Publicité

Histoires de peinture : De la mémoire à la rhétorique

Par
La Cène, peinture réalisée par Léonard de Vinci
La Cène, peinture réalisée par Léonard de Vinci

Histoires de peintures. Qu’est ce qui fascine dans un tableau, qui fait que telle œuvre plutôt qu’une autre nous arrête et qu’on ne peut s’en détacher ? Dans cette douzième émission, l'historien de l'art Daniel Arasse évoque l'artes memoriae à partir de l'ouvrage "L'art de la mémoire" de Frances Yates.

Cet Art de la Mémoire consistait, à une époque où les orateurs ne connaissaient ni papier ni notes, à mémoriser l’articulation de leurs discours en recourant à une représentation mentale de lieux architecturaux. Il se fonde sur deux données essentielles: les lieux et les images...  Daniel Arasse met ici en branle des procédés mnémoniques antiques en même temps qu’il les explique.

Histoires de peintures de Daniel Arasse : De la mémoire à la réthorique

15 min

"Il y a là une grande fresque prenant un mur entier qui représente le Triomphe de saint Thomas, et Frances Yates démontre, c'est imparable, qu'elle est conçue comme un vaste système de mémoire inspiré par les images mnémoniques typiques qu'on trouve par ailleurs dans les traités de mémoire de l'ordre dominicain [...] c'est à dire les fondements de la gloire de saint Thomas : à la fois les vertus, ses sciences, etc..."

Publicité
Triomphe de Thomas, entouré de Platon et Aristote, foulant Averroès.
Triomphe de Thomas, entouré de Platon et Aristote, foulant Averroès.

C'est en jeune étudiant en histoire de l'art qu'il découvre l'ouvrage de Frances Yates. Cette historienne de la culture venit de lui ouvrir une porte magnifique : " Si l'on suivait cette piste, il y avait pas mal d'images et de cycles de peinture entiers qui étaient inspirés par des structures mnémoniques."

De la mémoire à l'émotion

Mais avec l'arrivée de la Renaissance, progressivement, ce système de représentation est bousculé. La peinture servant non plus à se rappeler quelque chose mais à convaincre, à émouvoir le spectateur de ce qu'elle raconte.

La Cène, peinture réalisée par Léonard de Vinci
La Cène, peinture réalisée par Léonard de Vinci
- l

"Chez Léonard de Vinci, le mouvement s'empare de tout, les apôtres s'agitent. On est passé d'un système mnémonique juxtaposé, clos, répétitif même, à un système rhétorique de persuasion du spectateur."

Daniel Arasse, passeur de génie

Daniel Arasse - capture d'écran
Daniel Arasse - capture d'écran

Jamais quelqu’un n’avait aussi bien parlé de la peinture, tout style et toute époque confondue. Avant sa disparition en 2003, il avait enregistré pour France Culture, une « Histoire de la peinture » qui est devenue une référence dans le monde entier.

Daniel Arasse vous guide à travers cinq siècles d’Histoire de la peinture. Il vous prend par la main et vous emmène au plus près de toiles de grands maîtres en développant une approche didactique mêlant ses propres découvertes, son étonnement parfois, à la rigueur de la démonstration et à la précision du trait. Né en 1944 à Alger, élève de l’École normale supérieure, puis de l’école française de Rome de 1971 à 1973, il a consacré l’essentiel de ses études et de ses publications à l’art de la Renaissance italienne, dont il était le meilleur spécialiste français. Grand conférencier qui savait capter son auditoire, il rencontra la radio en 2001. Et France Culture, sous l’impulsion de Laure Adler, lui confia une émission mensuelle : « Art et essais ». Mais « son plus beau cadeau », selon Bernard Comment, son ami et producteur de l’émission « Histoires de peintures », fut une cette "Histoire de la peinture", diffusée sur France Culture en vingt-cinq épisodes à l'été 2003. En compagnie du réalisateur Jean-Claude Loiseau et des techniciens en studio, Bernard Comment restait souvent électrisé devant la voix de Daniel Arasse, qui donnait à voir toute une série de tableaux et de fresques et faisait naître l’envie de « se précipiter pour les contempler autrement. »