Frantz Fanon, Susan Sontag, épidémie et afro-futurisme : la Session de rattrapage d'été

Publicité

Frantz Fanon, Susan Sontag, épidémie et afro-futurisme : la Session de rattrapage d'été

Par
Susan Sontag, Drexiya, Covid-19 et Frantz Fanon
Susan Sontag, Drexiya, Covid-19 et Frantz Fanon
© Getty

Sélection. Occupé(e) à rassembler les raquettes de plage ou hanté(e) par la perspective de la rentrée, vous n'avez pas eu le temps d'écouter la radio ? On respire, c'est samedi : la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture est là.

Abonnez-vous à la Session de rattrapage pour la recevoir par mail chaque semaine

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Dans la nuit du 22 août 1791 commence à Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti et République dominicaine) une violente insurrection d'esclaves qui va être le point de départ de l'abolition de la traite négrière outre-Atlantique. Depuis 1998, et en référence à cet événement, la date du 23 août a été retenue pour la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition. Une histoire et une mémoire qui s'expriment cette semaine sur France Culture portées par différentes voix. C'est d'abord Frantz Fanon qui a fait de sa Martinique natale son premier terrain d'observation des processus d’aliénation à l'oeuvre dans les sociétés coloniales. Puis le documentariste autrichien Hubert Sauper qui est allé filmer les enfants de La Havane, qui fut l'un des plus importants ports de la traite des esclaves. Avec Epicentro, le documentariste autrichien décèle à Cuba les traces toujours vives de la première des manifestations de l'impérialisme occidental. Enfin, c'est le duo électro Drexciya, issu de la scène techno de Detroit qui invente, dans les années 1990 et à grands renforts de synthétiseurs, une variation inattendue à partir de cette histoire : une Atlantide bâtie sous l'océan par des esclaves africains. Bonnes écoutes, et à la semaine prochaine ! Céline Leclère

Les séries d'été

Le psychiatre et révolutionnaire d'origine antillaise Frantz Fanon dans les années 1950
Le psychiatre et révolutionnaire d'origine antillaise Frantz Fanon dans les années 1950
© AFP - A gauche : STF / AFP. A droite : Pacha J. Willka (via Wikimedia Commons)

Anticolonialiste. Médecin et intellectuel engagé, Frantz Fanon est né à la Martinique en 1925. Avec cette Grande traversée, redécouvrez la vie et l'œuvre de celui qui, grâce à son engagement aux côtés du FLN pendant la guerre d'Algérie d'une part, et à son travail psychiatrique sur l’aliénation coloniale dont il rend compte dans Peau noire, masques blancs ou Les Damnés de la terre d'autre part, est devenu un emblème des luttes anticoloniales. ( Grandes traversées : Frantz Fanon, l'indocile, 5 x 1h49)

Militante. Susan Sontag aimait les listes, les "j'aime, j'aime pas". Alors, des premières théories queer à la photographie, de la guerre du Vietnam à celle en Bosnie, de la notion d'interprétation en littérature à sa lutte contre la maladie dont elle a fait un objet de réflexion, perdez-vous dans la liste foisonnante des engagements de cette intellectuelle new-yorkaise militante disparue en 2004. ( Avoir raison avec... Susan Sontag, 5 x 28 min)

Musique de synthèse. Comment des boîtes à rythmes et des synthétiseurs ont-ils pu faire naître une utopie afro-futuriste ? Plongez dans l'univers sonore d'une Atlantide noire telle qu'on la retrouve dans les morceaux, les textes et les pochettes d'albums du groupe Drexciya, actif entre 1992 et 2002 et issu de la scène techno de Detroit. ( La Série musicale d'été, 5 x 58 min)

Pendant que vous n'écoutiez pas...

