Publicité

"Gilets jaunes" : ce que la toute première enquête raconte de la révolte

Par
Manifestants en gilets jaunes aux Champs Elysées à Paris le 8 décembre 2018
Manifestants en gilets jaunes aux Champs Elysées à Paris le 8 décembre 2018
© AFP - Lucas Barioulet

La toute première enquête de terrain sur les "gilets jaunes" raconte à travers 166 questionnaires fouillés qui ils sont, d'où ils parlent, et ce qu'ils veulent, eux qui pour beaucoup en sont à leur première mobilisation sociale. Voici résumés pour vous les principaux enseignements de cette enquête.

Le mois de mobilisation des "gilets jaunes" qui vient de s’écouler a contribué à remettre les classes sociales au centre du débat public. Mais le mouvement a aussi eu pour effet de rendre plus audibles deux catégories de personnes :

  • les milieux qu’on pourrait dire “modestes” et qui sont en réalité issus des classes populaires et de la frange la moins argentée des classes moyennes, invisibles de longue date dans les médias et le débat politique, et qui retrouvent soudain de la visibilité
  • les sociologues et chercheurs en sciences sociales en général, nombreux à proposer des contributions destinées à éclairer un mouvement qui en a surpris beaucoup par sa vigueur, mais aussi une nouveauté qu’il a bien fallu décrypter - et voilà bien longtemps qu’on n’avait pas vu les médias se nourrir ainsi des sciences sociales, la viralité des réseaux sociaux aidant bien souvent

Après quatre journées de mobilisation, la première enquête de terrain sur les "gilets jaunes" vient de paraître ce lundi 10 décembre via une tribune publiée par Le Monde. Du moins, ses premiers enseignements puisque le collectif de plus de soixante chercheurs en sociologie, en science politique et en géographie, annonce poursuivre son étude. Leur intention est de mieux définir le profil de ceux qu’on a pris l’habitude de nommer, d’après leur propre terme, “les gilets jaunes”, et d’analyser le plus finement possible leurs modalités de mobilisation, alors que ce mouvement a justement ceci de si particulier qu’il a émergé d’une manière à la fois ample, rapide, et loin de toutes les structures organisées comme les partis ou les syndicats.

Publicité

Questionnaires mais vraies rencontres

Ce premier état des travaux du collectif de chercheurs (qui fédère large autour de Sciences-Po Bordeaux, de l'INRA et du CNRS) s’ancre plus particulièrement sur une l’enquête menée par treize d’entre eux, par questionnaire. Mais “questionnaire” ne signifie pas “réponses écrites” : pour obtenir des réponses “plus riches” et des témoignages “plus longs”, les chercheurs ont déroulé ces questionnaires dans le cadre d’entretiens de vive voix, en face-à-face, allant rencontrer les "gilets jaunes" sur les lieux de leur mobilisation - essentiellement “des ronds-points” et dans la rue, durant les journées de manifestation. 

Sur les vingt-huit questions posées à tout le monde, cinq étaient ce qu’on appelle “des questions ouvertes”, mais même pour les questions dites “fermées” (qui appellent théoriquement des réponses brèves), les enquêtés ont pu parfois fournir des réponses plus détaillées que prévues. “Concernant les sujets abordés, 15 questions portent sur les motivations des participants, les réformes souhaitées, les modes d’action privilégiés et leur rapport au politique ; les 13 dernières portent sur le profil sociodémographique des personnes mobilisées”, précisent encore les chercheurs.

En tout, 166 questionnaires ont été analysés entre le 24 novembre et la publication des résultats, le 10 décembre. Ces questionnaires ont été distribués au cours des deuxième et troisième journées de mobilisation des "gilets jaunes", appelées parfois “acte II” et “acte III” (le 24 novembre et le 1er décembre), dans six zones géographiques : 

  • Bordeaux et sa région
  • Marseille
  • Caen et sa région
  • Rennes
  • Montpellier
  • Grenoble et sa région

“Pour cette enquête, nous avons décidé de nous concentrer sur les personnes actives dans le mouvement, ayant participé au moins à une manifestation ou un blocage”, précise le collectif. Ce qui ressort de ces questionnaires est loin d'invalider les premières esquisses d’analyse qui ont pu être formulées depuis la toute première journée de mobilisation, le 17 novembre.  Les travaux de terrain les précisent, plutôt.

A l’époque, bon nombre des chercheurs qui tentaient de décrypter ce mouvement singulier soulignaient la nécessité de prendre le temps de l’analyse, et aussi d’écouter ce que les intéressés avaient à dire (et la manière dont ils pouvaient le dire). Cent soixante-six questionnaires et trois semaines plus tard, le collectif de treize chercheurs publie non pas le portrait-robot d'un “gilet jaune archétypique", mais plutôt une radiographie des collectifs dont ils ont pu observer la mobilisation dans les six zones où ils ont enquêté. 

