Publicité

Germinal, unique roman adapté au théâtre par Zola lui-même, revit aux enchères

Par
"Germinal", pièce en cinq actes et douze tableaux. Le dernier grand manuscrit d’Émile Zola encore en mains privées est estimé entre 100 000 et 150 000 euros.
"Germinal", pièce en cinq actes et douze tableaux. Le dernier grand manuscrit d’Émile Zola encore en mains privées est estimé entre 100 000 et 150 000 euros.
- Sotheby’s

Entretien. Loin de son succès en librairie, au cinéma et à la télévision, Germinal fut un four au théâtre. Victime de la censure pour son caractère "socialiste et nihiliste" puis éreinté par les critiques. Le manuscrit de ce texte, adapté par Émile Zola en personne, est mis en vente à Paris par Sotheby’s.

C'est le "dernier grand manuscrit d' Émile Zola encore en mains privées" souligne Sotheby's. Un "collectionneur européen" qui "souhaite conserver l'anonymat" s'en sépare et il est aux enchères depuis le 30 novembre et jusqu'au 8 décembre, estimé entre 100 000 et 150 000 euros. Ce texte de 454 pages (pour 600 dans le roman) détaille l'adaptation de Germinal, le treizième volet de la série des Rougon-Macquart, roman social par excellence qui raconte une révolte minière dans le Nord à la fin du XIXe siècle. Confronté à la censure de la "Commission d'examen" du gouvernement pour cette version mise en scène, Zola a dû la remanier et lutter pour faire autoriser sa pièce. Elle rencontrera finalement un faible succès. Une édition critique confidentielle était sortie en 1989, grâce à l'universitaire canadien James Bernard Sanders, à Québec. Mais sur la base de seulement 200 pages d'après la maison de ventes, omettant "les multiples variantes que révèle le manuscrit".

L'essentiel des manuscrits de l'écrivain, y compris celui du roman, consultable en ligne, appartient à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le reste à d'autres institutions. Interrogée par l'AFP sur ses intentions, la BnF s'est refusée à tout commentaire avant la vente.

Publicité

Entretien avec Diana Cooper-Richet, chercheuse au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines

Ces 454 pages de manuscrits sont celles de Germinal, roman adapté en octobre 1885 par Émile Zola lui-même. Contrairement à d'autres romans de l'auteur dont les adaptations étaient confiées au dramaturge William Busnach, pour celui-ci, Zola a absolument tenu à s'en occuper personnellement, pourquoi ?

Il y a probablement deux raisons. La première est qu’il tient quand même dans ce roman à montrer la lutte du travail contre le capital. C'est essentiel pour lui. Ensuite, le milieu de la mine est un milieu très important sur le plan économique. À l'époque, environ 110 000 personnes sont employées dans les mines en France. Et Zola a mis le paquet puisqu'il est descendu dans une mine. Il s'est intéressé à ce milieu, il a vraiment enquêté de manière approfondie. C'est une des raisons pour lesquelles il est davantage attaché à Germinal qu'à d'autres de ses romans. Et c’est aussi l'un des romans qui a rencontré le plus de succès dans la série des Rougon-Macquart.

Il s'est heurté à la censure à l'époque. Le Conseil des ministres interdit la pièce à cause de son caractère "socialiste et nihiliste". Pourquoi cette différence de traitement entre le roman et le théâtre en terme de censure ?  

Pour ce qui est du roman, la lecture est quelque chose de relativement solitaire. C'est une activité individuelle. Même quand le roman est publié dans la presse en feuilleton, cela ne provoque pas de danger du point de vue de l'ordre public. 

En revanche, le théâtre est une distraction très populaire à cette époque. Lors de la représentation de Germinal au Châtelet le 27 avril 1888, il y a quand même 20 000 personnes qui attendent devant les portes du théâtre. Cela montre à quel point il existe alors un engouement pour le théâtre, qui peut représenter une gêne à l'ordre public : l'attroupement, les sifflements pendant la représentation, par exemple lorsque les bourgeois ou des policiers arrivent sur la scène, avec des manifestations de mécontentement... 

Au bout de trois ans et après avoir largement remanié le texte, l'interdiction est levée en décembre 1887 et la pièce est montée en avril 1888 au théâtre du Châtelet. À quel point le texte a-t-il été remanié ?

