Publicité

Géographie électorale des Régionales: 3 questions à Michel Bussi

Par

Michel Bussi est professeur de géographie à l’université de Rouen. Il est l’auteur, en 2010, de Un monde en recomposition. Géographie des coopérations territoriales , Mont-Saint-Aignan, Presses des universités de Rouen et du Havre. Il a écrit une série d’articles de géographie électorale et territoriale dans la revue en ligne Cybergéo (2002-2010). Ecrivain, il a publié en 2009 son quatrième roman (policier): Sang Famille .

1- Quel est pour vous le principal enseignement du vote de dimanche ?

Publicité

On assiste à trois niveaux de sanction . Une première sanction de la démocratie représentative par les citoyens. Le seuil historique de moins d’un électeur sur deux participant à un scrutin pour une collectivité territoriale française a été franchi, posant de facto un problème de légitimité pour les élus. Ces élus ne pourront plus désormais faire l’économie de multiplier les expériences de participation citoyenne entre les scrutins. Second niveau évident de sanction, celle du gouvernement en place, la droite se situant à un niveau historiquement très bas sous la cinquième république. Une telle sanction est classique pour une élection intermédiaire (la gauche avait été lourdement sanctionnée en 86 et 92). Enfin, on peut noter, à l’inverse, une absence de sanction des équipes régionales sortantes, qui peut peut-être s’interpréter avant tout comme une “prime au sortant”, elle aussi fréquente dans les contextes d’incertitude.

Taux de participation (%) au premier tour du 14 mars 2010
Taux de participation (%) au premier tour du 14 mars 2010

Taux de participation (%) au premier tour du 14 mars 2010 ©Cevipof

Taux de participation (%) au premier tour du 21 mars 2004
Taux de participation (%) au premier tour du 21 mars 2004

Taux de participation (%) au premier tour du 21 mars 2004 ©Cevipof

Dimanche 14 mars 2010 le QG de Jean lassalle envoyé par -tb33. - L’info internationale vidéo.

3- Quels sont les caractères des espaces électoraux des 4 partis arrivés en tête (ps - ump - ee - fn)? Pour faire court, les première cartes révèlent un PS qui confirme son implantation dans la France de l’ouest et urbaine (à l’exception de la Bourgogne), tendance amorcée dès 2007. Europe Ecologie reste cantonnée aux villes ou aux régions urbaines (île de France). Il demeure le parti politique le plus “territorialisé” et sa capacité de “diffusion spatiale” sera l’une des clés de sa durabilité , notamment par l’obtention d’élu locaux lors des prochains scrutins. L’UMP perd à l’inverse les terres gagnées à l’est par Nicolas Sarkozy, terres où le **FN ** réalise un score élevé, et où l’abstention a également beaucoup progressé.

2- Quels sont pour vous les 3 territoires électoraux les plus singuliers dans ce vote ? Le premier serait le vote pour Marine Le Pen dans le Nord-Pas de Calais , qui talonne la liste UMP dans la région, et la devance dans de nombreux secteurs industriels en crise. Ce score de l’extrême droite, en croissance dans cette région, démontre que le Front national prospère moins sur les ruines du débat avorté sur l’identité nationale que dans des contextes locaux de crise économique et de montée du chômage . Le score de Marine Le Pen laisse également penser que ceux qui pronostiquaient la fin du FN suite à la retraite politique de Jean-Marie Le Pen se trompent… Le second serait le bon score, dans le Limousin , de la seule liste d’union front de gauche-NPA (13.13%) . Il semble prouver, dans un contexte certes favorable, que si la stratégie de division de la gauche de la gauche est une impasse politique, à l’inverse, un rassemblement lui permet devenir une force avec laquelle il faut compter, y compris lors des futures présidentielles. Enfin, le score de Jean Lassalle en Aquitaine , et particulièrement en Pyrénées-Atlantiques (17%) est incontestablement “singulier”. C’est le seul cas, après la disparation politique du vote “chasseur”, d’un électorat principalement organisé autour d’une dynamique rurale .

Evolution vote FN
Evolution vote FN

Evolution vote FN ©M. Bussi/Laboratoire MTG/université de Rouen

La progression concentrique du Front-national dans une région parisienne étendue au-delà de l’Ile de France ne manquera pas non plus d’être commentée, car elle est relativement inédite.

Régionales 2004, écart droite/gauche
Régionales 2004, écart droite/gauche

Régionales 2004, écart droite/gauche ©M. Bussi/Laboratoire MTG/université de Rouen

Cette carte tirée de l’analyse faite par Michel Bussi et ses collègues du Laboratoire MTG/université de Rouen des élections régionales de 2004 (source: Cybergéo, revue en ligne). Bis repetita en 2010? Réponse dimanche prochain.