Publicité

"Gerda Taro, c'est pire qu'un effacement, c'est sa disparition"

Par
Gerda Taro, à Paris, en 1936.
Gerda Taro, à Paris, en 1936.
© Getty - Fred Stein Archive

Son travail a longtemps été éclipsé par celui de son célèbre compagnon : Robert Capa. Militante antifasciste et photographe de guerre, Gerda Taro a couvert la guerre civile espagnole. Morte jeune, elle a sombré dans l'oubli, avant que son travail ne soit redécouvert en 2007.

Longtemps son travail est resté inconnu. Née le 1er août 1910, en Allemagne, Gerda Pohorylle fuit son pays quand Hitler arrive au pouvoir. Arrivée en France, elle rencontre, en 1934, le photographe hongrois Endre Ernő Friedmann, dont elle devient la compagne. Avec lui, elle se met à la photographie, mais leurs photos se vendent mal. Elle invente alors son personnage : Endre Ernő Friedmann devient ainsi Robert Capa, le photographe américain, plus chic et plus mondain que son alter ego. Elle choisit pour elle même le pseudonyme de Gerda Taro. 

Une militante antifasciste

"Woman training for a Republican militia", photo prise sur une plage de Barcelone, août 1936.
"Woman training for a Republican militia", photo prise sur une plage de Barcelone, août 1936.
- Gerda Taro

Ensemble, les deux compagnons couvrent la guerre civile espagnole aux côtés des troupes républicaines. Robert Capa y prend la photo qui lui vaut sa renommée, intitulée "Mort d'un Soldat républicain". 

Publicité

Militante antifasciste, Gerda Taro peine à se faire un nom et reste dans l'ombre de son compagnon. En 1936, elle part couvrir, seule, le bombardement de Valence.

Le 25 juillet 1937, alors que Robert Capa est rentré en France, Gerda Taro meurt écrasée, par accident, par un char républicain. Son enterrement, le 1er août 1937 en France réuni plusieurs milliers de personnes, dont Pablo Neruda et Louis Aragon, qui prononcent son éloge funèbre. 

"Ce qui est pire que la mort c'est la disparition"

Gerda Taro en juillet 1937.
Gerda Taro en juillet 1937.
- Anonyme / Wikipedia

En 1938, Robert Capa publie un livre en sa mémoire, qui réunit des clichés qu'ils ont réalisés ensemble, sans toutefois qu'il soit fait mention de leur véritable auteur, comme le rappelait François Maspero, auteur de l'ouvrage L'Ombre d'une photographe, Gerda Taro, en 2006 dans l'émission Du Jour au lendemain : 

Gerda Taro, c'est pire qu'un effacement. [...] Ce qui est pire que la mort c'est la disparition. Or effectivement, à un moment Gerda Taro a disparu de la mémoire. On a beaucoup accusé Capa, qui était son compagnon, et qui tout de suite après la mort de Gerda Taro a publié un livre d'hommage qui s'appelle "Death in making", La Mort en action, et ce livre est signé Robert Capa et en sous-titre "Photos de Robert Capa et Gerda Taro". Ensuite il y a toute une série de photos et personne ne sait lesquelles sont de Taro et lesquelles de Capa. Mais tous les versos des tirages qui sont déposés dans les agences de photo, particulièrement chez Magnum, portent la mention Gerda Taro et cette mention est soit rayée, soit superposée pour être remplacée par "Copyright Robert Capa, Magnum"."

François Maspero / Gerda Taro (Du Jour au lendemain, 27/05/2006)

6 min

Il faut attendre 2007 pour que le travail de Gerda Taro soit redécouvert : dans une valise retrouvée à Mexico, 4500 négatifs de la Guerre d'Espagne sont retrouvés. Ils sont de Gerda Taro, Robert Capa et David Seymour, et permettent de reconsidérer le travail réalisé par la photographe de guerre, la première à avoir trouvé la mort lors d'un conflit. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.