Publicité

Henry Bauchau : "On écrit de jour mais le poème se construit la nuit"

Henry Bauchau en 1991
Henry Bauchau en 1991
© Sipa - Andersen Ulf

2009. Quatrième épisode de la série "A voix nue" avec Henry Bauchau, consacré à l'oeuvre de poésie de Bauchau, qui avait écrit dans l'introduction de son recueil "Heureux les déliants", être, lorsqu'il écrit un poème, "sous l'action et le pouvoir d'une dépendance amoureuse".

Dans ce quatrième épisode de cette rencontre "A voix nue" avec Henry Bauchau, en 2009, l'auteur revient plus particulièrement sur sa poésie, première dans son travail d'écriture même s'il a aussi publié romans, récits, correspondances ou encore pièces de théâtre. Lui qui avait dit par le passé avoir tenté "du plus profond de la détresse, la chose la plus déraisonnable : écrire de la poésie" revientsur ses épisodes dépressifs sévères et la manière dont il percevait alors la poésie à la fois "la chose la plus difficile" et aussi une solution pour "réapprendre à écrire".

Invoquant Mallarmé, Bauchau rappelle qu'à ses yeux aussi, on n'écrit pas avec des pensées mais on écrit avec des mots : "On écrit de jour mais le poème se construit la nuit, par les rapports, les associations qui se font à ce moment-là." Et Bauchau de lire un court poème au micro, dont il explique avoir compris seulement beaucoup plus tardivement le sens profond.

Publicité

"A voix nue" avec Henry Bauchau 4/5 le 03/09/2009

28 min

En prose il y a beaucoup de voies pour aller vers le but, mais en poésie, très souvent il n'y a qu'une voie. Si l'on ne trouve pas LE mot, si l'on n'a pas choisi le bon mot, finalement le poème se délite. C'est une oeuvre de patience.

  • "A voix nue" avec Henry Bauchau 4/5
  • Première diffusion : le 03/09/2009
  • Productrice : Catherine Pont-Humbert