Publicité

Halloween : "Année après année, l'intérêt diminue en France"

Par
Boutique de déguisements d'Halloween.
Boutique de déguisements d'Halloween.
© AFP - JEFF PACHOUD

Des milliers de personnes s'apprêtent à célébrer Halloween en France. Cette fête d'origine celte persiste dans notre pays mais elle n'a plus le même attrait auprès du public qu'il y a quelques années, selon le philosophe Damien Le Guay. Entretien.

Des enfants déguisés en fantômes ou en citrouilles qui déambulent dans les rues le soir du 31 octobre.  Des sacs remplis de bonbons et des décors inspirés de films d'horreur : comme chaque année, nous célébrons Halloween en France. Pourtant, cette fête païenne d'origine celte popularisée par les Irlandais puis les Américains et certaines marques n'a plus le même attrait auprès du public. Comment expliquer ce déclin ? Entretien avec Damien Le Guay, philosophe, auteur du livre La face cachée d'Halloween et président du Comité national d'éthique du funéraire (CNEF).

Peut-on parler de perte de vitesse de la fête d'Halloween en France ?

Publicité

Il y a eu un moment faste entre 1997 et 2002/2003, on avait l’impression qu’Halloween allait prendre sa place, une place voulue par ceux qui en ont fait sa promotion entre la rentrée des classes et Noël. Et à partir de 2002, il y a eu un déclin de la fête parce que, d'une part, cela ne correspondait pas aux attentes des Français, et parce que les marchands ont insisté sur le côté gore et sur le côté camelote. Il existe une concurrence entre Halloween et la Toussaint, et la fête des morts qui est juste après. Il y a une permanence de la pratique du déplacement des Français au moment de la Toussaint dans les cimetières, qui s’est faite au détriment d’Halloween. Tout cela explique qu’il y ait eu une forme d'engouement rapide qui, depuis 2002, tend à disparaître de plus en plus. Même s'il y a toujours des fêtes organisées, des gens qui s’en occupent, cette fête tend à disparaître du paysage.

Pourquoi y a-t-il eu ce pic vers 2002-2003 ?

Halloween a été créée en France avec deux caractéristiques : elle a été lancée par des marchands de masques, de farces et attrapes, avec quelque chose de plutôt artificiel qui a plutôt marché au début. Et puis, contrairement aux États-Unis, la fête d’Halloween en France a beaucoup insisté sur le côté _gore, s_ur le côté sanguinolent et ce côté-là ne correspond pas tellement à nos traditions et a donné le sentiment de quelque chose de trop exagéré. Les enfants avaient plus peur qu’ils ne l'auraient dû au moment de cette fête. Ces deux éléments ont marché pendant quelques temps. Puis, progressivement, les Français se sont rendus compte de la réalité de la fête et ont considéré que cela ne correspondait pas à grand chose, qu’il valait mieux passer à autre chose.

En France, ce sont vraiment les marchands de masques qui lancent Halloween ?

Vers 1995 et 1997, ils commencent à faire de la publicité pour Halloween ou lance des campagnes médiatiques auprès des collectivités locales pour que soit célébrée cette fête. Dès les années 50, il y a des traces d'Halloween mais c’était dû à des Américains qui vivaient en France. Ce mouvement que nous connaissons a été marketé pour donner quelque chose à vendre ou une occasion de se réjouir entre la rentrée des classes et Noël.

Aux Etats-Unis, la fête d'Halloween est très ancrée : le président américain reçoit les enfants à la Maison Blanche, décorée pour l'occasion. Ici, Donald Trump et Melania Trump, le 28 octobre 2018.
Aux Etats-Unis, la fête d'Halloween est très ancrée : le président américain reçoit les enfants à la Maison Blanche, décorée pour l'occasion. Ici, Donald Trump et Melania Trump, le 28 octobre 2018.
© AFP - NICHOLAS KAMM

Ils y voient tout de suite un argument de vente ?

Disneyland est celui qui a repris le plus tôt Halloween, et qui continue à le faire maintenant. Mais c’est normal puisque c’est leur métier de faire de la fête ou d’être dans cette culture américaine. Mais Coca-Cola, qui s’était associé assez tôt à la fête d’Halloween a très vite arrêté, quand il a considéré qu’il n'y avait plus de raison de soutenir une fête qui ne rencontrait pas un assentiment particulier. Le côté marchand, consommation, achat, est extrêmement présent dans la fête en France, au détriment d’un côté bonhomme, festif, communautaire, villageois, comme c’est le cas aux États-Unis.

