Publicité

Germaine Tillion, la vérité au coeur

Par
Germaine Tillion
Germaine Tillion
© AFP - MANOOCHER DEGATHI

En 1934, Germaine Tillion débarque en Algérie pour étudier une population berbère. Rentrée en France, elle écrit une thèse. Mais elle s’engage aussitôt dans la résistance et sera déportée. Le manuscrit disparaît. À 90 ans, elle reprend les brouillons conservés et reconstitue son expérience.

Au lieu de réécrire sa thèse, elle raconte avec humour ce double pays, le petit monde des fonctionnaires coloniaux et la population ancestrale, pauvre en biens mais riche en histoire et en ruses.

L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien. Entre ces deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise.

Publicité

Entrer dans la vie d'une femme comme Germaine Tillion peut nous aider à comprendre l'engagement comme mode d'action, avec un impact sur le fonctionnement socio-politique, éthique et relationnel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en février 2017, dans le cadre du cycle "La petite bibliothèque des sciences sociales".

Tassadit Yacine-Titouh, anthropologue, spécialiste du monde berbère.

58 min