Publicité

Grand entretien avec Caroline Hayek

Par
Caroline Hayek © Benjamin Géminel / Hans Lucas
Caroline Hayek © Benjamin Géminel / Hans Lucas

Prix Albert-Londres 2021, Caroline Hayek a mené une série de reportages sur les victimes libanaises et syriennes de la déflagration qui s'est produite dans le port de Beyrouth le 4 août 2020.

Le 4 août 2020, le port de Beyrouth subit deux explosions qui font 218 morts et 6500 blessés parmi la population. Dans son article "Ils ont fui la guerre en Syrie... ils sont morts dans les explosions à Beyrouth", paru dans L'Orient-Le Jour, Caroline Hayek enquête sur les syriens ayant fui la guerre civile dans leur pays pour trouver refuge à Beyrouth. Ils font l'objet de racisme par la population libanaise et sont considérés comme des "citoyens de seconde zone". Ce sont des étudiants, des propriétaires terriens, contraints à exercer des métiers peu qualifiés. C'est en tout 40 réfugiés syriens qui trouvent la mort dans les deux explosions. 

Plusieurs articles font suite à la catastrophe comme "Les premiers jours du reste de leur vie" où elle va à la rencontre des libanais et les interrogent sur leur vécu de ce drame. Selon elle, l'Etat s'est montré impuissant pour aider les victimes. Elle interpelle le gouvernement libanais sur ses actions et la question du devenir des habitants de Beyrouth. Dans "Promenade dans un Beyrouth en déliquescence", elle raconte les stigmates de la ville plusieurs mois après l'explosion. 

Publicité

Le juge indépendant Tarek Bitar, chargé de l'instruction sur les explosions de Beyrouth inquiète actuellement d'anciens ministres, députés et responsables sécuritaires pour leur responsabilité dans le stockage du nitrate d’ammonium à l’origine de l'explosion. Il fait également face à une campagne de diffamations sur les réseaux sociaux et dans les médias. Une manifestation contre le magistrat, organisée par le parti chiite du Hezbollah et son allié Amal, a causé la mort de sept personnes et une dizaine de blessés dans le quartier de Tayouné à Beyrouth. Tarek Bitar met en cause les fonctionnaires du Hezbollah dans l'acheminement de ces charges explosives à Beyrouth. Elles avaient pour objectif d'être employées contre les opposants du président Bachar el-Assad.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Retrouvez l'entretien avec Caroline Hayek sur notre webmagazine Balises.

Rencontre enregistrée en janvier 2022

Avec : Caroline Hayek, Journaliste,       

Philippe Rochot, Journaliste, Prix Albert Londres 1986 pour ses reportages au Liban  

Hervé Brusini, Journaliste, Président du Prix Albert Londres

L'Invité(e) des Matins d'été
31 min