Publicité

Histoire de la mémoire sociale de Sapiens : écrire, enregistrer, numériser

Par
Michel Laguës, 2018
Michel Laguës, 2018
- MRSH Caen

"La technique est à la fois geste et outil, organisés en chaîne par une véritable syntaxe qui donne aux séries opératoires à la fois leur fixité et leur souplesse." (A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, 1964)

Cette communication où Michel Laguës présente l'ouvrage L'invention de la mémoire (CNRS éditions, 2017) , co-écrit avec Denis Beaudouin et Georges Chapoutier, a été enregistrée lors de la 3e édition de la Semaine de la mémoire, qui s'est déroulée du 17 au 21 septembre 2018.

Pérenniser la mémoire est certainement l’une des plus grandes aventures  d’Homo sapiens. En complément de l’évolution biologique fort lente des  capacités cérébrales – dont il a particulièrement bénéficié – il lui  faut inventer. D’abord dessiner et peindre, puis construire des  écritures, avec des symboles et des règles. Sur des tablettes d’argile,  de bois, de feuilles, de papyrus, de soie, de parchemin, de papier…  Puis, l’aventure s’emballe. La machine mesure, des automates  enregistrent, mieux et bien plus vite que la main ne peut écrire. Enfin  la machine, encore, convertit toute information en nombres. Désormais la  mémoire se blottit au cœur des atomes et s’évapore dans les nuages.  Elle est traitée, se transforme et se communique instantanément dans le  monde entier. Un être humain peut disposer du savoir de l’humanité dans  la paume de sa main. Une telle accélération (hyper)-exponentielle de la  croissance des techniques nous promet des transformations radicales du  monde au cœur du XXIe siècle. Cet ouvrage propose ainsi une fresque  continue depuis le génome, registre de notre personne et de notre  espèce, jusqu’aux promesses et aux risques des Big Data.

Publicité

Histoire de la mémoire sociale de Sapiens : écrire, enregistrer, numériser, par Michel Laguës

56 min