Publicité

Gilles Clément : "Celui qui s'occupe d'un jardin vit dans la surprise heureuse"

Par
Jardinier planétaire
Jardinier planétaire
© Getty - Rick Harrison

Qu’est-ce qu’un jardinier planétaire ? Comment le devient-on ? Peut-on l’être seul ? Sans le soutien des collectivités territoriales ?

Au fil du temps, je me suis rendu compte qu'en valorisant le métier de jardinier, je sortais de mon rôle et que c'était la force du concept : associer des personnes qui ne se rencontrent jamais, trouver une passion commune, faire collaborer les différences pour faire voir et sentir. On peut ainsi rompre l'isolement, casser l'ennui, quitter les habitudes et s'exposer pour être soi-même. "Des jardins et des hommes", Gilles Clément

Dans quelle mesure cette notion de jardinier planétaire requestionne-t-elle en retour les autres notions-clés proposées par Gilles Clément, à commencer par celle de "Jardin planétaire", dont on peut s’interroger sur son apparente tendance à escamoter l’enjeu des échelles (locale, nationale, supranationale, ...), et donc la possibilité de faire aussi "jardins en politique" à travers la mise en réseau (rhizome ?) d’initiatives même très localisées ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répond Gilles Clément à la lumière de l’état de sa réflexion et de ce qu’il a "butiné" au fil des ses rencontres.

Publicité

Être un jardinier planétaire ?, par Gilles Clément

43 min

Une conférence enregistrée en août 2016 dans le cadre du colloque "Jardins en politique", sous la direction de Patrick Moquay et Vincent Piveteau.

En savoir plus : Gilles Clément