La première version de la pièce est une grande féerie, un grand spectacle agrémenté de décors complexes. Mais dans cette féérie apparaît un tableau intitulé "La collision" qui montre le capital, les actionnaires, les propriétaires, les saccages provoqués par les grévistes face aux gendarmes. Dans la version qui sera jouée trois ans plus tard, les gendarmes ont disparu et les protagonistes ne crient plus "À bas les gendarmes !" mais seulement "À bas !". Et il faut noter que Zola refusera d'aller assister à la première de cette deuxième version. Cela lui a donc coûté. 

Copie très corrigée avec feuillets autographes de la main, de Zola. Elle comporte 3 versions pour le 7e tableau dont une "avec les gendarmes supprimés".
Copie très corrigée avec feuillets autographes de la main, de Zola. Elle comporte 3 versions pour le 7e tableau dont une "avec les gendarmes supprimés".
- Sotheby’s
58 min

Et comment est reçue la pièce par le public ?

Pour la plupart des critiques, la pièce est un four. Un des critiques de théâtre très connu à l'époque, Francisque Sarcey, considère que c'est un vieux mélodrame ennuyeux.  

Mais j'apporterais quelques nuances à ce jugement : elle a quand même été jouée 17 fois au Châtelet, avant d’être jouée au théâtre des Gobelins à partir de janvier 1889. Et elle a ensuite tourné dans d’autres théâtres parisiens dont les Bouffes du Nord jusqu’en septembre 1889, avant de connaître un certain succès en banlieue parisienne et à Bruxelles. Mais elle n’a pas connu un grand succès sur le long terme. 

Était-ce à cause des modifications faites au texte ? À cause de la critique de Francisque Sarcey ?

Je crois surtout que Francisque Sarcey était un critique bourgeois. Il trouvait ce genre de pièce pas vraiment intéressant, il préférait le vaudeville.

21 avril 1888 : le Châtelet accueille la première de Germinal, particulièrement attendue. Mais trois ans après la parution du roman, les critiques assassines conduisent à l’arrêt du spectacle après seulement 17 représentations.
21 avril 1888 : le Châtelet accueille la première de Germinal, particulièrement attendue. Mais trois ans après la parution du roman, les critiques assassines conduisent à l’arrêt du spectacle après seulement 17 représentations.
- Bibliothèque nationale de France, ENT DN-1 (Émile Lévy / 10)-ROUL

La quasi-totalité des manuscrits des Rougon-Macquart se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, pourquoi pas celui-ci ? La BnF peut-elle l’acquérir ? 

Je ne connais pas le parcours de ce manuscrit. En revanche, il est clair que ce manuscrit a toute sa place à la Bibliothèque nationale de France. Émile Zola est un grand écrivain au niveau mondial. Au niveau français, il a été panthéonisé six ans après sa mort en 1908. Germinal est un grand roman pour tout le monde, mais en plus c'est le roman de tous les mineurs du monde. Il y a même des écrivains au XIXe siècle au Chili, des anciens mineurs, qui se réclament de Germinal. Ce manuscrit a donc sa place à la BnF, il fait évidemment partie du patrimoine national. Il est estimé entre 100 000 et 150 000 euros, reste à savoir si la BnF a ce budget.  

Autre scène censurée dans "La Collision" : lorsque la voiture de Mme Hennebeau et de sa fille est interceptée par une bande d’un cinquantaine de grévistes.
Autre scène censurée dans "La Collision" : lorsque la voiture de Mme Hennebeau et de sa fille est interceptée par une bande d’un cinquantaine de grévistes.
- Sotheby's

Germinal est actuellement adapté en série télévisée sur France 2 et Les Illusions perdues de Balzac ont rencontré un succès notable au cinéma... Dans quelle mesure ces monuments de la littérature classique résonnent-ils avec l'actualité, avec notre époque ?

Germinal résonne avec la question sociale, avec les gens exclus du progrès, de l’avancée de la société, du bien-être. Cela peut résonner avec les luttes de ces dernières années. Concernant Les illusions perdues, c'est aussi intéressant vis-à-vis du monde du journalisme et de la presse, qui était déjà en plein fourmillement à l’époque. Donc clairement, ces deux œuvres résonnent assez bien avec la société d’aujourd’hui.

59 min