Publicité

Histoires de peintures : L'invention de la perspective

Par
Le paiement du tribut par Masaccio. Via wikipédia
Le paiement du tribut par Masaccio. Via wikipédia

Daniel Arasse, dans ce quatrième entretien, revient sur l'invention de la perspective et son succès dans la peinture florentine à partir de 1420. Il insiste sur la dimension politique, idéologique et philosophique de ce bouleversement complet des scènes de représentation.

Daniel Arasse nous emmène en terre florentine, haut lieu de la perspective où Brunelleschi, Donatello, Masaccio ou encore Alberti furent les grands peintres témoins de la naissance de cette notion entre 1420 et 1450. Alors que Venise, Mantoue, Sienne et le reste de l'Italie évoluent encore dans l'art gothique, Florence devient la tête de proue des espaces perspectifs en peinture. 

Une hégémonie que la ville doit à son statut de centre de la cartographie, ainsi qu'à l'action de Côme de Médicis, ou Côme l'Ancien comme l'explique Daniel Arasse...

Publicité

Histoires de peintures: L'invention de la perspective

17 min

L'historien de l'art nous prend par la main pour nous emmener au plus près des toiles de grands maîtres en développant une approche didactique qui mêle ses propres découvertes, et son étonnement parfois, à la rigueur de la démonstration et à la précision du trait.

Né en 1944 à Alger, élève à l’École normale supérieure, puis à l’école française de Rome de 1971 à 1973, Daniel Arasse a consacré l’essentiel de ses études et de ses publications à l’art de la Renaissance italienne, dont il était le meilleur spécialiste français. Grand conférencier qui savait capter son auditoire, il rencontra la radio en 2001. Et France Culture, sous l’impulsion de Laure Adler, lui confia une émission mensuelle : "Art et essais". Mais "son plus beau cadeau" selon Bernard Comment, son ami et producteur de l’émission "Histoires de peintures", fut cette série d'émissions diffusée sur France Culture en vingt-cinq épisodes à l'été 2003. En compagnie du réalisateur Jean-Claude Loiseau et les techniciens en studio, Bernard Comment restait souvent électrisé devant la voix de Daniel Arasse, qui donnait à voir toute une série de tableaux et de fresques et faisait naître l’envie de "se précipiter pour les contempler autrement."

Gageons qu'à travers l'écoute de ces entretiens, vous éprouverez vous aussi l'envie d'aborder ces œuvres avec un œil neuf, riche d'une nouvelle expérience radiophonique.