Publicité

Génocide arménien : la carte de la reconnaissance

Par

Carte. Jusqu'à ce 2 juin, l’Allemagne, soucieuse de ses bonnes relations avec la Turquie et avec ses 3 millions de résidents turcs, préférait les périphrases au mot de "génocide". Aujourd'hui a été votée la reconnaissance officielle du génocide arménien. Comme dans 26 autres pays depuis 1915.

“La Turquie doit reconnaître son rôle historique, comme l’a fait Allemagne avec la Shoah”. Cem Özdemir, député Vert d'origine turque, rapporteur de la résolution "Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans", 2 juin 2016.

Survolez ou cliquez sur chaque pays pour obtenir des précisions quant à la date d'adoption des résolutions et lois qui reconnaissent le génocide arménien :

Publicité

Source : Armenian national Institute, qui répertorie l'ensemble des déclarations, lois et résolutions qui reconnaissent le génocide arménien depuis 1915

L’Allemagne avait déjà voté des résolutions, en 2005 et en 2015, qui reconnaissaient le massacre de 1.5 million d'Arméniens perpétré par les Turcs de l'Empire Ottoman entre 1915 et 1923. C'est pourtant seulement ce 2 juin 2016 que ce massacre de masse a été symboliquement reconnu par le Bundestag en tant que génocide, c’est-à-dire “commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux" selon la définition de l’ONU. Allemagne compris, 27 pays dans le monde ont ainsi reconnu formellement le génocide, ainsi que le Parlement européen, en 1987. Deux vagues importantes de reconnaissance : 2005 (Lituanie, Pologne, Venezuela...) et 2015 (Bulgarie, Brésil, Luxembourg...), correspondent aux commémorations des 90e et 100e anniversaires du génocide.

Les relations diplomatiques avec la Turquie, qui vient d'ailleurs de rappeler son ambassadeur d'Allemagne, ou une importante diaspora turque, comme au Royaume-Uni, distinguent les pays plus ou moins enclins à reconnaître le génocide arménien. Malgré une importante diaspora arménienne, les Etats-Unis ne parviennent par exemple pas à transformer leurs trois résolutions parlementaires successives (1975, 1984, 1996) en une loi formelle. Sur ces 27 pays, seulement quatre - Chypre, la France, l'Argentine et l'Uruguay, par ailleurs précurseur en la matière, reconnaissant  officiellement le génocide dès 1965, ont dépassé la simple résolution parlementaire pour promulguer une loi.

A écouter : "Génocide arménien : le grand tabou turc", Le Choix de la rédaction. Et le suivi du vote de la résolution ainsi que ses conséquences diplomatiques, par l'envoyé spécial de Radio France à Berlin, Cyril Sauvageot, dans les Journaux de la rédaction

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.