé d’habiter dans la résidence Sainte-Marthe. Il habite la suite 201 de cet édifice qui accueille les prélats et loge les cardinaux lors des conclaves. Un petit deux pièces, une chambre et un petit salon avec bureau et bibliothèque.

Publicité
Le pape loge dans la résidence Sainte-Marthe (du latin Domus Sanctæ Marthæ), un bâtiment achevé en 1996 et situé à proximité de la basilique Saint-Pierre.
Le pape loge dans la résidence Sainte-Marthe (du latin Domus Sanctæ Marthæ), un bâtiment achevé en 1996 et situé à proximité de la basilique Saint-Pierre.
© Getty - Eric Vandeville / Gamma-Rapho

Peu après son élection, une statue grandeur nature de François a été installée dans les jardins de la cathédrale de Buenos Aires, dont il fut l’archevêque. Lorsqu’il l’a su, le nouveau pape a demandé qu’elle soit immédiatement retirée. François n’aime pas beaucoup le culte de la personnalité !

Un pape provocateur ?

François ne juge pas non plus, et ce n’est pas toujours bien compris. Il est à peine élu depuis trois mois quand il répond à une question sur l’homosexualité : "Si une personne est gay et cherche le Seigneur, qui suis-je pour la juger ?" En fait, c’est le message qui change, pas la doctrine, pas le catéchisme de l’Église. Mais le pape heurte les plus conservateurs quand il évoque les sujets de société.

Il heurte les familles nombreuses lorsqu’il dit : "Certains croient que pour être de bons catholiques, il faut se reproduire comme des lapins !" Ce n’est pas une attaque en règle contre les grandes familles catholiques, qu’il ne cesse de mettre en avant, comme il ne cesse de s’opposer à l’avortement. Non, François appelle simplement chacun à la responsabilité : il faut être capable d’accueillir autant d’enfants. Là encore, c’est le message qui change, pas la doctrine.

Le pape serait révolutionnaire s’il autorisait les hommes mariés à devenir prêtres. Et finalement, il ne l’a pas fait ! Il avait pourtant réuni dans la salle du Synode plusieurs centaines d’évêques, religieux et religieuses, qui ont voté à plus de 75 % pour ordonner des hommes mariés en Amazonie ! Le pape ne semblait pas opposé à de nouvelles exceptions. Mais François a dit non !

Un pape d'ouverture

Ce qui a sûrement pesé dans sa décision, c’est qu’au sein même du Vatican certains cardinaux s’opposent totalement à la moindre ouverture. Quand d’autres s’emploient, au contraire, à ouvrir la moindre brèche. François veut éviter les divisions, il veut maintenir l’unité de son Église.

François est révolutionnaire, en revanche, quand il réforme la constitution de l’Église pour la cinquième fois seulement en deux mille ans, et pour la première fois de l’Histoire, le gouvernement central de l’Église, la Curie, perd du pouvoir. Ce ne seront plus uniquement des cardinaux qui dirigeront les dicastères – les ministères au Vatican –, désormais, des laïcs, des femmes aussi, auront le pouvoir... Un pouvoir plus collégial aussi : celui des églises nationales est renforcé.

François est révolutionnaire également dans l’accueil du plus faible. Et il donne l’exemple, en ramenant des migrants dans son propre avion ou en créant des corridors humanitaires. Et puis montre les migrants, jusque sur la place Saint-Pierre. Une œuvre noire, Les Anges inconscients, représentent des réfugiés de tous pays, de toutes époques. François ne veut pas qu’on leur tourne le dos.

Le pape lors de l'inauguration de la sculpture en bronze du Canadien Timothy Schmalz 'Les Anges inconscients'. Le 29 septembre 2019 sur la place Saint-Pierre.
Le pape lors de l'inauguration de la sculpture en bronze du Canadien Timothy Schmalz 'Les Anges inconscients'. Le 29 septembre 2019 sur la place Saint-Pierre.
© AFP - Vincenzo Pinto / Pool

Avec le concours de Chadi Romanos et d'Éric Chaverou

Découvrez notre dossier avec l'ensemble des vidéos de notre série "François, un pape de combats"