C'est donc une fête qui est vouée à disparaître ?

Je ne sais pas, il y a une volonté de certains - je pense à Disneyland - de maintenir cette fête. Elle existe toujours dans la pratique de certains : pour ceux qui veulent passer une bonne soirée par exemple. Elle correspond aussi à autre chose, à cette "festivisation à outrance" dont parle Philippe Muray, qui cherche tous les prétextes pour faire la fête, même si le support est creux. On peut dire que l’engouement est passé et que depuis quelques années, nous connaissons un climat plutôt anxiogène autour des attentats, de la mort qui fait que l'on se demande pourquoi il faudrait se faire peur plus que de raison sur des sujets sur lesquels nous avons suffisamment peur par ailleurs.

Halloween reste encore un argument marketing en France ou cela ne vaut plus le coup pour les marques de s'y préparer ?

Année après année, l’intérêt diminue auprès du public mais il est soutenu par les collectivités locales qui veulent faire quelque chose, par les adultes et les jeunes professionnels qui font des soirées. Les marques, elles-mêmes, s'y intéressent de moins en moins. Certaines s'en emparent encore de temps en temps mais nous sommes très loin de ce qui se passait sur ce sujet.

Halloween est une fête très marketing en France, elle n'est pas associée à des croyances ?

Il y a une croyance cachée. La fête d’Halloween est américaine, elle est arrivée aux États-Unis par les Irlandais vers 1885-1910. C’est une forme un peu "festivisée", américaine de la fête de Samain, une fête celte. Elle recouvre quelque chose de très fort dans les religions païennes : le 31 octobre, nous sommes à la charnière entre l’été qui s’achève et l’hiver qui commence. À ce moment-là, la terre s'ouvre, les morts remontent à la surface et viennent chercher certains vivants et les emportent avec eux dans le royaume des morts. Et donc face à cela, il importe de se protéger. Et comment se protège-t-on ? D'une part, en faisant peur, avec les citrouilles qui sont là pour effrayer les morts et, d'autre part, en payant ou en donnant quelque chose à des prêtres. C'est le fameux "un bonbon ou un sort". C’est le vieux fond mythologique de la religion païenne et celte qui a migré par les États-Unis et qui est sous-jacent à la fête d’Halloween. Comme toujours aux États-Unis, c’est changé, repris, "festivisé", mais ce vieux fond religieux païen demeure.

Parc Disneyland à Tokyo au Japon, qui fête Halloween.
Parc Disneyland à Tokyo au Japon, qui fête Halloween.
© Radio France - YOSHIKAZU TSUNO

Halloween est vraiment dans une phase de déclin ?

Pendant une semaine, fin octobre, a lieu le plus grand phénomène social de déplacement en France. 35 millions de Français se déplacent chaque année à ce moment-là dans un cimetière pour fleurir des tombes. 25 millions de pots de fleurs ou de bouquets de fleurs vont être déposés dans les cimetières. Dans Halloween, il y a quelque chose d'un peu kitsch, un peu marchand, un peu gore qui ne correspond à pas grand-chose. Et à l'inverse, il existe chez les Français cette transhumance funéraire, ce désir de converser, de parler, d’honorer quelque chose entre les vivants et les morts et cela se passe pendant la Toussaint. Il y a donc une juxtaposition des deux, qui avait été pensée dans l’idée que la "festivisation" par Halloween allait supplanter le déplacement dans les cimetières ou cette religion des morts. Et en réalité, la fête de la Toussaint et la fête des morts sont extrêmement présents dans la pratique culturelle des Français et correspondent à un vrai besoin anthropologique alors qu’Halloween ne correspond apparemment pas à grand-chose, à part à des raisons mercantiles qui ne sont pas essentielles. 

Comment est reçue la fête d'Halloween aujourd'hui aux États-Unis ?

Chaque année, même le Président des États-Unis reçoit des enfants, fête Halloween, décore la Maison Blanche. Le côté festif existe toujours, certes il est marchand, mais il existe pour une autre raison. Les États-Unis ont réussi à trouver un bon ajustement entre le côté festif et le côté familial, communautaire, avec des enfants qui se déplacent dans leur lieu d’habitation pour demander des bonbons. La fête marche toujours aux États-Unis, car elle est ancrée et a une autre connotation moins gore que ce qui se passe en France. Elle correspond au sens de l’accueil qui est le propre des États-Unis : recevoir une culture des autres pour l’implanter, pour créer quelque chose de nouveau et qui permet de se réjouir, de faire la fête et de souder les communautés entre elles.