Voici les principaux enseignements qu'ils en tirent :

Qui ils sont

Ces "gilets jaunes" ont 45 ans en moyenne, avec une mobilisation sensiblement équivalente entre 35 et 49 ans, qu’entre 50 et 64 ans. Ils sont très majoritairement des actifs, et lorsqu’il s’agit de seniors, ce sont des retraités, qui ont travaillé dans le passé.

Les 166 "gilets jaunes" rencontrés par questionnaire sont à 55% des hommes, et 45% des femmes, mais ce ratio féminin est largement plus élevé au sein des catégories populaires que ce qu’on connaît traditionnellement de la participation des femmes issues des mondes populaires. Surtout, soulignent les chercheurs, l’absence de leaders institués a permis une prise de parole beaucoup plus large, et nouvelle, des femmes, au sein d’un mouvement hétéroclite.

Parmi eux, une surreprésentation d’employés : les employés représentent 33% au total si on tient compte des retraités, mais 45% si l’on ne compte plus que les actifs - alors qu’à l’échelle de la population active française, les employés ne dépassent pas 27% des actifs. Autre catégorie sur-représentée parmi les "gilets jaunes" mobilisés : les artisans, commerçants et chefs d’entreprise - 14 % des actifs rencontrés, pour seulement 6,6% de la population active française dans son ensemble (et c'est d'autant plus intéressant qu'ils n'étaient pas des piliers de la contestation sociale jusque-là).

A l'inverse, les ouvriers, eux, ne représentent pas plus de 14% des 166 "gilets jaunes" rencontrés par le biais de ce questionnaire, alors qu’ils représentent un actif sur cinq en France (et même un sur trois si l’on ne regarde que les hommes chez les actifs). Les cadres sont quant à eux deux fois moins nombreux sur les rond-points ou en manifestation que dans l’ensemble de la société française (13% des actifs rencontrés pour 26% de la population active en général).

Les “inactifs” (chômeurs et retraités) représentent quant à eux un quart des personnes mobilisées ayant répondu au questionnaire.

Ce qu’ils pensent 

Pour la moitié d’entre eux (47%), cette mobilisation dans un giron “gilet jaune” est une première : si quatre sur cinq avaient déjà manifesté, seulement 44% avaient déjà fait grève dans leur vie. 

Un tiers se disent d’ailleurs “ni de droite, ni de gauche”. Les autres se définissant seulement pour 6% au centre, 12% à droite, 42% à gauche, et 15% à l’extrême-gauche. 

Les 166 questionnaires recueillis en six coins de France distincts apportent une réponse chiffrée quant à un noyautage du mouvement par le Rassemblement national : les 24 novembre et le 1er décembre, seulement 5% des gens que les chercheurs ont rencontrés s'estiment d'extrême-droite, rejoignant les premières observations que Benoît Coquard avait pu faire sur d'autres ronds-points dans d'autres zones rurales, lors de la toute première journée de mobilisation le 17 novembre. Cela rejoint également les résultats du décryptage par quatre chercheurs du LERASS, à Toulouse, qui avaient passé au peigne fin les posts Facebook de nombreux "gilets jaunes", et montré qu'on y distinguait très peu de propos xénophobes.

Ce qu’ils veulent

Le premier motif de mobilisation invoqué par les gens interrogés tient au pouvoir d’achat. Les fins de mois calamiteuses et l’idée de ne pas pouvoir “s’offrir le moindre plaisir” ont été largement relayées via les témoignages recensés par les questionnaires. La moitié émanant de gens non imposables, avec un revenu médian inférieur de 30% au revenu médian à l’échelle de toute la France. Mais sans qu’on puisse dire pour autant que le mouvement des "gilets jaunes" est un mouvement des plus démunis : parmi les questionnaires recueillis, seulement 10% ont un revenu inférieur à 800 euros par mois. 

Soixante-neuf des 166 personnes à avoir répondu ont aussi pointé la charge des impôts, mais un sur trois étrille ce qui est perçu comme un mépris de classe et dont les enquêtés parlent par exemple en termes “d’arrogance” ou de “privilèges”. “Que le gouvernement se mette à notre place”, disent par exemple certains manifestants.

Le travail de terrain fait écho à la notion d’ “économie morale” chez l'historien E.P. Thomson que le politiste Samuel Hayat a pu récemment mobiliser dans une tribune : un peu partout en France, c’est finalement de justice sociale que les "gilets jaunes" mobilisés ont avant tout parlé aux treize enquêteurs qui leur soumettaient leur questionnaire. En soi, ils ne sont pas fondamentalement hostiles aux taxes. Mais ils estiment que ces impôts sont terriblement mal répartis. Parmi les témoignages recensés, un sur cinq exige une meilleure répartition de la richesse.