Publicité

Histoires vraies de son des auditeurs - Il était... plein de fois, par Véronique Macary

Par

Je me souviens de mon micro idéalement placé,

*au milieu d'une conversation entre CRS et service d'ordre des manifestants. *

Publicité

*Ils fixent les règles de la future manif devant un centre de rétention. *

J'enregistre, on me laisse faire et je jubile, jusqu'à ce que je découvre que je suis sur pause. Arrrghhh

*Je me souviens d'être en plein champ au Togo. *

Des paysannes chantent pour sarcler ensemble. Je capte aussi les enfants qui jouent le rythme de leur village, d'autres femmes qui battent le sorgho dans un nuage de poussière, d'autres femmes encore, qui, le soir, préparent la bière autour du feu, en parlant et riant.

*Je capte tout ça, enchantée par toutes ces couleurs sonores. *

*Le jour de mon départ, je traverse tous ces paysages devenus soudainement déserts. *

On a orchestré cette gigantesque mise en scène agricole pour moi. C'est trop d'honneur.

Je me souviens de ce chef de village que j'interviewe dans sa case au Mali,

*Et de cette centaine de grands yeux qui me regardent fixement, concentrés sur l'entretien. *

Tout le village est là. Je ne m'y attendais pas.

Un petit Lem pour tout ça, on n'entendra pas assez les ponctuations : ahah, humhuhm, à l'africaine.

Je me souviens de ma question à un ministre du Niger,

*à qui je demande pourquoi son pays est si pauvre. *

On entend à peine sa réponse, car une averse violente joue des percussions sur le toit en tôle de son ministère.

Je me souviens de cette fabrique de papier, micro suspendu posé au dessus de la cuve pour capter le remue-ménage de la transformation, mon lacet défait, c'était moins une...

Je me souviens de cette recherche de sons additionnels devant évoquer la mort.

*Après un enregistrement, j'arrête mon micro stéréo. Et là, un avion à réaction passe. *

*Je me souviens de mon micro dans les roseaux pour capter l'aube des marais. *

Un brochet saute. Je l'ai.

Je « derushe » je « derushe », le brochet s'est envolé.

*Je me souviens d'avoir posé mon enregistreur dans une forêt et d'avoir couru en ronds concentriques de plus en plus larges. *

Soudain un homme surgit, légèrement stupéfait devant ce nouveau sport automnal.

*Je me souviens de mon premier documentaire sur les transports en commun d'une ville. *

Un employé crie dans le micro : « tout va bien dans mon entreprise, elle est très bien mon entreprise » et il ajoute que je ferais mieux de me tirer vite fait, « putain de journaliste ».

*Je me souviens de Clémence Massart, qui m'a pris la main pendant son interview sur Zouc. *

Pour la première fois , j'avais les mains libres.

*Je me souviens de cette liste de sons à faire : un écho près d'un lac de montagne , une « réverb » par là en dessous, les coulées de neige du printemps, un train par là-bas. La gare de Massy. *

Quelques uns de ces sons sur le site www.macary-veronique.com