Les jeunes font l'objet de critiques de la part de leurs aînés pour une attitude qui serait désinvolte face au virus.
Les jeunes font l'objet de critiques de la part de leurs aînés pour une attitude qui serait désinvolte face au virus.
© Getty - Peter Dazeley - Getty

Âge tendre et têtes de mules. Lors de son dernier point épidémiologique, Santé publique France a noté une hausse des nouveaux cas de Covid-19 particulièrement marquée chez les 25-35 ans. Alors que les jugements virulents se multiplient vis-à-vis d'une jeunesse inconséquente, encline aux comportements à risque, ce youth bashing est-il le signe d'une réelle fracture entre générations ? ( Le Temps du débat, 42 min)

La cavale du siècle ? Presque dix ans qu'un patronyme à particule fait les choux gras de la presse. Que l'on soit friand ou pas de faits divers, impossible d'être passé à côté de cette tragique affaire, lourde des vies qu’elle a détruites et des questions qu’elle laisse sans réponse. Le magazine Society a consacré une enquête au long cours à l'un des plus célèbres disparus de France, Xavier Dupont de Ligonnès. Retour sur les faits divers, machines à fantasmes. ( La Grande Table d'été, 1h31)

Un pont sur la Seine. Empruntant à des références historiques autant qu'à sa propre histoire familiale, Jean Rolin dresse dans Le Pont de Bezons un portrait des berges de la Seine, entre Mantes-la-Jolie et Melun. Une déambulation au présent qui raconte la désindustrialisation, l'immigration clandestine, la vacance des territoires, mais aussi la pêche, la faune et la flore d'un Grand Paris fluvial, à la poésie singulière. ( Les Matins d'été, 18 min)

Les fictions

Millénium 3 (10 épisodes ), diffusé du 10 août au 21 août
Millénium 3 (10 épisodes ), diffusé du 10 août au 21 août
© Radio France - Actes Sud

Basses températures. Cette semaine, fin du troisième tome de la saga signée Stieg Larsson, La Reine dans le palais des courants d'air. Le thermomètre peut fluctuer, les frissons glacés sont garantis quand la section secrète de la Säpo engage des tueurs à gage pour éliminer Mikael Blomkvist, suite aux révélations fracassantes de Lisbeth Salander sur un scandale d'Etat. ( Fictions, le feuilleton : Millenium 3, 10 x 23 min)

Vis ma vie. Alors que la France vient de vivre son 3e Grand Confinement, le Président de la République annonce la mise en œuvre d'une mesure temporaire - mais néanmoins obligatoire - d'échange de domicile destinée à favoriser le dialogue entre les classes sociales, à redonner une chance à chaque citoyen de comprendre l’autre, après les expériences réitérées de "chacun chez soi". Quitter le 8e arrondissement de Paris pour aller habiter une loge de concierge à Melun ? Pour Edouard Beauclerc de La Renardière, c'est hors de question. Mais comment réussir à se soustraire au dispositif national ? (" Le Grand échange" de Simon Masnay, Fictions / Imagine 2020, 14 min)

La citation

Si l'heure a sonné de revêtir plus qu'un maillot de bain et de refermer les dossiers sexe de la presse magazine, La Grande Table d'été joue les prolongations en matière de sensualité en interrogeant la représentation du plaisir féminin au cinéma. L'historienne Geneviève Sellier retrace l'histoire d'un changement progressif dans ces représentations, et insiste sur la figure émancipatrice de Brigitte Bardot, décidément très présente au cours de cet été sur notre antenne :

"Et Dieu... créa la femme" est une bombe qui ouvre une nouvelle période du cinéma français : pour la première fois un personnage féminin est montré certes désirable mais surtout désirant. La scène du mambo, en morcelant le corps de Bardot, incarne ce qu’on appelle aujourd'hui le male gaze, mais en même temps, l'actrice y apparaît dansant pour elle-même, pour son propre plaisir. Son corps exprime une liberté qui excède le désir fétichiste des regards masculins sur elle. Il y a dans le film des manifestations d’autonomie qui font que Bardot inaugure l'image de la femme moderne. 

Pour finir, et à l'approche de la rentrée scolaire, vous vous interrogez peut-être sur la capacité des adolescents à se remettre à l'ouvrage, après les longues semaines d'école à la maison ? Alors écoutez Amélie Nothomb prôner la stimulation par l'effort, et exprimer au micro de Guillaume Erner dans Les Matins sa conviction que la littérature peut changer la vie et son conseil de commencer à lire jeune des œuvres difficiles. A la semaine prochaine !