Publicité

Günther Grass : "Avec la littérature, faire naître ce qui est perdu à jamais"

Günther Grass en 1999.
Günther Grass en 1999.
© Sipa - Vienna Report

2001. Premier épisode de la série "A voix nue" consacrée à Günther Grass en 2001, qui vient d'obtenir le Prix Nobel de littérature dix-huit mois plus tôt.

Dans ce premier volet de l'entretien avec Günther Grass enregistré en 2001 pour l'émission "A voix nue", l'auteur allemand évoque Berlin et Paris, où il a vécu, mais aussi Dantzig, dont il est originaire. Il revient sur ce qu'il nomme ses "trois métiers" : la sculpture et le dessin, qu'il a appris durant ses études à l'Académie des Beaux Arts et enfin, l'écriture, à propos de quoi il dit qu'il est "autodidacte", soulignant ici combien le métier d'écrivain doit à l'artisan - "On le considère souvent trop comme intellectuel" - et qu'il pratique dans ce qu'il nomme son "atelier".

L'auteur du _Tambour _s'explique également sur les liens entre le personnage principal de son livre _Le tambou_r et sa propre vie. Après avoir évoqué ses souvenirs pendant la guerre, il dessine un parallèle entre le Japon et l'Allemagne d'après-guerre puis parle de Rabelais ou de la philosophie chez Albert Camus et l'influence de ce dernier sur ses oeuvres.

Publicité

"A voix nue" avec Günther Grass le 12/03/2001

26 min

Dantzig a été pour moi une sorte d'obsession. A la fin de la guerre, il ne restait plus rien de Dantzig. La ville a été détruite mais la population est partie, elle aussi. A l'instar de mes parents, tous les Allemands ont dû quitter la ville. Ils ont fui ou en ont été expulsés. Et j'ai dû, avec les moyens de la littérature, faire naître - non pas reconstituer mais faire naître - ce qui est perdu à tout jamais. Cette reconstitution touchait aussi le langage. en déclenchant et en perdant la guerre, les Allemands n'ont pas seulement perdu des provinces [...] ils ont aussi perdu des langues, des dialectes. Ce qui m'importait, c'était d'utiliser le langage des gens qui avaient vécu là-bas, de m'en servir comme du latin.

Première diffusion : 12/03/2001