Publicité

Hérouville Saint-Clair : et si on parlait quartiers populaires

Par
Ecole de la deuxième chance d'Hérouville Saint-Clair, la première à ouvrir ses portes en Normandie
Ecole de la deuxième chance d'Hérouville Saint-Clair, la première à ouvrir ses portes en Normandie
© Radio France - Sophie Delpont

#caravane2017. Hérouville et ses près de 22 000 habitants aux abords de Caen marque la première étape de notre caravane de la présidentielle. Une ville pour un thème, toute la semaine. Sans oublier en ligne les propositions des présidentiables. Avec pour commencer l'exemple d'une rénovation urbaine plutôt réussie.

Les quartiers populaires, la jeunesse, font-ils partie de la campagne de la présidentielle ? C'est la question posée ce lundi à Hérouville Saint-Clair dans tous nos journaux, dès 6 heures du matin, par différents journalistes de France Culture, de France Bleu et de Ouest-France. Hérouville, point de départ de la caravane de notre rédaction, à 4 semaines du premier tour de la présidentielle.

Hérouville Saint-Clair ou l'histoire d'un petit village de 2 500 habitants dans les années 1950 devenu une ville nouvelle, la seconde ville du Calvados. Ici, au nord-est de Caen, à 12 km de la mer, les jeunes occupent une place importante. Précisions de Carole Louis, de France Bleu Normandie :

Publicité

A Hérouville, les moins de 24 ans représentent 38% de la population, dont à peu près un sur 5 est au chômage

2 min

Dans "Le Choix de la rédaction" de Sophie Delpont vous découvrirez aussi l'action locale pour endiguer le chômage des jeunes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Sophie Delpont qui a enquêté sur le macronisme en Normandie. Le maire Modem d'Hérouville, Rodolphe Thomas, s'est d'ailleurs rallié à Emmanuel Macron. Son reportage auprès de 7 marcheurs-colleurs d'affiches, du quartier populaire du Chemin Vert, de Caen, jusqu'au marché d'Hérouville :

Des militants d"En Marche", du quartier populaire du Chemin Vert, de Caen, jusqu'au marché d'Hérouville

1 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Maire adjointe et médiatrice au sein de l'association "La Voix des femmes", Baya Mokhtari était l'invitée du journal de 8h présentée par Amélie Perrier :

Hérouville et ses 80 nationalités, "laboratoire du vivre ensemble" ?

3 min

Amélie Perrier et l'invitée du journal : Baya Mokhtari, maire adjointe d'Hérouville Saint-Clair et médiatrice dans l'association la Voix des Femmes
Amélie Perrier et l'invitée du journal : Baya Mokhtari, maire adjointe d'Hérouville Saint-Clair et médiatrice dans l'association la Voix des Femmes
© Radio France

Amélie Perrier a aussi évoqué vos réactions au mot-dièse #vosquestionssur

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

© Radio France - Ludovic Piedtenu

Les mesures des candidats

Comme chaque jour de notre Caravane, voici les principales propositions de ceux qui prétendent pouvoir diriger la France, à propos aujourd'hui donc des quartiers populaires et de la jeunesse :

Nathalie Arthaud

- Construction par l’État de millions de logements.

- Ces quartiers font partie du « camp des travailleurs » et doivent avoir accès à un emploi, un salaire, des droits sociaux, pouvoir se faire soigner et envoyer leurs enfants à l'école.

François Asselineau

- Renforcer l’application de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain).

Jacques Cheminade

- Réorganiser l'apprentissage et l'alternance.

- Renforcer les écoles de la deuxième chance et créer des internats scolaires de proximité pour que les jeunes en difficulté soient réinsérés dans la société.

- Revaloriser fortement les allocations familiales.

- Porter l'indemnité de la « garantie jeunes » à 600 euros par mois et étendre le RSA aux 18/25 ans.

Nicolas Dupont-Aignan

- Revoir de fond en comble la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) « contreproductive pour de nombreux maires ».

- Offrir un passage du permis de conduire dans le cadre d'un service national.

- Exonérer de cotisations les emplois étudiants.

- Améliorer l'orientation des élèves en présentant les métiers 2 heures par mois à partir de la quatrième.

François Fillon

- Démonter la logique de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain).

- Mettre en place une exonération totale des charges sociales pour l'embauche d'un jeune en alternance et lancer une grande campagne de promotion de l'alternance.

Benoît Hamon

- Renforcer l’application de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain).

- Création du revenu universel et verser l'équivalent du RSA à tous les jeunes de 18 à 25 ans.

- Retour d'une police de proximité et création du récépissé de contrôle d'identité pour lutter contre l'usage abusif des contrôles au faciès.

- Création d'un corps d'inspecteurs qui par des contrôles inopinés s'assure qu'il n'y a pas de discriminations (à l'embauche, à la location...).

- Légalisation du cannabis pour « extraire les quartiers de la main des réseaux mafieux ».

- Classes limitées à 20 élèves dans les réseaux d'éducation prioritaire et création d'un service public d'aide aux devoirs assuré notamment par des enseignants volontaires payés en heures supplémentaires.

Jean Lassalle

- Défendre l'alternance bien avant 16 ans.

- « Retisser le lien social déchiré » en réinstallant les services publics et en mettant fin au chômage de masse.

Marine Le Pen

- Développer massivement l'alternance dans l'artisanat, le secteur public et privé.

- Créer un dispositif « premier emploi » qui exonère totalement de charges la première embauche d'un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de 2 ans.

- Refus du principe de la « discrimination positive ».

- Mettre en place un « plan de désarmement des banlieues ».

- Instaurer une « Prime de Pouvoir d'Achat » à destination des bas revenus et des petites retraites (pour les revenus jusqu'à 1 500 euros par mois), financée par une Contribution Sociale sur les Importations de 3 %.

Emmanuel Macron

- Maintenir la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain).

- Doubler l'ambition des projets de renouvellement urbain pour atteindre 10 milliards d'euros.

- Aider les entreprises à accueillir plus de jeunes en alternance.

- Prime de 15 000 euros étalée sur les trois premières années pour une entreprise où qu'elle soit située qui embauchera un habitant des quartiers prioritaires de la politique de la ville en CDI. En CDD, une prime de 5 000 euros sur les 2 premières années.

Jean-Luc Mélenchon

- Remplacer les « emplois d'avenir » par un « contrat jeune » d'une durée de 5 ans dans le secteur non marchand et public, ouvrant droit à une formation qualifiante en alternance ou à une préparation aux concours de la fonction publique.

- Création d'un « droit opposable à l'emploi » faisant de l’État l'employeur en dernier ressort.

- Allocation d'autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans pour une durée de 3 ans, accordée sous conditions de ressources et de formation.

Philippe Poutou

- Désarmer la police « au contact de la population » afin de lutter « contre les violences policières ».

- Abandon des politiques de démolitions et de vente des HLM.

- Suppression de l'ANRU (Rénovation Urbaine) et arrêt des privatisations des offices HLM.

- Augmentation du budget public consacré au logement et construction de 200 000 logements par an « vraiment sociaux et de bonne qualité ».